• Conseil communal du 20 septembre: Villo a un prix

    Les stations Villo de Decaux ont été inaugurées cet été. La facture viendra cet automne : encore du mobilier publicitaire. L'occasion de faire le point sur les différentes sociétés qui agissent dans la commune. Voici le texte de mon interpellation et la réponse du Bourgmestre.

    Lors du Conseil communal du 26 avril dernier, la relance du dossier des éléments de mobilier publicitaires  illégaux de Clear Channel était annoncée dans les 15 jours…

    Si on reste dans l’enveloppe  convenue par la Commune - que je n’ai personnellement pas votée le 14 décembre 2009 - celle-ci prévoit que Clear Channel peut exploiter l’équivalent de 110 planimètre jusqu’au  31 décembre 2014 en  échange d’une charge d’urbanisme de 138.000 €

    Plusieurs  de ces panneaux devaient être déplacés parce que non conformes à la législation sur l’urbanisme.

     

    Le Collège (26 août) à délivré  le permis d’urbanisme (conformément à la convention signée avec Clear Channel) pour 25 dispositifs  de publicité de type planimètre. Il s’agit manifestement d’une première vague. 

     

    Si certains panneaux  peuvent - malheureusement - être régularisés du point de vue de l’urbanisme, d’autres sont irrégularisables et doivent donc disparaitre du paysage protégé.

    D’après les cartes et tableaux dont j’ai pu prendre connaissance : le planimètre qui se trouve dans le bas de la rue des Tongres/coin avenue de Tervueren est, entre autres, dans ce cas.

    Par contre, son jumeau  qui se trouve au coin de l’avenue de Tervueren  et de l’avenue des Celtes, juste devant  l’entrée de l’établissement bien connu : « La Terrasse », n’est pas repris comme irrégularisable.

    Est-ce que le tableau (reçu en décembre 2009) est dépassé ?

    Quand ces planimètres vont-ils disparaitre de cette zone protégée ?

    Il faut dire que pendant tout le temps que nous consacrons à une remise en ordre administrative de ce dossier, les faces publicitaires continuent à être louées, contribuant ainsi aux rentrées financières de Clear Channel. Le tout sans taxes…

     

     

    Venons en au deuxième dossier qui voit la multiplication du mobilier urbain publicitaire. Au bénéfice d’une autre société cette fois : Decaux – Villo.  C’est un dossier porté par la Région, en compensation de  l’installation des stations Villo, inaugurées cet été. Le Collège  a été informé de la délivrance des permis d’urbanisme  pour deux dispositifs publicitaires  de 8 m2 et pour douze  dispositifs de 2 m2.

    Les méandres  de la législation sur l’urbanisme font qu’il n’y aura pas d’enquête publique à leur sujet

    Peut-on connaitre les emplacements prévus et quelles sont les réserves émises par le fonctionnaire délégué ?

     

     

    Enfin , troisième dossier – à venir sans doute - l’aménagement des arrêts de la STIB, l’exploitation harmonisée des abribus de Decaux en attendant un  modèle bruxellois  mais aussi  l’éventuel affichage de temps d’attente qui serait  également financé par des dispositifs publicitaires.

    Plusieurs communes ont déjà  signé une convention avec la STIB.  Notre commune  a-t-elle- été approchée ?  Quels principes va-t-elle défendre, à la fois du point de vue de son avantage financier mais aussi  de l’encombrement de son espace public ?

     

    En matière d’espace public, il me semble que nous avons atteint – voire dépassé- la limite de l’encombrement par ces différents  dispositifs de publicité. 

     

     

    Réponse du Bourgmestre :

    Actuellement 31 panneaux de Clear Channel sont régularisés.

    Le panneau au bas de la rue des Tongres devra partir.

    La réponse reste plus que floue sur le « jumeau » qui est devant la Terrasse.

     

    Pour les panneaux Decaux-Villo :

     8m2 à hauteur du 103 Boulevard  Saint Michel

     8 m2 Boulevard Louis Schmidt

     4 éléments de 2m2 Boulevard Louis Schmidt,

     2 éléments de 2m2 Boulevard St Michel (à la hauteur des n°50 et 100)

     3 éléments de 2 m2 Chaussée de Wavre

     3 éléments de 2m2 qui n’ont pas encore trouvé leur place...

     

    Le troisième dossier (harmonisation des arrêts STIB) est effectivement à venir. La convention, qui semble raisonnable, passera devant le Conseil communal.