• Quand Jacques BREL ouvre les frontières...

     

    Merci aux lecteurs de ce blog qui ont eu l'amabilité de m'envoyer des vœux. A chacun, je souhaite également une heureuse année 2008.

    La tradition veut qu'au passage d'une année à l'autre, on raconte un beau souvenir de l'année qui s'en va.

    Début octobre, je quitte Montréal pour Chicago. J'étais prévenue : les Etats-Unis se referment sur eux-mêmes, le passage de la frontière est une véritable épreuve, avec file d'attente, interrogatoire serré, fouille des bagages....

    J'arrive à la douane, passeport à la main. Prise d'empreintes digitales. Dans un français, certes approximatif le douanier me demande : « Vous êtes de la Belgique, le pays de Jacques Brel ? » et entonne  « Quand on n'a que l'amour... ». J'enchaîne ... «  à offrir en partage... ».  En chœur : » Quand on a que l'amour à offrir en partage... ». J'étais  aux Etats-Unis. Et Chicago, c'est vraiment très beau...

     

  • Modification de l'agenda

    Le prochain Conseil communal d'Etterbeek est prévu le 28 janvier à 20h. et non le 21 janvier. 

     

  • PROPRETE,FILTRES DE CIGARETTES ET MOBILIER URBAIN

      Les lendemains de fêtes semblent difficiles pour les voiries qu'elles soient communales ou régionales. Partout le vent malin fait voler les papiers...

    Les poubelles sont bien le reflet de notre civilisation de gaspillage. Bruxelles-environnement nous informe des résultats de l'analyse  de poubelle : au lendemains des fêtes, 17% de nos déchets sont alimentaires !

    Avec l'interdiction de fumer, de nouveaux déchets sont apparus : les mégots de cigarette et en particulier les bouts filtre.

    Commercialisé dans les années 50, le filtre est un produit de haute technologie  composé d'acétate de cellulose, de plastifiant, de papier et de colle. Il est particulièrement  lent à se dégrader.  Jeté dans la nature : il met 1 à 5 ans pour disparaître.

    Nouveau souci pour les responsables de la propreté publique, le filtre de cigarette pourrait bien faire la joie des fabricants de mobilier urbain.

    Bruxelles-propreté et la commune d'Ixelles ont l'intention de tester un prototype de cendrier de rue.

    Une seule chose est certaine : ce nouveau mobilier ne pourra pas présenter de la pub pour le tabac.

     

  • CINEMA: LA GRAINE ET LE MULET

     

    Un film sensible d'Abdel Kechiche. Le père est venu d'Afrique du nord.

    Ses femmes, ses enfants, beaux-enfants et petits-enfants forment la famille. Elle  vit à Marseille, travaille pour le chantier naval qui va mal. Retourner dans le bled ? La question reste ouverte pour toute la première génération d'immigrés.

    La caméra - un peu maladroite - et le son - un peu amateur- décrivent les rapports tendus entre les générations, entre les sexes, entre les classes sociales dans cette ville attachante qu'est Marseille.

    Finalement c'est un couscous (la graine) au poisson (le mulet) avec une danse du ventre salvatrice qui rassemble tout le monde dans un bateau restaurant destiné à la casse.

    Comme dans « le festin de Babette », le repas et  sa préparation vous donnent l'eau à la bouche. Partager la nourriture est un acte social par excellence et la mort n'est pas loin. C'est la vie ! 

    Un très beau film. Prix spécial du Jury à la dernière Mostra de Venise.

    A voir au cinéma « Vendôme ».

  • Conseil communal du 17 décembre 2007: des sous !

     

        Une triste communication pour commencer : un marronnier (face au 50 rue Père De Deken) doit être abattu pour raisons de sécurité.

        L'ordre du jour est essentiellement consacré à des engagements pris par la commune en vue de l'obtention de subsides :

    • Contrat de société et de prévention avec le Service Public Fédéral de la Justice pour engager un(e ) universitaire à temps plein afin d'encadrer des personnes qui font l'objet de décisions des instances judiciaires (peines alternatives).

     

    • Approbation des conditions à respecter en vue d'obtenir les subsides (sur 3 ans) relatifs au diagnostic et au programme d'action de l'Agenda 21. Rendez-vous dans 3 ans ... après décodage d'un jargon bien intentionné qui devrait mettre la commune sur les rails du développement durable au 21ème siècle.

