Faut-il un monument porte de Tervueren ?

 Une enquête publique est en cours au sujet d’une demande de permis d’urbanisme afin d’installer un monument commémorant le  « Seyfo » (génocide des Syriaques en 1915) sur le rond-point de la porte de Tervueren.

Pour votre information, voici l’esquisse du projet et mes remarques à la Commission de concertation, qui émet  un avis, alors que la Région accorde ou non le permis.

Toute personne peut consulter le dossier à la maison communale.

·       - Mon opposition à l’érection d’un monument sur le Rond-Point fleuri de la porte de Tervueren porte sur son principe même et non sur les faits qu’il commémore. J’aimerais que ceci soit clairement exprimé aux demandeurs, afin que nulle ambiguïté ne puisse naître.

 

·       - Ce lieu ne convient pas à un monument qui obstrue le paysage urbain formé par l’axe Loi/Tervueren et le parc du Cinquantenaire classé en 1976. Le projet prévoit 3 m 55 de hauteur, il faut y ajouter la hauteur de la butte fleurie du Rond-Point qui n’est pas dessinée sur le plan.                                               L’avis conforme de la Commission Royale des Monuments et des Sites doit être demandé.

 

·          Qu’on le veuille ou non, une intense circulation existe autour de ce Rond-Point, qui a été lui même grappillé sur la surface de la petite esplanade d’entrée du parc pour faciliter la circulation. Le projet peut entrainer des difficultés de vision et donc des accidents.  L’avis de la police (circulation) doit être demandé.

 

·       Un monument a du sens dans la ville quand il est lié symboliquement ou historiquement à un lieu. Un tel monument a du sens à Banneux (lieu de pèlerinage) où il a d'ailleurs été inauguré le 4 août 2013. Il n’a pas de sens  sur le Rond-Point de la porte de Tervueren.

 

001.jpg

 

 

  Réunie le 11 mars, la commission de concertation a émis un   avis défavorable avec l'abstention de l'administration régionale de l'urbanisme . Curieux !

 

 

 

Les commentaires sont fermés.