Urbi et Fourbi

  • Etterbeek budget 2017 L’art de présenter les choses

     La présentation du budget 2017 est évidemment l’occasion pour la majorité (MR, Groen-écolo, ps-SP) de s’auto-congratuler et de présenter des projets les plus merveilleux.

    Du côté de l’opposition (DéFI, cdH) il y aurait  de quoi se réjouir. Par exemple de la réduction du taux additionnel à l’impôt des personnes physiques de 7,5% à 7%.

    Vu la bonne situation financière de la commune, cette décision aurait déjà pu être prise d’année dernière affirme Christophe Gasia (DéFI) qui a par ailleurs épluché le budget dans toutes ses dimensions politiques.

    Il dénonce  par exemple le choix de dépenser plus d’argent pour l’achat et la gestion du projet poules et poulaillers que pour la subvention aux clubs du Troisième âge…

    Les chiffres du budget sont là : la différence entre les recettes et les dépenses incontournables est de 23.097,77€, auquel s’ajoutera - peut-être - un cadeau régional de presque 2 millions (1.855.239€ pour 2016).  La commune va bien mais la Région lui permet d’aller très bien… « Pourvu que ça doure » !

    Notons aussi une contribution communale de 9.705.680 € (+3%)  à la zone de police. Ainsi que la contribution de 14.335.000 € au CPAS (+1,9%).

     Une nouveauté dans la présentation du budget cette année : l’annonce d’une  méthode pour réaliser le budget 2018 en tenant compte du « genre » : le « genderbudgeting ». L’année prochaine, il y aura des articles budgétaires à « genrer ». Une mode venue du monde anglo-saxon qui habille de patagon une (future) politique visant à assurer l’égalité entre les  hommes et les femmes. DéFI soutient cette recherche de l’égalité des droits mais pas le patagon.

     

    Le marché public pour l’achat des vêtements de travail-voté en octobre- est revenu sur la table du Conseil communal. DéFi avait dénoncé le non respect de la clause en faveur du commerce équitable (voir Urbi et Fourbi du19 septembre 2016) mais la majorité était passée en force. Aujourd’hui, le même dossier revient - corrigé -  avec la justification qu’une « erreur de manipulation informatique a malencontreusement généré la suppression de la clause éthique et sociale normalement prévue pour ce type de marché ».

    L’informatique à vraiment bon dos… De l’art de présenter les choses.

     

    La crèche communale (rue des Champs) proche de l’ancien bâtiment du ministère des Finances exproprié par la Commune,  va être étendue selon une formule originale et un marché public voté à la hussarde, sans explications préalables suffisantes et manifestement sans relecture approfondie de la part du Collège. Pour DéFI, c’est oui à l’extension de la crèche mais non à la précipitation.

    De l’art de présenter les choses dans le brouillard.

     

  • Av. de Tervueren 2 : avocats à la mode sur huit étages ?

     

     av de Tervueren 2 (1978)

    2016 av de Terv 2.JPG                                                               av de Tervueren 2  (2018 ?)

    2016 av de Terv projet vue avant 008.JPG

        L’immeuble - datant de 1978 - qui ouvre l’avenue de l’Yser  et l'avenue de Tervueren devant le parc du Cinquantenaire  compte s’offrir un fameux lifting ! A la mode il y a quarante ans, il deviendra à la mode d’aujourd’hui. Plus économe en énergie. De l’extérieur, le format boite à chaussure est maintenu.

    Destination : bureaux (l’affectation commerce du rez de chaussée disparait) sur huit étages. Il me revient qu’un groupe d’avocats pourrait s’installer dans ce lieu prestigieux.

    A l’arrière, une modification qui pourrait gêner les voisins : une terrasse à ciel ouvert au lieu du sous-sol sous verrière actuel.

    L’enquête publique à lieu jusqu’au 6 décembre. La réunion  de concertation est prévue le 20 décembre. Chacun peut voir le dossier et exprimer ses remarques à la commune. Aux citoyens d’agir.

    2016 av de Terv 2 arrière.JPG

    arrière

    2016 av de Terv 2 projet vue arrière.JPG

  • Zone Montgomery – nouveau chef, nouveau budget.

     Michaël Jonniaux, le nouveau chef de corps de la zone de police Montgomery, a réussi son examen budgétaire devant le Conseil de police ce vendredi 21 octobre.

    Le Conseil de police, composé de conseillers communaux issus des communes de Woluwé -Saint-Lambert, de Woluwé-Saint-Pierre et d’Etterbeek, est présidé tour à tour par chacun des bourgmestres de ces communes.

    Sa principale compétence est le vote du budget de la zone.

    Pour 2017, le budget ordinaire est de 47.522.856,07 €. L’essentiel de la dépense (88%) est relatif aux frais de personnel : 599 personnes. Il y a moins de 10% de dépenses administratives.

    Le budget extraordinaire est de 1.859.500 €. Il est essentiellement consacré à la sécurisation des sites (commissariats) et à l’informatique.

    Les recettes proviennent de différentes dotations fédérales et de la contribution des trois communes. Etterbeek contribuera pour 9.619.234,28 € - en hausse de 2,40% - auxquels s’ajoute 148.000 € pour la brigade cycliste spécifique à notre commune.

     

    Le rapport d’activités 2015 de la zone a été présenté. Une année où le niveau de menace (décrété par l’OCAM) a varié de 2 à 4… ce qui fait évidemment varier le travail de la police.

     

    La zone s’est parfaitement adaptée à la situation mais cela entraine un arriéré dans certaines tâches de proximité.

    Malgré tout, 1668 heures de travail policier ont été consacrées à des évènements comme les 2Okm de Bruxelles, le marathon, la journée sans voiture, la fête de l’avenue de Tervueren…

    En 2017, les mesures de sécurité risquent d’être plus sévères encore et sans doute plus coûteuses. Cela donne devrait faire réfléchir ceux qui autorisent ces (trop) nombreux évènements.

     

  • EXKI sans bruits pour le Clos du Cinquantenaire

     

    Suite à l’enquête publique (voir « Urbi et Fourbi » du 28 août  2016). La Commission de concertation a rendu un avis défavorable majoritaire pour le projet de terrasse d’Exki rue des Tongres.

    Un avis favorable minoritaire existe sous réserve d’implanter la terrasse dans la 1ère partie de la zone de cour et jardin en contact direct avec le commerce et maintenir une zone plantée inaccessible au public dans le fond sur la moitié de la longueur totale de la zone de cour et jardin.

    Maintenant, le dossier est confié à la Région qui devrait accorder ou non le permis d’urbanisme en le justifiant par rapport aux remarques émises. Les voisins se sont notamment  inquiétés du bruit, du précédent que constituerait une terrasse publique en intérieur d’îlot… Tout n’est pas terminé.

    L’important est de constater qu’une procédure (affiche rouge, enquête publique, commission de concertation) peut donner des résultats. C’est encourageant pour ceux qui se veulent citoyen et ne savent comment faire.

    J’ai aussi pensé que, Conseillère communale, je devais avertir, expliquer, accompagner.  

    DéFI relevé !

  • ETTERBEEK Conseil communal 17 octobre

    On aurait pu croire que cette soirée clôturait une journée etterbeekoise de la flatterie tant les compliments ont été bon train, en particulier au sein de la majorité.

    Commençons par écolo/groen (où Caroline Schickel remplace Sandra Jen) félicitant le collège des bourgmestre et échevins pour le futur aménagement de la place Jourdan . Le calendrier prévu prévoit la construction de la friterie entre janvier et mars 2017 et ceux de la place d’avril à décembre. S’il y a un surcoût, la commune paiera pour ne pas bloquer le chantier.

     

    Le P.S à suivi en se félicitant de la modification des statuts de l’asbl « Activités socio-récréatives de la Commune d’Etterbeek », auparavant « Activités socio-récréatives du Bourgmestre ». Ecolo appuie et le CdH renchérit espérant du socio-récréatif pour tout le monde. DéFI attend sagement d’être représenté au Conseil d’Administration de cette asbl.