     

    • Candidature à la subvention pour le projet «Verger conservatoire et potagers collectifs». Il s'agit de cultiver la bande de terrain entre le chemin de fer et les logements sociaux de l'avenue Nouvelle. Je m'inquiète de la qualité de la terre!

     

    • Plan d'action de la solidarité internationale: 2008 est la dernière année de la convention avec la Communauté flamande qui finance le lien avec Essaourira (Maroc) et la sensibilisation des Etterbeekois à la coopération au développement.

     

    • Plan de politique culturelle néerlandophone 2008-2013 encadré strictement par la Communauté flamande. Mot d'ordre : participation. La commune a contribué en 2007 pour 400.000€ à la politique culturelle néerlandophone (bibliothèque, centre culturel, maison de Chambéry...). Comme je serais heureuse de voir les communes de la périphérie avoir le droit de soutenir de la même manière la culture française.

     

    • Contrats avec la Région pour améliorer la situation budgétaire des       communes et les associer au développement économique de la Région.   La Région donne un peu moins de 3 millions € pour 2008. La   commune s'engage à poursuivre sa politique de rigueur (et      d'austérité) budgétaire et à créer un climat fiscal propice au        développement économique. Par exemple : pas de taxes sur les écrans d'ordinateurs.

     

    Prochain Conseil le 21 janvier. Il devrait être question du budget 2008 !

  • Conseil de Police de la Zone Montgomery: budget 2008

     

       Ce vendredi 14  décembre en soirée, réunion du Conseil de police de la zone 5343, dite « Montgomery » qui regroupe les communes d'Etterbeek, Woluwé Saint-Lambert et Woluwé Saint Pierre.

       Une réunion de très courte durée pour approuver le budget 2008 qui aurait du être présenté en octobre. Essentiellement des frais de personnel et d'équipements. Le service ordinaire - en légère hausse - de 34.608.947,451 € et le service extraordinaire de 590.000 € sont approuvés.

       Curieuse institution ce Conseil qui réunit 3 bourgmestres dans un Collège auxquels s'ajoutent 22 Conseillers désignés par leurs Conseils communaux respectifs.

    Issue de la réforme des polices qui a suivi l'affaire Dutroux, l'institution est encore en phase de rodage à Bruxelles. Pas facile de réunir trois sensibilités, trois réalités différentes. Encore heureux que le MR soit au pouvoir dans les 3 communes. On peut laver son linge sale en famille.

    Au lieu de trois corps de police, nous avons un corps de police locale :  515 agents opérationnels et 94 agents pour l'administration et la logistique. Total : 609 personnes quand le cadre est complet. Ex-policiers, ex- gendarmes ou nouveaux engagés.  Là encore, ce n'est pas facile d'harmoniser des manières de faire très différentes. Plus le problème (réel) du bilinguisme.

    La sécurité est une préoccupation importante pour tous les habitants. Pour la nouvelle  Conseillère de police que je suis, cela passe par un apprentissage varié .Cela va de la différence entre un pistolet  et un revolver   au port du gilet pare-balles au-dessus ou en-dessous de la chemise de service  en passant par les conditions à imposer pour le passage d'un marché public avec une société de dépannage pour les voitures en infraction de parking.

  • "L'EUROPE POUR LES NULS", un livre à s'offrir .

               

     

        Ce jeudi 13 décembre 2007, le nord de l'Europe  célèbre comme chaque année la Sainte Lucie, fête de la Lumière tandis qu'à  Lisbonne , les Chefs d'Etats des 27 pays membres de l'Union européenne signent le « Traité simplifié » et pour éclairer ma lanterne je viens d'acheter un livre formidable : « L'Europe pour les Nuls », dans la collection jaune et noire bien connue des éditions First.

       Avec humour et clarté, Sylvie Goulard raconte, explique, critique... et le lecteur se surprend à comprendre quelque chose à l'Europe.

    Les chapitres sont courts et le style direct : «  il est plus facile de bloquer que de décider. Les nuls sont ceux qui pensent faire une Europe « proche des citoyens » avec de pareilles contorsions. » Sylvie Goulard   écrit cette phrase  à propos du traité de Nice (2000) censé répondre à la question : comment approfondir et/ou élargir l'Union européenne ?

       Les Européens se retrouvent aujourd'hui avec l'obligation et l'envie de monter une union politique comme  un meuble suédois  - Sainte Lucie oblige !- en kit sans le mode d'emploi  révélant les étapes de montage et sans la clef valant tous les outils.

