• UN 21 juillet comme un 15 novembre

     

     

    C’est par un vent glacial que la famille royale a pénétré dans la Cathédrale SS Michel et Gudule pour célébrer le Te deum de la fête nationale. Peut-être la dernière ai-je entendu à gauche et à droite. Il ne faut pas jouer à se faire peur !  La crise politique, d’une longueur sans pareil, démontre que la Flandre nationaliste aura un peu plus de mal cette fois pour obtenir ce qu’elle souhaite.

    Munie de l’invitation ornée de l’étoile symbole de l’expo 58, j’ai rejoint « les autorités civiles » présentes dans la Cathédrale. Un mélange de ministres en jaquettes, de boubous colorés du corps diplomatique et même un descendant d’ancien combattant en short et baskets… L’ensemble est bon enfant, à l’image des gens de chez nous.

    Si j‘étais présente, c’est parce que le FDF n’est pas un parti extrémiste. Ce n’est pas le pendant de la NVA côté francophone comme certains essaient de le faire croire. Nous avons des convictions fortes qui résistent à l’appât  du pouvoir. Nous savons que la Belgique de l’expo 58 est définitivement derrière nous mais l’avenir ne nous fait pas peur.