     

    De la liste du Bourgmestre  vient l’interpellation de Jean-Luc Robert sur l’engagement de personnes handicapées au sein du personnel communal. Il parvient à féliciter le Collège de ne pas respecter la loi. Etterbeek devrait offrir 12 emplois à des personnes handicapées. On est très loin du compte.

     

    Les catastrophes  sont loin ce soir :  le budget d’aide d’urgence 2016 est attribué à Haïti.

    Un orage gronde : le budget de l’Église Notre Dame du Sacré-Cœur ne sera pas voté ce soir. Le point est retiré de l’ordre du jour. Le mois dernier, la même aventure est arrivée au projet de bail d’un logement pour le desservant de cette paroisse. Guerre de religion ? Mystère….

     

     

  • ETTERBEEK, Conseil communal: oubli et contradictions

       Une personne qu’on n’oublie pas, c’est Jean-Claude Laurent, ancien de la Poste, inventeur des fêtes médiévales à Etterbeek où il fut échevin. Décédé cet été. Une minute de silence est respectée en son honneur au début de ce Conseil.

       Un point oublié est ajouté en urgence : en raison des travaux (enfin !) dans les logements sociaux de la « plaine de Boncelles », l’asbl  « L’Aile » doit déménager son école des devoirs. Elle ira provisoirement dans l’école « Colombe de la Paix » rue Général Tombeur… où l’on devra donc se serrer un peu plus.

      Il fut encore question d’école suite aux questions d’André du Bus reprenant un article de presse affirmant qu’il manque 9000 places à Bruxelles dont quelques centaines à Etterbeek.

      Difficile d’y voir clair car on peut faire dire beaucoup de choses aux chiffres…L’adéquation territoire/réseaux/nombre d’élèves est difficile à faire. La commune n’a pas d’école secondaire de type général mais compte sur son territoire un grand nombre d’établissements de qualité. Par ailleurs les écoles sont fréquentées par des élèves qui n’habitent pas la commune et ceux qui y habitent peuvent aller étudier ailleurs. Le Bourgmestre constate une augmentation du nombre d’élèves dans l’enseignement communal fondamental, une légère diminution dans les autres niveaux. Renvoi du gouvernement de  la Fédération Wallonie-Bruxelles- où siège le CDH - à ses études …

     

    En 2012, tous les partis- en campagne électorale-  réunis dans un petit train des associations, organisé par la Ligue des familles avec Oxfam ont signé l’engagement de favoriser le commerce équitable, notamment dans l’achat des vêtements de travail.

    Le marché public proposé aujourd’hui- par un échevin Groen/écolo - n’en tient pas compte. Pour respecter son engagement DéFI ne l’a pas voté.

     

    Dernière contradiction de la soirée : une convention – par ailleurs intéressante pour la visibilité de l’agenda culturel etterbeekois  est signée avec l’asbl « Visit Brussels ». En cas de conflit, les parties feront appel à l’arbitrage : la justice privée, pourfendue à la Chambre par Laurette Onkelinx, présidente de cette asbl ….Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

     

    On en reparlera certainement : une partie des logements à construire dans « les Jardins de la Chasse » le seront par la Société Régionale de Développement (Citydev) et accessibles aux revenus « moyens ».

  • Journées du Patrimoine : maison Hap, il est moins cinq…

     Beaucoup de monde pour visiter la maison Hap, chaussée de Wavre en  cette journée du patrimoine. Visite exceptionnelle à plusieurs titres : 

     - l’état de la maison ne peut souffrir la présence simultanée de beaucoup de monde , question de stabilité, état des plafonds...

     - la rénovation de la maison est au cœur du contrat de quartier durable « Chasse-Gray ».

    010.JPG

    Un bureau d’architecture (Skope scrl) a été désigné pour étudier la rénovation et élaborer le dossier de permis  à demander à la Région. Etudes et procédures vont prendre du temps…

    En attendant, il ne faudrait pas que la maison Hap se dégrade encore un peu plus et des mesures conservatoires devraient être prises. Urgence !

  • TALENT d'ETTERBEEK

    La nouvelle fresque au centre des sports est l’œuvre d’un artiste. Un vrai, pas un faiseur d’art contemporain.

    Ben, c’est son nom, travaille – et oui, l’art ne nourrit pas toujours son homme- au service de prévention. Son œuvre, graphique et harmonieuse, mérite que vous passiez rue des Champs en levant les yeux.

    Bien sur, tous les sports ne sont pas représentés… mais il faut éviter de remplir le mur à tout prix, sous peine de dénaturer l’œuvre existante. Un autre  morceau de mur du même type, sur le coté de la Poste, pourrait recevoir un graphisme sportif continuant la vague actuelle. C’est juste une idée, déjà reprise par les autorités.

    Ajoutons seulement qu’il serait intéressant d’assurer la longévité de cette œuvre par une protection adéquate.

  • EXQUISE RUE DES TONGRES à ETTERBEEK

    009.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La rue des Tongres est bien vivante et certains jours, il n’est pas possible à trois piétons de se croiser sur le trottoir… Personne donc ne songe à y aménager une terrasse.

    L’établissement EXKI  prend bien sa place après avoir changé de côté dans la rue, il occupe depuis moins d’un an le n°26. Il est tentant pour ce traiteur d’avoir une terrasse extérieure… D’où la demande de permis de construire -dans le jardin - une terrasse de 33m2 accessible aux clients.

     

    006.JPG

    Si l’affiche rouge est apparue (bien seulette dans le bas de la rue des Tongres…) c’est qu’il y dérogation à la loi sur l’urbanisme : « atteinte à l’intérieur de l’ilot ».  L’arrière de l’établissement donne sur le clos du Cinquantenaire, construit (dans les pleurs et les grincements de dents) dans le parc de la propriété Bosman. Les habitants du Clos ont probablement choisi d’habiter là en raison du calme et de la verdure….  

    A eux, à vous, de réagir maintenant dans le cadre de l’enquête publique. Propriétaire ou locataire, belge ou étranger…chacun à le droit de manifester son avis en écrivant au Collège des bourgmestre et échevins d’Etterbeek - avenue d’Auderghem 113-115, 1040 Bruxelles- avant le 6 septembre.

     

     

  • Parc du Cinquantenaire: à quoi joue-t-on ?

      

    153.JPG

    (illustration Artwork:Florence Bolsée)

       En 2011, il y a eu 136 évènements au Parc du Cinquantenaire.

       En 2015 : 396 évènements et une levée de boucliers qui a suscité des réactions contrites de la Commune d’Etterbeek et de la Ministre de l’Environnement de la Région, responsable de la gestion du parc. (voir mon interpellation au Conseil communal d’Etterbeek du 21 septembre 2015 et la question du Député Fabian Maingain (DéFI)du 1er décembre 2015)

       OUI, le parc est sur-utilisé. OUI, il y a trop de manifestations au même endroit. OUI, l’entretien, le nettoyage et la sécurité ont un coût.

      En début 2016 : 115 manifestations (plus 13 en option) étaient annoncées. Lisant les chiffres, on peut mesurer l’efficacité de la réaction et se réjouir de la diminution des évènements.

      Une analyse plus poussée montre qu’il y a évènement et évènement : une séance de Taï chi est comptabilisée de la même manière qu’une manifestation bruyante ! La gestion des nuisances demande un peu plus de subtilité.

    Le début de l’été a été maussade et certaines manifestations moins fréquentées.

    A ma connaissance, le plus gros problème de cette année a été causé dans la nuit du 2 juillet par l’animation musicale de Radio Panik dont le bruit voyageait de Schuman à Montgomery au-delà de l’heure autorisée.

    A quoi joue-t-on si les conditions ne sont que mollement respectées ?

      Les riverains ont vraiment l’impression  que les autorités se jouent d’eux. Ils ne sont pas opposés par principe à la fête mais ils souhaitent l’amélioration de la gestion du parc et surtout une meilleure information.

