• LA BANQUE DELEN VEUT GRANDIR ET EMBELLIR...

     

    Au 72 avenue de Tervueren, l'ancienne nonciature devenue propriété de la banque Delen en 2000, donne des sueurs froides aux habitants de l'îlot formé par l'avenue de Tervueren, la rue de Trévires, la rue Bâtonnier Braffort et la rue des Ménapiens. Projet à l'enquête : démolition et agrandissement d'une annexe. Construction d'un édicule en verre sur la toiture verte existante. Depuis 1983, la tentation de construire des « édicules » en intérieur  d'îlot est contrariée par les riverains. La Banque Delen semble l'avoir compris, elle a déjà retiré cette partie du projet. Avant de donner son avis, la commission de concertation s'est rendue sur place ce 27 janvier. Elle se réunira encore le 10 février. Affaire à suivre !

     

  • Conseil communal 18janvier : Commune Ferme à la Ville et langes lavables

    Le Conseil communal m'a désignée comme membre effective d'une nouvelle association communale : « Commune ferme à la Ville ». Toute personne qui le souhaite pourra devenir membre adhérent de cette association sans but lucratif dont le but  est assez large : « sensibiliser les Etterbeekois à l'alimentation durable «  (sans définition plus précise, on suppose qu'il s'agit  d'une alimentation saine, équilibrée, voire bio...) «  et encourager au sein de la population un relais direct entre producteurs et consommateurs. »

    Cela me rappelle une émission de la série « Autant savoir » que j'avais faite en 1985 : «  De la Ferme à l'Assiette ». Il y a 25 ans. Une génération pour que germe les idées qui ont été semées.

     

    Autre décision : l'octroi de primes pour l'utilisation de langes lavables. Un sujet qui fait débat car le bilan écologique des langes lavables  n'est positif que s'ils sont bien utilisés. C'est pourquoi l'octroi de la prime (maximum 2 fois 100 €) est lié à l'engagement  de participer à une réunion pour apprendre les bonnes pratiques. C'est aussi l'occasion de rencontrer d'autres jeunes parents soucieux de bien faire. Les études et statistiques ne convaincront pas. Rien ne vaut le témoignage qui circule de bouche à oreille.

     

  • Olivier Maingain homme politique de l'année. 2010 commence bien !

     

    Une bonne nouvelle : Olivier Maingain est l’homme politique bruxellois de l’année. Choisi par les lecteurs de Vlan. Sans prétention, il accepte la récompense au moment où le socialiste Moureaux  crache déjà le venin de la compromission. Je remercie tous les lecteurs d’Urbi et Fourbi de leur contribution. En particulier les amis wallons et québécois qui m’ont fait connaitre leur choix.

    L’année s’annonce difficile, en particulier sur le front de l’emploi.  Il nous reste  la volonté de l’optimisme, c’est-à-dire d’apprendre à tourner notre regard  sur les germes des changements qui construisent le monde.  Par exemple, cette discussion sur la noblesse avec un jeune de Molenbeek dans le métro. Il est venu s’asseoir en disant bonjour aux trois autres personnes du compartiment. «Vous saluer, c’est ça, ma noblesse ! ». Ensuite, nous avons parlé du film « les Barons ». A voir !