    Le chapitre 8 montre une méthode qui a déjà bien fonctionné :

    • - privilégier l'intérêt commun sur les intérêts particuliers,
    • - ne pas se comporter en marchand de tapis  
    • - se comprendre et se faire confiance.

    Pour le reste, il faut inventer. Un beau défi pour la génération actuelle.

       Au fil des pages, la célèbre petite bombe avec une mèche allumée -Attention !- redresse bien des clichés, qu'il s'agisse du fromage ou des services publics ! 

       Rédigé en français - avec beaucoup de références à la sphère politique francophone - le récit nous est familier mais ne fait pas oublier les nuances d'autres langues. L'allemand, par exemple, avec une succulente histoire de Konfiture (en Allemagne) et de  Marmelade (en Autriche). 

      Dix portraits d'Européens (un choix limité et bien difficile !) clôturent l'ouvrage. Paul-Henri Spaak  : « gourmand, bon vivant, on lui a reproché  de souvent changer d'avis. Pourtant, toute son œuvre semble tendue vers un seul but, le redressement de l'Europe afin d'enrayer son déclin. »

    L'objectif est toujours le même.

         
  • CIRCONSCRIPTION FEDERALE: fausse bonne idée

     

     

    Une pétition ressort l'idée de créer une circonscription fédérale. En d'autres mots, une circonscription couvrant le territoire de toute la Belgique qui permettrait aux flamands de voter pour des francophones et inversement. Cette idée a un petit parfum de bon sens et des  effluves de nostalgie  qui  alertent notre raison.

    Imaginons qui seraient les élus : forcement plus de néerlandophones que de francophones, en simple raison du poids démographique actuel des flamands. A moins de torturer, une fois de plus, la démocratie et d'accorder la parité. Mais quel intérêt ? Un petit groupe d'élus, au sein de la Chambre des Députés, se verrait porteur du sentiment de l'unité du pays. Isolé par définition, les gémissements  risquent d'être leur seul ciment et l'inefficacité leur seule politique.

    Pour être élus, ils devraient se présenter au suffrage. Sur la liste d'un parti ? Il n'y a pas de parti fédéral en Belgique.

    Pour être patriote, le droit et  l'histoire nous montrent d'autres chemins.

    Le droit : « Tous les pouvoirs émanent de la Nation. Les membres des deux Chambres représentent la Nation, et non uniquement ceux qui les ont élus » (Constitution Belge). C'est assez clair : celui qui est élu est l'élu de tous.

    L'histoire : en 1894, le gantois et néerlandophone Edouard Anseele, est élu à Liège. C'est que pour être élu, il faut trouver des électeurs. A la première élection qui applique le vote plural, Liège offrait plus de chance au socialiste, même flamand.  C'est encore possible aujourd'hui avec le suffrage universel.

    La circonscription fédérale est inutile, c'est une fausse bonne idée qui jette du brouillard et entretient des confusions dans une opinion publique troublée. Les blocages sont ailleurs et ce n'est pas un gadget qui nous en sortira.

     

     

     
       
  • DU PAPIER AU WEB

         

       Depuis 1995, je publie sur papier une lettre d'information « Urbi et Fourbi » qui donne aujourd'hui son titre à ce blog.

       L'idée est toujours la même : rendre compte de mon mandat, informer et  faire part de mes idées.  

       Conseillère communale à Etterbeek, sur la liste du Bourgmestre Vincent De Wolf ,  membre du FDF (Front Démocratique des Francophones) constitutif du Mouvement Réformateur (MR).  

       Aujourd'hui retraitée de ce qui a été une grand maison de l'audio visuel francophone en Belgique : la RTBF, j'ai eu la chance de suivre les affaires européennes  et environnementales et considère que la construction européenne est la  grande aventure démocratique de notre temps.  

       Dix ans (1989-1999) au Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale et quelques années à celui de la Communauté française m'ont permis de comprendre de l'intérieur le travail parlementaire et de relativiser l'impatience journalistique.

       La gestion d'une société de logement social m'a familiarisée  avec la réalité de l'entreprise confrontée aux besoins sociaux.

       Dans ce blog « Urbi et Fourbi », Etterbeek, l'Europe, l'Environnement, la Région de Bruxelles, la Francophonie  trouveront leur place.