      Un calendrier officiel d’occupation du parc (avec heures d’extinction  des feux) devrait être rendu public au début de chaque année pour permettre aux riverains de prendre leurs dispositions.

      A ma connaissance, prochaines grandes animations :

     - 27/28 août : Bruxelles Games Festival (Bruxelles-ville) avec une NUIT du JEU (non prévue dans le calendrier communiqué au Député Maingain)

    - 28 août : kid’s day (commune d’Etterbeek)

    - 18 septembre : course de garçons de café, promotion du sport

    - 2 octobre : marathon de Bruxelles

     

  • Etterbeek - Conseil communal de juin : MODESTIE

       C’est un jeune père de famille : Edoardo Traversa qui remplacera Viviane Scholliers dans le groupe CDH du Conseil communal. Bienvenue à lui !

       Après avoir relancé en son temps le dossier des caméras, le groupe DéFI se joint à la majorité pour approuver une nouvelle convention liant la commune et sa zone de police à propos des caméras de surveillance. Quatre nouvelles caméras seront installées portant à onze le nombre de caméras opérationnelles en juillet 2016 sur le territoire d’Etterbeek.

       Dans le cadre du Contrat de Quartier, soulignons un « micro-projet » - grand par son objet mais petit par son budget (2500 €) -  qui assure la mise en valeur pour tous des archives de la maison et du parc Hap.  Un commencement pour un travail qui mérite une plus juste rémunération.

       Par contre la majorité ainsi que le CDH soutiennent une dépense de 34.000 € pour une fresque artistique sur un immeuble de la rue Gray ainsi qu’une toile  trompe-l’œil sur la façade du magasin « Carrefour » de la place Jourdan. Le choix de l’artiste s’est fait sans concours ni appel d’offres ce qui cause un vote d’abstention de DéFI.

     

       Un Conseil consultatif de la santé sera mis en place. A la demande du CDH, sa présidence ne sera pas assurée par le Bourgmestre. Celui-ci - avec une rare modestie- acceptant de céder la place à la société civile.

       Echange épique de propos fermes mais courtois au sujet d’une motion déposée par le groupe DéFI demandant que la Commune se joigne aux actions de la Région sur le survol de Bruxelles. Motion déposée avant que le Collège ne décide d’agir en ce sens et alors que la presse rapporte que les Bourgmestres MR ne veulent pas se joindre  à la Région.

       Le Bourgmestre ne peut supporter une motion qui ne vient pas de son camp…et donne la parole au chef de son groupe condamné à faire son éloge.

    Finalement la concorde intervient et même le CDH ne regrette pas le plan Wathelet :

    Etterbeek unanime se joint aux actions en cessation environnementale  afin que cesse le bruit excessif  des avions.

     

       Ce qui n’a fait aucun bruit, c’est la relance du marché pour la construction de la nouvelle maison communale, du CPAS, du Commissariat de police et de 37 logements : les Jardins de la Chasse.  Lancé il y a un an, le marché n’a pu être attribué sans risques juridiques sérieux. Dés lors, il était sage de tout reprendre à zéro.  Conséquence : sans doute un  an de retard sur les prévisions. Il est certain que la nouvelle maison ne sera pas prête pour les élections communales du 14 octobre 2018. La majorité se fait vraiment modeste. 

  • Etterbeek -Conseil communal 23 mai - une nouvelle banque

     

    La majorité du Conseil a adopté une note d’accord de participation à la « Erfgoedbank Brussel ». Une initiative de la Communauté Flamande via son relai bruxellois la Vlaamse Gemeenschap Commissie (V.G.C.)

    Il s’agit d’une banque de données du patrimoine, accessible au grand public. Difficile de dire ce qu’il y aura dans cette banque… alimentée par les associations culturelles flamandes, la bibliothèque flamande  mais aussi par le cercle d’histoire  (francophone) et d’autres volontaires sous la houlette du service « information » de la commune. Toutefois, les données pourront être corrigées par la « Erfgoedcel Brussel »… Pour le moment, les informations seront données en néerlandais et en français. Toutefois le terme « Erfgoedbank » est la dénomination générale.

    Pour bénéficier de cette banque de données, la commune paiera 500€ par an à la V.G.C.

    Pour sortir du système, il y aura des frais –non précisés- et un préavis de deux mois.

    DéFI s’est montré sceptique et s’est abstenu de voter.

    Ajoutons que la Région de Bruxelles-Capitale dispose d’une administration (bilingue) du patrimoine, d’un inventaire (bilingue) en ligne, des journées (bilingues) du patrimoine en bonne intelligence avec les autres Régions. En Flandre, le « Erfgoeddag » (24 avril 2016) est célébré), en plus de la journée du patrimoine dénommée « Monumentendag » (11 septembre  2016). Une fête relève des compétences de  la Communauté, l’autre de la Région. En  Flandres, ces deux institutions n’en font qu’une…

    Voila qui augmente peut-être  votre connaissance du patrimoine institutionnel belge à défaut d’améliorer celui des francophones.

     

    Quelque chose de plus réjouissant : la deuxième modification du Contrat de Quartier Durable révise le projet « petite enfance »  et réserve le montant de 24.000 € pour contribuer en 2018…à l’équipement d’infrastructures…destinées à l’enfance ou à la petite enfance : principalement au 221 et au 233  avenue d’Auderghem, à l’avenue du Préau… (voir plus bas "Urbi et Fourbi"  du mois d’avril sur l’école des Marronniers)

    DéFI a voté pour !

     

    Par contre, DéFI s’est abstenu d’approuver le montant estimé pour la construction (aux frais de la Commune) de la nouvelle friterie de la place Jourdan : 326.799,95€. Trop cher !

  • Etterbeek – Conseil communal 25 avril - profil bas

       Commençons par le dernier point de l’ordre du jour. La réponse du Collège à mon interpellation sur l’état du bâtiment de l’école des Marronniers (voir plus haut le texte complet en date du 19 avril 2016 )

    Réponse à double voix : celle du Bourgmestre au sujet de ce que le contrat de quartier va apporter au site. Profil bas mais  l’avenir sera meilleur…

    Celle de l’échevin groen/écolo des Travaux : le service des bâtiments (34 bâtiments communaux, plus ceux du CPAS), c’est 4 personnes !  Impossible d’imaginer un responsable par bâtiment. Baissons les bras et tirons l’échelle.

    Sa solution : sensibiliser les concierges !  Jamais, nous n’avons entendu une réponse politique aussi indigente, un fatalisme aussi irresponsable.  

     

       Au nom de DéFi, j’ai répété que le service technique des travaux est condamné à trier les urgences… La chaufferie du Centre culturel  attendra  car on  est obligé de faire quand même quelques travaux dans les écoles. Ce n’est pas le personnel qui est mis en cause. La barque de ce service est chargée, trop chargée et le Collège n’a pas de vision politique crédible sur ce secteur.

     

       Avant cela deux interpellations (écolo et CdH) sur la prévention du radicalisme ont permis de démontrer qu’il y a une vision politique en la matière, notamment via le contrat de prévention  et tout le travail de proximité. Un référant « radicalisme » a été nommé, il est également au service des trois communes de la zone de police. Le personnel communal est sensibilisé et formé.  Par contre, impossible de savoir le pourquoi et le comment de la perquisition qui a eu lieu avenue des Casernes. Le Bourgmestre a été prévenu par la presse…

     

      Dans d’autres dossiers, les questions pertinentes (et gourmandes ?) de Christophe Gasia, chef du groupe DéFI ont permis d’apprendre que le nouveau bâtiment -financé par la commune - de la friture place Jourdan doit être prêt avant les travaux sur la place. Pendant les travaux, les frites seront produites via un « camion nourrissant» (  foodtruck).

     Ouf ! Etterbeek reste Etterbeek.

     

     

     

     

     

  • Etterbeek: école des Marronniers - prochain conseil comunal

    Voici le texte de l'interpellation que je développerai au prochain Conseil communal d'Etterbeek ce  25 avril.

