• Pas de castagne pour les marronniers

    Le Bourgmestre De Wolf et le Ministre Smet ont conclu aujourd’hui - lors de la séance de la commission infrastructure du Parlement de la Région de Bruxelles -  à leur incompréhension réciproque dans l’affaire du report de l’abattage des marronniers de l’avenue de Tervueren.

    Comme les lecteurs d’Urbi et Fourbi le savent depuis le mois d'août, le permis d’abattage est valable 2 ans. Il a été délivré le 15 septembre.

    D’ici les élections régionales de juin, la période est propice pour améliorer le dossier du point de vue des riverains (agrandir la berme de plantation, contrôler la vitesse, favoriser piétons et cyclistes, supprimer les panneaux publicitaires….).

    Aucun arbre n’est heureusement tombé pendant la forte tempête du 10 novembre. La sécurité est un souci légitime du Bourgmestre auquel le Ministre a répondu par une actualisation de l’étude sanitaire des arbres. Une contre-expertise sera demandée par le Comité Tervueren aux Facultés de Gembloux. Les arbres très dangereux seront abattus. Le reste est une tempête dans un verre d’eau ou une légère brise dans les branches…

  • 11 novembre 1918 - SOUVENIR

    Mon père Xavier, jeune engagé volontaire, rescapé de la grippe espagnole, est soldat au camp d’Auvours - dans la Sarthe, près du Mans - où il parle flamand et wallon avec ses camarades. Ils gardent les centaines de prisonniers allemands qui arrivent chaque jour.

    Octobre 1918, il est détaché au bataillon qui doit rétablir les  chemins de fer dans la Belgique reconquise. Direction Adinkerke. Il faut charger des tonnes de sable dans les camions. Le sable est destiné à assécher le terrain du côté de Roulers pour placer les voies de chemin de fer, les routes, les canons.

    Extrait d’une lettre du 9 novembre à sa sœur : « Le travail devient intéressant- nous plaçons ces jours- ci  un aiguillage. Ceci est un travail qui exige pour moi autant de patriotisme et de patience que le vrai métier de soldat exige de courage. Si la guerre cesse bientôt, cela m’est égal mais cela ne peut durer éternellement- nous sommes tous ici  de cet avis. Qu’en pensent Papa et Maman ? ».