    Interpellation de Françoise Carton de Wiart (DéFI) :  suites du contrôle sécurité/hygiène de l’école des Marronniers.

     

       La communauté scolaire –enseignants-parents-élèves – de notre commune a été durement éprouvée ces derniers temps.

      Il faut lui rendre hommage.

     

    Mon intervention trouve ses racines dans l’interrogation répétée des parents et des enseignants au sujet de l’état de sécurité et de l’avenir du bâtiment de l’école des «  Marronniers ».

    Cette école maternelle est le  reflet parfait d’un quartier à la fois populaire et européen.

    Sa topographie est ingrate : entrée par un petit couloir rue Fétis, cour côté avenue d’Auderghem encombrée par l’ancien  théâtre Yvan Baudouin en ruines ; vers l’arrière, c’est une autre école « Les Carrefours », avec une autre direction. L’ensemble partage des locaux avec l’académie de musique « Jean Absil ». La direction des « Marronniers » est également celle de l’école primaire « La Farandole » située Chaussée Saint-Pierre.

     

    Un contrôle « sécurité/hygiène »  du pouvoir subsidiant- la Fédération Wallonie-Bruxelles- a eu lieu les 22 septembre et 2 octobre 2015. Suivie d’une visite du service interne (communal) de prévention et de protection au travail, le 8 janvier 2016.

     

    Ces rapports ne sont pas favorables à la gestion communale du bâtiment des « Marronniers ».

    Sur  41 points analysés, 34  posent problèmes.

     Cela va de l’encombrement des locaux (j’ai vu  des salles où les enfants doivent apprendre, jouer, faire la sieste, manger… et partager l’espace avec un dépôt d’instruments de musique de l’académie auxquels ils ne peuvent toucher…) à l’état des revêtements de sol dont certains présentent des risques sérieux, en passant par le nombre de sanitaires, l’absence d’exercice de sécurité , de plan d’urgence,  de plan spécifique de prévention au sens de l’arrêté royal du 28/03/98.

     Un point positif à souligner : les locaux sont propres.

    photo:une précieuse batterie encombre une classe  les marronniers classe batterie floutée.jpg

     

    Mon objectif n’est pas d’accabler la direction - déjà surchargée par de multiples instructions et circulaires… et par l’ingratitude du site à gérer, comme je viens de l’expliquer.

    Je veux souligner aussi que depuis l’existence de ces rapports, le service interne de prévention et  le service communal des travaux se sont activés.  Il le fallait.

     

    Pour ajouter à la complexité administrative – mais c’est la réalité de notre Région –

    le site des « Marronniers » est inclus dans le pôle inter-générationnel du Contrat de quartier durable dont bénéficie la commune. Les marronniers (les arbres) devraient disparaître au profit d’une crèche et d’un parking, la ruine du théâtre deviendra une salle polyvalente bienvenue.

    Les procédures administratives et le degré de participation des différents acteurs est tellement différent selon qu’il s’agisse du contrat de quartier ou de la routine communale qu’il est difficile pour le citoyen de s’y retrouver. A la fin du contrat de quartier, il risque d’y avoir un grand déséquilibre dans l’état des différents bâtiments et une difficulté de gestion commune  du site accrue.

     

    L’inquiétude, à la fois sur la gestion et l’entretien du site mais aussi sur la gestion à venir me parait légitime.

     

     L’état actuel du bâtiment des « Marronniers » n’est pas admissible.

     

    Pour le groupe DéFI l’éducation, l’enseignement sont des priorités. C’est l’austère devoir de l’opposition de dire ce qui ne va pas.

    Outre les mesures d’urgence – qui ont été prises suite au rapport de la Fédération Wallonie-Bruxelles – le Collège envisage-il de soulager la direction de l’école d’une série de tâches relatives à la gestion du bâtiment ? 

    Peut-on créer, au sein du service des travaux, une cellule « bâtiments scolaires » en veillant à ce qu’ils soient traités de manière équitable ?

    Vu les circonstances, ne pensez- vous pas qu’il serait sage de réaliser – comme le prévoit la législation – l’analyse de risque  globale ainsi que le plan interne d’urgence sans attendre ?

  • CHANTER A LA BOURSE

      

    003.JPG

     

    A l’initiative de Stefano Poletto , chef de chœur de la chorale « Les Baladins » à Braine l’Alleud, plusieurs membres du mouvement choral « A cœur Joie »  se sont retrouvés le 7 avril sur les escaliers de la Bourse à Bruxelles pour chanter….

    Tout simplement, être en ville, être en vie et avoir envie de le dire.

     

      Nous avons chanté - en italien- « Signore delle Cime » de Bepi de Marzi.

    Émotion d’un rayon de soleil, sur les marches qui se prêtent au théâtre.

     

      La Bourse, haut lieu urbain des temps passés.

    Vous souvenez-vous du mercredi - jour de Bourse - où le centre ville frétillait, les visiteurs s’encanaillant après les bonnes ou mauvaises affaires ?

    La Bourse, bâtiment vide et peut être futur musée de la bière, est aujourd’hui le lieu d’un culte dont la divinité est en construction.

    006.JPG

     

  • MAELBEEK

        Les attentats du 22 mars dernier ont inscrit le Maelbeek dans l’histoire de l’Europe. Chacun sait que c’est le nom d’une station  de métro bruxellois ou une trentaine de personnes ont trouvé la mort. Peut – être quelqu’un que vous connaissez, peut-être un(e)  habitant(e) d’Etterbeek ?  Notre première pensée va vers ces victimes, leurs familles, leurs amis.

       Maelbeek est le nom d’un ruisseau prenant source à l’Abbaye de la Cambre où il forme des bassins piscicoles, alimente des moulins,  creuse les étangs d’Ixelles et passe sous la place Flagey, flâne chaussée d’Etterbeek vers la place Jourdan, empli l’étang du Parc Léopold, puis ceux des squares Ambiorix et Marie-Louise.

      La création du canal de Willebroeck (inauguré en 1561, il relie Bruxelles et Anvers) entraîne une réorganisation du système hydraulique bruxellois. A la fin du 16ème s. le Maelbeek alimente une machine qui monte l’eau vers le palais de Coudenberg et ses jardins.

      Depuis 1897, largement enfermé, le Maelbeek est devenu un système de collecteur qui évite les inondations.

      En effet, le bassin du Maelbeek est caractérisé par de fortes pentes (comme la rue Belliard !) qui provoquent des crues mémorables.

     

      Aujourd’hui, la vallée du Maelbeek est une vallée de larmes.

      Nous pleurons debout.

     

     

    NB. Prévu avant les attentats. L’asbl « la Fonderie » organise un parcours piéton commenté « A la recherche du Maelbeek perdu » les dimanche 10 avril et 30 octobre. Info : www.lafonderie.be ou tel 02 410 99 50

  • Etterbeek – conseil communal - frites, abeilles et parking en tout genre.

      - L’ordre du jour du Conseil du 14 mars montre l’avancement rapide du projet de construction d’une nouvelle friterie place Jourdan.

      Le célèbre kiosque, encore fréquenté récemment  par Madame Angela Merkel, est en effet une propriété de la Régie Foncière de la commune d’Etterbeek. De belle architecture mais la « cuisine » date un peu… et le locataire (au loyer de 27.000€/an) souhaite faire  moderniser voire agrandir, se mettre aux multiples normes…. Puisque la place Jourdan va faire peau neuve (grâce au programme fédéral Beliris) autant refaire le kiosque…au frais de la commune. Ainsi en a décidé le Collège des bourgmestre et échevins. 

    Premier pas : une mission d’étude de performance énergétique (PEB, obligatoire) estimée à 1.725 € tvac. Deuxième pas : mission de coordination du chantier estimée à 1.939€ tvac, Troisième pas : mission complète pour l’étude des techniques spéciales estimée à 25.410€ tvac. D’autres pas, plus coûteux, devraient suivre : démolition (environ 20.000€), construction, achat et installations culinaires (estimation ?)

    Le budget de la Régie prévoit une possibilité d’emprunter 377.000€. Cela fait quelques frites, mais on espère des subsides…

     -  Les trois ruchers sur le toit de la maison communale nécessitent une gestion complexe. La convention (5 pages et 14 articles) de mise à disposition du toit pour les apiculteurs est à nouveau modifiée. Passons les détails, mais remarquons le fait que des cartes individuelles de parking sont nécessaires… Pas pour les abeilles, nous voila rassurés.

     

      - En vue des grands travaux de la démolition-reconstruction de la crèche Aimé Dupont, du centre de santé  et d’un pavillon passif pour les maternelles du Paradis, la commune va louer 74 conteneurs de  minimum 28 m2 pour abriter ce petit monde le temps des travaux(durée indéfinie…). Les conteneurs doivent être installés dans le parc jouxtant l’école « Paradis des enfants » avant le 16 août 2016.  Montant estimé : 2,500.000 € tvac

    Le marché pour la conception du  pavillon passif pour les maternelles  du Paradis des Enfants a été attribué. Il faut penser à construire maintenant. Montant estimé : 862.000 € tvac (dont 532.000 de subsides). Plus que prévu au budget qui a pourtant déjà été revu à la hausse en février.  Une nouvelle hausse du budget devra donc intervenir en avril… Rien n’est trop cher pour le Paradis.

     - En prévision du budget de 2017, Gisèle Mandaila (DéFI) interpelle le Collège au sujet de l’intégration du « gender budgeting » dans les politiques communales. Autrement dit, comment la commune va-t-elle tenir compte de la situation respective des hommes et des femmes et comment cela va-il se traduire dans le budget ? Vaste programme auquel l’échevine Marie Rose Geuten doit s’atteler comme il est promis dans la déclaration de la majorité.

     

     

     

     

  • 28 avenue de Tervueren - c'est NON à la démolition

    La commission de concertation vient de rendre son avis, longuement motivé... c'est NON.

    Une preuve que la démocratie fonctionne.  Il vaut la peine de lire les affiches rouges  et de réagir en concertation avec le voisinage pour convaincre quand le projet est mauvais.

    Évidemment, le droit de propriété est une réalité et un nouveau projet peut être présenté... mais, les voisins ont fait connaissance , vécu un moment de solidarité et d'urbanité. Nous fêterons certainement un de ces jours la victoire contre l'appétit d'un gain démesuré !

    Merci à tous.

     

     

  • 28 av de Tervueren - le NON est en vue

    Ce 1er mars 2016, la commission de concertation (photo) en matière d’urbanisme à Etterbeek s’est réunie pour la deuxième fois à propos de la demande de démolition du 28 avenue de Tervueren.

    002.JPG

     

    Comme convenu, elle a donné publiquement connaissance des deux avis complémentaires demandés.

    - Celui de la STIB n’est pas favorable. L’arrêt des transports en commun, impossible à déplacer pour diverses raisons, voit 40 véhicules par heure pendant les heures de pointes.De plus, la piste cyclable est très fréquentée. Le projet de construire un building de 8 étages avec 14 parkings comporte donc des risques d’accidents.

     

    - Celui de la Commission royale des Monuments et des Sites est défavorable : le 28  avenue de Tervueren a un intérêt historique, son aménagement intérieur, son état de conservation en font une œuvre d’art totale. Un témoin de la première urbanisation de l’avenue de Tervueren et de la manière d’habiter de la grande bourgeoise de l’époque.

     

    Ces avis confortent les arguments des nombreux opposants au projet (pétition de1000 signataires). Voir Urbi et Fourbi des 29 décembre 2015 et 19 janvier 2016.

    DéFI Etterbeek attend donc de la commission de concertation un "non" unanime.

    Encore quelques jours de patience afin que l’avis soit rédigé dans les règles de l’art juridique.

     

  • Etterbeek : Conseil communal 15 février – tout baigne

    Etterbeek : Conseil communal 15 février – tout baigne

     

    On sait la commune très attachée à se détacher d’un permis d’antenne (Mobistar) accordé par la Région sur le toit d’un bâtiment de l’avenue Jules Malou appartenant au CPAS de Bruxelles qui en perçoit le loyer.

    Est-ce le dernier recours ? Cette fois au Conseil d’Etat. Maitre Sambon est mandaté.

     

    Comme dans n’importe quels immeubles, ceux de la régie foncière connaissent des problèmes de gestion des poubelles. Un marché est passé pour vider les différents locaux poubelles. Dépense : 5.280 €. Hors TVA . Comme dans n’importe quels immeubles, une dépense qui pourrait être évitée si le sens civique était plus développé.

     

    L’asbl communale et subsidiée « Comme une Ferme à la Ville » a rentré ses comptes 2012, 2013, 2014 et son budget 2015. Mieux vaut tard que jamais. Quant à savoir si les paniers bios (59 abonnés en 2013) respectent la loi sur les marchés publics… j’attends une réponse écrite.

     

    Un joli projet est lancé pour les activités de solidarité internationale : «  la prime d’encouragement pour des histoires de sacs à dos. » Deux primes de 250€ sont disponibles pour des individus qui souhaitent soutenir un prochain de terrain dans un pays en voie de développement qu’ils visiteront dans le cadre d’un voyage d’immersion, d’un stage ou d’un travail de bénévolat et.ou qui veulent organiser une action de sensibilisation suiterà ce voyage sur Etterbeek. Bref, prenez votre sac à dos, relevez les manches et racontez nous.

    Bureaucratie minimale et règlement à demander au service : solidariteinternationale@irisnet.etterbeek.be ou tel 02/627 27 61

     

    Interpellation de DéFI: Christophe Gasia relaie les questions du quartier rues Pierre Hap-Lemaître, Berheim, Haerne où 16 places de parking sont indisponibles depuis des mois en raison de travaux qu’on ne voit pas avancer. Réponse : c’est que les travaux avancent… rue Beckers. La berme centrale Bernheim-Haerne a été choisie comme zone de stockage pour les gros travaux d’égouttage entrepris par Vivaqua-assainissement. En anticipant déjà l’augmentation du nombre d’habitants des futurs jardins de la chasse. Du travail pour la bonne cause donc !

    Cette zone a été choisie parce qu’elle connait relativement moins de problèmes de parking qu’ailleurs. Tout est relatif. On y trouve 1,26 place de parking pour 1 carte riverain. Les travaux devraient se terminer - et le stationnement se libérer- en mai 2016. Patience !

     

    On se consolera avec de très bonnes nouvelles pour les finances communales : à Etterbeek la taxe additionnelle à l’impôt des personnes physiques rapporte 1.225.806,96 € de plus que prévu au budget 2015. Il faut dire que le budget a été voté très tôt, bien avant que le Fédéral puisse faire les bons calculs. De plus, la Région, dans sa magnificence, ajoute 268.090,00 € à la dotation communale et 927.619,50€ pour amélioration budgétaire. Bref, 2 millions  attendus (voir Urbi et Fourbi du 23 novembre 2015 ) . On attend la diminution des impôts communaux. Patience !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • 28 av de Tervueren – concertation :nouveau comité d'habitants - on demande des avis.

     

                     Du beau monde dans la salle du Conseil communal. Un nouveau comité d’habitants : le T.T.B.M est né pour défendre l’ilôt Tervueren- Tongres- Braffort-Ménapiens.

     

               Non, la destruction du 28 av de Tervueren n’est pas garantie, sa sauvegarde non plus…

               Tous les arguments de sauvegarde du patrimoine ont été évoqués mais aussi les problèmes de servitude de passage dans l’îlot. L’histoire remonte au temps de la boulangerie-pâtisserie Robert rue des Tongres (aujourd’hui vêtements Camaïeu) et de la construction d’un bâtiment Amelynckx à front d’avenue de Tervueren n°30. Le lien est une porte de 90 cm dans un garage…

    C’est dans le calme que chacun a pu exprimer de fortes convictions. Je suis évidemment intervenue au nom de DéFI pour réaffirmer notre opposition à la destruction d’un immeuble patrimonial, au creusement de deux étages de parkings ne pouvant qu’entrainer des dégâts aux immeubles voisins.

    Résultat : pas d’avis de la commission de concertation pendant un certain temps car elle va elle même demander l’avis de la Commission Royale des Monuments et des Sites et de la STIB. De son côté la Commune a déjà reçu un avis de l’administration de la mobilité.

    Par ailleurs, une deuxième réunion de la Commission de concertation est prévue sur le dossier quand tous les avis seront disponibles. Cette réunion sera publique.

    A SUIVRE….

  • Etterbeek : bref Conseil communal, contrat de quartier Chasse-Gray an II

     La brièveté de la réunion du Conseil communal n’enlève rien à l’intérêt des dossiers :

    - Côté people : Odette Vandystaat revient au CPAS. Après avoir travaillé au Centre Public d’Action Sociale, elle revient comme conseillère , mandatée par le Conseil communal, suite à la démission de Monsieur Zanaglio.

    -  An II du Contrat de quartier. C’est l’année pendant laquelle  des modifications sont possibles. Ajustements utiles car tout coûte plus cher que prévu. Un subtil jeu de domino entre les sources de financement permettrait de réaliser tout le programme mais en demandant plus au bras immobilier de la Commune : la Régie Foncière.

    C’est ainsi que 271.000 € sont inscrits au budget de la Régie pour les projets logements-crèche-parking-salle polyvalente et locaux annexes sur le site complexe et accidenté des 219-221 av d’Auderghem (ex théâtre Yvan Baudouin en ruines et… environs). Un aménagement délicat.  A  suivre dans les détails tant les inter-relations sont complexes sur le site. Ce n’est pas pour rien qu’on est dans le pôle « inter-générationnel » du contrat de quartier !

     

    Le budget prévu pour l’aménagement du centre de guidance au  35-39 rue Fétis viendra aussi de la Régie mais le projet sort de l’enveloppe du Contrat de Quartier. Facile, c’est un bâtiment isolé.

    Les bâtiments 7-9 Rue de l’Orient, pourtant restaurés par la Régie en 1974, seront - hélas- démolis mais huit nouveaux logements verront le jour au profit de l’Agence Immobilière Sociale (A.I.S). Le financement étant en partie assuré par les charges d’urbanisme imposées au projet Colruyt rue Gray.

    2-6 rue Louis Hap (ancienne teinturerie « Toby », actuel atelier et dépôt communal). Sol pollué… Financement prioritaire par Beliris (Fédéral) et complémentaire par la commune. Maintien du caractère patrimonial de l’atelier, la construction de 8 ou 10 logements  et l’installation du vestiaire et de l’épicerie sociale du CPAS.  

     

    Voilà pour les changements fondamentaux…. Compliqué ? Complexe. Il n’est pas encore question des permis d’urbanisme qui devront être étudiés dans les détails – avec enquête publique - tant  le tissu urbain est parfois de la fragile dentelle….

    La modification n°1 a été adoptée en bloc par le Conseil, on ne vote pas dans la dentelle.

     

  • Etterbeek - Patrimoine menacé - av. de Tervueren 28

     Les affiches rouges qui annoncent une demande de certificat d’urbanisme sont apparues. Il s’agit de démolir l’hôtel de maître sis av . de Tervueren 28 et de construire un immeuble d’appartements de 8 niveaux et de construire une villa en intérieur d’ilot (entre la rue des Ménapiens et la rue des Tongres) avec deux étages de parkings en sous-sol et un solarium sur le toit.

    013.JPG

                                                                   (extrait du dossier de demande de C.U.)

    Outre la question fondamentale du principe d’autoriser la démolition d’un immeuble patrimonial, même s’il n’est pas classé, je souhaite attirer l’attention sur différents problèmes.

     

    - Comme il s’agit d’une demande de certificat d’urbanisme, les plans ne sont pas très détaillés, en particulier pour la villa. Le parti architectural est résolument… à la mode et sera vite démodé. La façade en verre sera éblouissante au coucher du soleil !

    - On peut noter aussi les risques encourus par les immeubles voisins si on creuse deux étages en sous-sol.

    - La grille et le jardinet à front de l’avenue disparaissent au profit d’une entrée de garage.

    - S’il y a une affiche rouge, c’est qu’il y a demande de dérogations, sur 3 points :

    - atteinte à l’intérieur de l’ilot,

    - hauteur de la façade avant,

    - hauteur de la toiture,

    - Si un certificat d’urbanisme est accordé, la demande de permis qui doit suivre peut se faire sans enquête publique, à moins de l’exiger maintenant.

     

    L’enquête publique a lieu jusqu’au 11janvier. Chacun peut consulter les plans tous les matins de semaine à la maison communale d’Etterbeek (113 av. d’Auderghem), faire ses remarques et demander à être entendu par la commission de concertation - prévue le 19 janvier 2016 - composée des représentants de la commune et de fonctionnaires de différents services de la Région, elle donnera un avis, de même que le Collège des bourgmestre et échevins avant que la Région donne ou non un certificat d’urbanisme.

    C’est maintenant au citoyen d’agir, voisins ou non, propriétaires ou locataires, amis du patrimoine faites-vous entendre.

    004.JPG

  • Etterbeek : dernier conseil communal de 2015

    •       Le chef de groupe de la Liste du Bourgmestre Arnaud Van Praet devient administrateur de la société de logements sociaux « le Foyer Etterbeekois » remplaçant Christian de Beco, démissionnaire.

     

    •       Avancées administratives dans le projet des "Jardins de la Chasse". Le nouveau quartier prend forme :

    - une partie du terrain est clairement affectée au domaine public (pour y établir les nouvelles rues et le parc) ;

    - les nouveaux appartements de la rue Beckers sont en vente. Le promoteur est privé, mais la commune propriétaire du sol est partie prenante de chaque vente.

    C’est ainsi que l’acte de base de la copropriété – rédigé exclusivement en néerlandais par le promoteur privé –est traduit en français, puisque la Commune est bilingue.  Chaque (futur) copropriétaire sera ainsi bien au courant du texte qui est en quelque sorte la constitution de la copropriété.

    Seul le CDH s’est abstenu ou opposé à ces avancées.

     

    •      Encore une asbl communale censée s’occuper des femmes violentées. Son nom n’a aucun sens dans aucune langue : Up to Wo  d’où l’abstention du groupe DéFI, car nous pensons que mal nommer les choses ajoute au désarroi du monde. La violence faite aux femmes est un problème réel. Il existe un plan fédéral en la matière et la police – au moins dans la zone Montgomery - est assez bien formée en la matière. Aucune réponse de l’échevine quand à l’articulation entre ce qui existe déjà et la nouvelle asbl. Il semble qu’elle soit créée pour permettre un accès plus facile au logement. Or, dans les logements sociaux comme dans l’agence immobilière sociale, il existe déjà des possibilités de dérogation pour des cas exceptionnels comme le sont les femmes battues. Un machin de plus ?

     

     

    •  Le rapport 2014 de la régie communale autonome, consacré cette année à la piscine « Espadon »  (rue des Champs) montre combien les travaux (défaut d’étanchéité) ayant entrainé la fermeture en septembre/octobre 2014 causent des soucis aux responsables publics.

    Cette piscine est un outil précieux qui rencontre plein succès : pour les écoles, fréquentation journalière de 720 enfants ! En permanence : un couloir pour le public, moyenne journalière 462 personnes. La bonne demi heure tranquille: 7h30-8h, moyenne journalière : 21 personnes.

     

    •  Excellent rapport aussi de la Bibliothèque Hergé (211 avenue des Chasse) : 7764 lecteurs de 102 nationalités. La tranche d’âge fréquentant le plus la bibliothèque concerne les 11-15 ans.

    C’est au mois de janvier qu’on lit le plus !

     

    Le Conseil s’est clôturé  sur des bons vœux de fin d’année.

    Prochaine séance prévue le lundi 18 janvier.

     

  • La « Grande Guerre » en cartes postales à l'hôtel communal d’Etterbeek jusqu’au 18 décembre.

                  009.JPG  Vernissage ce soir d’une instructive exposition sur la « Grande Guerre » (avec les prémices, le contexte international depuis 1870 jusqu’au traité de Versailles en 1919).

    Collectionneur averti et passionné Freddy Billiet nous dévoile une partie de sa collection. Des cartes postales – seules images de l’époque avant le « tramage » des photos permettant l’impression dans les journaux.

    Sobrement mais intelligemment présentées (impression grand format par Cartouche + av des Celtes, petit clin d’oeil à Fadel), l’expo montre tous les aspects de la guerre et dans tous les camps.

    Comme l’a dit Colette Njomgang-Fonkeu, échevine de la culture francophone, ces images nous permettent de ne pas oublier et donc de tout faire pour qu’il n’y plus jamais « ça".

    006.JPG

    Défi relevé pour une expo dont on se souviendra !

    (sur la photo faite par Frank Van Bockstal: Thierry Mommer, Freddy Billiet et Françoise Carton de Wiart)

    001.JPG

    014.JPG 

    Hôtel communal , 113 av. d'Auderghem  ("Espace Libre") du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30, jusqu'au 18 décembre.

     

     

     

     

     

  • Etterbeek- Conseil communal 23 novembre 2015

       Après avoir observé une minute de silence en mémoire des victimes des attentats du 13 novembre à Paris, le Conseil a commencé ses travaux sous la présidence du premier  échevin Patrick Lenaers. Les arrêtés de fermeture des écoles, du centre des sports, des différentes salles de spectacle (sauf si l’exploitant justifie d’un gardiennage armé) en raison de l’évaluation de la menace portée au niveau 4 d’alerte terroriste pour la Région bruxelloise, sont communiqués.

      L’ordre du jour du Conseil reprend ensuite son cours normal et son président Bourgmestre.

      Pour le Contrat de quartier, quelques micros projets sont acceptés (total de 7.700 €) et le grand projet de restauration de la Maison Hap, 508 Chaussée de Wavre, commence à prendre corps. Un appel d’offre est lancé pour une étude (350.625,00 € tvac.) de préparation des travaux. Ceux-ci doivent permettre la restauration de l’immeuble et une utilisation polyvalente tenant compte de pièces assez petites.

      Le budget de la Régie foncière est adopté – sauf par le CdH. La Régie gère environ 300 logements et mène plusieurs projets de rénovation dont la restauration de la Maison Hap subsidiée par la Région (Contrat de Quartier et Monuments et Sites). Les travaux à la maison voisine, 506 chassée de Wavre, malheureusement non classée au patrimoine, devraient commencer fin 2016, pour abriter le centre Psycho-Médico-Social (P.M.S.) et des logements.

      Cette année les budgets 2016 du CPAS et de la commune sont présentés à la même séance. L’un comme l’autre révèlent de bonnes surprises. En 2015, Christophe Gasia (DéFi) avait tiré la sonnette d’alarme sur le déficit des maisons de repos. Cette année, les mesures de redressement sont prises : les pertes diminuent …

      Le budget du CPAS montre que la commune est bien présente (pour 14 millions d’euros)  face aux besoins sociaux qui augmentent.

      Les besoins de sécurité augmentent aussi : Etterbeek contribue pour 9 ,5 millions au budget de la zone de police.

      Coté commune : bonne nouvelle, un excédent d’un million d’euros en 2016. Si on y ajoute 1,2 millions venus en plus  de nos impôts personnes physiques et 1,8 millions d’euros à venir de la Région dans le plan de redressement … Cela représente un très beau résultat, qui permet d’envisager une réduction  des centimes additionnels à l’impôt des personnes physiques en 2017 et en 2018 dit le Bourgmestre. « Et pourquoi pas dès 2016 ? » demande Christophe Gasia (groupe DéFi, nouveau nom des FDF). Réaction fâchée du mayeur qui estime mériter encore plus de compliments, ne répond à aucune autre question et se lance dans un rappel de la situation désastreuse trouvée au décès de Léon Defosset (ancien Bourgmestre P.S. issu du FDF). Notons que les anciens compagnons de Defosset se trouvent dans le groupe du Bourgmestre (MR). Les 3 élus de DéFi n'ont jamais siégé à cette époque. Quand on vous dit que la politique demande une mémoire – et parfois des mœurs - d’éléphant …

      La nuit sera encore longue, mais nous avons un bon budget. Le CdH a voté contre, DéFi s’est abstenu.

     

     

  • Etterbeek conseil communal : tout le monde d’accord sur le survol de Bruxelles et sur les changements climatiques.

     Un vent de conciliation planait sur le conseil communal ce soir. Unanimité sur deux motions :

    - Celle - proposée par tous les bourgmestres de Bruxelles - au sujet du survol de la capitale. Cette fois, même le MR refuse les vols de nuit, ce qu’il ne pouvait faire en mars 2014. (voir urbi et fourbi du 1er avril 2014). Reste à convaincre le gouvernement fédéral, mais l’union des Bruxellois est précieuse dans la négociation.  

    - Celle proposée par le Collège en vue de la Conférence de Paris sur les changements climatiques. Comme on aimerait cette même unanimité sur le fonctionnement de la démocratie locale à quelques encablures de notre bonne ville. Une petite pensée pour Linkebeek…

     

    Plus terre à terre, le marché pour la rénovation (en vue d’un usage polyvalent) de l’orangerie du parc Hap est lancé. Une course contre la montre pour bénéficier des subsides du Contrat de Quartier et sauver le patrimoine.

     

    Le règlement sur les funérailles et les sépultures est revu, permettant notamment l’inhumation selon les rites de différentes confessions, ainsi qu’une amélioration des lieux pour la dispersion  des cendres et l’inhumation d’urnes cinéraires car 70% des Etterbeekois choisissent la crémation.

     

    Feu vert policier et communal pour la cam2ra « mobile ». D’usage essentiellement préventif,   elle sera installée là où c’est nécessaire et  quand c’est nécessaire,  aussi bien pour avoir un œil sur les troubles publics que sur les dépôts clandestins de déchets.

     

    Mes questions et suggestions relatives au plan propreté, sanctions et copropriétés (voir urbi et fourbi du 23 octobre 2015 ) rencontrent l’intérêt du Collège. Les agents constatateurs pourraient mettre le nom du syndic de l’immeuble dans leur pv. Si le service contentieux reçoit la preuve qu’il y a un contrat avec une société de nettoyage ou une personne chargée de sortir les poubelles, la procédure contre la personne dont le nom  a été trouvé dans le sac est annulée et recommence avec la société de nettoyage. A bon entendeur… Au préalable,  ces sociétés et  les copropriétés pourraient être informées, sensibilisées. Du travail pour les futurs médiateurs éco-citoyenneté.

    Félicitations à Gabriel Van Houtte qui vient d'être désigné comme administrateur de l'asbl" Etterbeek sport". Il succède à Carlo Mendola pour représenter les FDF.

     

     

     

     

  • Copropriétés et propreté - mon interpellation au Conseil communal du 26 octobre

    Lors du prochain conseil communal, lundi 26 octobre à 2Oh, j'interpellerai le Collège au sujet du plan propreté et d'un problème qui se pose dans les copropriétés. En voici le texte:

    Notre Conseil a approuvé en septembre 2015 - à l’unanimité - un plan « propreté ». C’est dire si le problème de la saleté  est réel, persistant et complexe dans notre commune.

    Avec la majorité, nous avons également soutenu le principe des amendes administratives tout en sachant les difficultés d’application.

    Aujourd’hui, je veux évoquer un problème particulier : celui de la gestion des déchets dans les immeubles en copropriété. Dans la plupart des immeubles, il y a un syndic – et selon les statuts (acte de base et règlement) engagé contractuellement par la copropriété pour la gestion des choses communes, dont bien souvent la sortie des sacs poubelles, aux jours et dans la forme ad hoc (sac blanc, jaune, bleu). Le syndic, dans la plupart des contrats de copropriétés, contracte lui-même avec une société de nettoyage qui effectue le travail. Les concierges deviennent rares parce que trop coûteux pour les charges de la copropriété. De plus, ils ne sont pas toujours chargés de sortir les sacs poubelles. Dans les grandes copropriétés, Bruxelles-propreté offre un contrat particulier avec un système de conteneurs et d’autres jours de ramassage. La loi oblige les syndics à mettre leurs coordonnées de manière visible et inaltérable à l’entrée de l’immeuble, de manière à ce que chacun puisse savoir qui est le gestionnaire de l’immeuble et comment l’atteindre.

    Voyons maintenant le problème « au ras du trottoir ». Les sacs poubelles sont sortis. Malheureusement, ce n’est pas le bon  jour, la bonne heure… Un sanctionnateur passe et sanctionne… la personne qui aura laissé son nom dans le sac poubelle. C’est un copropriétaire (ou un locataire dans un immeuble en copropriété). Celui-ci est-il le responsable de l’infraction ? Il n’a pas d’autorité sur le nettoyeur qui a contracté avec le syndic. N’est-ce pas au syndic de contrôler le nettoyeur et de veiller à ce que les jours et heures de ramassage soient respectés ?

    Certains me diront : il ne faut jamais laisser son nom dans une poubelle. Facile à dire, la promotion de l’anonymat est une manière d’échapper à toute responsabilité, ce qui ne correspond pas à nos valeurs.

    D’autres diront : on peut sanctionner le syndic afin qu’il se retourne sur le nettoyeur et de toute manière le montant de l’amende se retrouvera dans les charges communes de la copropriété. Une manière de noyer le poisson…

     

    • Est-ce que les responsables de notre  plan propreté, dont on sait qu’il est transversal, ont déjà rencontré ce problème ? A-t-il été résolu autrement qu’en faisant « sauter » la sanction si un des copropriétaires s’est plaint ?

     

    • Dans le cadre des contacts et concertations avec Bruxelles-Propreté, êtes –vous informés d’actions particulières avec les copropriétés, tout comme il existe des actions vis-à-vis des commerçants ?

     

    • Ne faut-il pas ajouter un point à notre plan propreté pour sensibiliser les copropriétés (syndic, copropriétaires ou personnes vivant en copropriété) à leurs responsabilités en la matière ?
  • LE PASSAGE PIÉTON SOUS L’AVENUE DE TERVUEREN (MONTGOMERY) ÉLU PAR LES INTERNAUTES LE PLUS MOCHE ENDROIT DE BRUXELLES, UNE LEÇON POUR VERGOTE

     ©fcw

     006.JPG

      Baptisé souterrain Montgomery, le 9 octobre notre passage piéton est élu par les internautes de la RTBF comme « le plus moche endroit de Bruxelles ». Un petit concours pour imiter la presse flamande.

     Et alors ? Les lecteurs d’Urbi et Fourbi se souviendront des notes publiées en 2011 (voir les archives des 7 février, 19 mars, 14 avril, 10 juin) qui retracent l’humble action  d’une conseillère communale opiniâtre. Avec les voisins, les usagers du tunnel… nous avons demandé et obtenu qu’il soit rénové, nettoyé.

      La situation est nettement meilleure en 2015 qu’en 2011. Il demeure que ce genre de liaison ne devrait plus avoir sa place dans une ville du XXIème siècle. Les piétons devraient se sentir en sécurité en surface et traverser l’avenue de Tervueren et non une autoroute urbaine. Mais l’urbs (la  ville) est devenue un vrai fourbi….

      Les journalistes découvrent que le même type de passage existe (entre autres)  sous le square Vergote. A peine plus propre que celui de l’avenue de Tervueren.

    Là aussi, le lien est nécessaire entre les deux rives du boulevard. Plutôt qu’un tunnel (vraiment démodé) certains souhaitent une passerelle. Un beau geste d’architecte qui signerait la rénovation du Boulevard après la démolition du viaduc Reyers. Je pense que c’est une erreur, pas plus qu’en sous-sol, les piétons, n’aimeront le passage aérien.

      Et si – tout simplement- on nous permettait de traverser à hauteur d’êtres humains, les pieds sur terre …

     

  • Etterbeek : Conseil communal 21 septembre 2015

    •  Cette fois, elle est passée : une motion forte et crédible au sujet du TTIP . Fruit d’une négociation entre les différents groupes politiques, elle met des balises positives  et encourage plutôt le travail de négociations internationales multilatérales tout en étant claire : si les balises ne sont pas respectées, il y aura arrêt définitif des négociations.

    Elle est passée -18 oui, 15 non, 2 abstentions - avec une majorité alternative : Ecolo-PS-CDH-FDF (Fédéralistes démocrates francophones).

    Les  libéraux ont voté contre. Stéphane Van Vaerenbergh (LB) ainsi que l’échevin Van Bokstal (CD&V) se sont abstenus .

     

    • Unanimité pour le plan propreté qui allie : prévention, nettoyage, sanction. Chacun attend évidemment les résultats… mais les moyens sont mis. Gare aux crasseux !
    • Le programme du Contrat de Quartier qui permet la restauration de la maison et du parc Jean Hap est également approuvé. Il est largement inspiré par la recherche historique, permet l’utilisation polyvalente des locaux, avec une priorité au socio-culturel pris dans un sens large.

    Le trésor des archives (papiers et objets) sera hébergé par la Régie foncière.

     

    • Le club de pétanque quittera l’avenue du Préau pour le hangar (à aménager) rue Général Tombeur.

     

    • La motion des FDF et portée par Christophe Gasia, concernant les mesures structurelles apportées au problème des nuisances liées au survol aérien en Région de Bruxelles-Capitale et de sa périphérie, déposée au mois de juin est encore reportée suite « à un problème de communication au sein de la majorité. »

     

    • Mon interpellation au sujet du mobilier urbain de Clear Channel a reçu cette fois une réponse plus intéressante : une douzaine de ces mobiliers publicitaires n’ont pas vu leur permis d’urbanisme renouvelé en 2010. En août 2015, le Collège a demandé à la société d’introduire une demande de permis pour 68 dispositifs existant. Bref, la roue tourne toujours dans le même sens, semble-t-il. J’attends les documents techniques pour revenir sur le sujet.

     

    • L’interpellation (voir Urbi et Fourbi du 18 septembre) sur les  nombreuses manifestations festives organisées au Parc du Cinquantenaire et les nuisances ressenties par les habitants d’Etterbeek à recueilli les applaudissements de Françoise Bertieaux (et voisine du parc, comme moi) et provoqué une rencontre entre le maïeur d’Etterbeek et celui de Bruxelles-Ville. Elle sera suivie d’une réunion avec l’administration régionale gérant le parc. L’échevin de l’animation a expliqué que si la manifestation est organisée par la Commune d’Etterbeek, celle-ci réalise aussi le nettoyage. On voit la différence… Dossier à suivre, car le parc est sur-utilisé.

     

    • Impôts : pour 2016 : maintien des centimes additionnels au précompte immobilier (2966) et de la taxe additionnelle à l’impôt des personnes physiques (7,5%). Des taux élevés qui n’ont pas bougé depuis 8 ans. Le Bourgmestre confirme sa volonté de diminuer plutôt que d’augmenter les impôts pour 2017.

     

    • Les réfugiés : l’échevin Rik Baeten (PS) de la cohésion sociale répond aux questions de plusieurs conseillers. La bonne volonté des services communaux et du CPAS est totale. Nous accueillerons les personnes que Fedasil nous enverra. Pour le moment, il n’est pas utile de collecter des vêtements, des meubles… Les offres faites au camp du parc Maximilien ont été refusées.  Il vaut mieux donner de l’argent, par exemple à la Croix-Rouge.

     

    Agenda : prochain conseil communal le 26 octobre.