• Paris-Bruxelles à roulettes

    Entre deux gouttes de pluie ils sont arrivés à Bruxelles le 22 août où les attendaient un échevin Courtois, une délégation d’Altéo, celle de Shinobis riders…etc.   Ils ? Un groupe de patineurs en ligne (êtres humains en rollers) et des chaisards  (êtres humains en chaises roulantes).

    Ils sont venus de Paris en cinq jours. Quand il le faut, les patineurs poussent les chaisards .

    1947.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    photo Gracq-Seneffe

    Objectif : communiquer les valeurs de l’accessibilité et du sport pour tous, avec tous.

    Superbe initiative de l’association française « Mobile en ville » associée cette fois aux belges de « RouliRoula ». Depuis quinze ans « Mobile en ville » regroupe plus et moins valides sur la question de la mobilité. Après les jeux paralympiques de Londres, une association soeur nait en Angleterre : « Wheels and Wheelchairs.  L’Europe est en marche, sur toutes les sortes de roues !

    Prochain défi : Paris-Berlin. Pour une Europe accessible à tous.

     

  • Gare intermodale (SNCB-STIB) Schuman à Bruxelles -15h

       Ce samedi, le guichet SNCB est fermé. Des travaux sont annoncés cette fin de semaine à la station métro Schuman inaccessible dans une direction. Nous sommes à la mi-août, période en principe calme. On peut comprendre… mais.

       Il y avait un peu de monde errant dans la grande station intermodale Schuman. A sa bonne habitude, la STIB  y avait ses agents d’information en cas de travaux.  Un tout jeune, issu du boom démographique bruxellois, harcelé de questions sur les trains (SNCB) se rend ainsi compte qu’il y a une gare à Schuman et que le monde est plus grand que Bruxelles. Il apprend vite mais ne peut répondre. Son collègue plus âgé fait appel à son expérience personnelle, il existe un bus E pour le Brabant Wallon.

      Nos Stibiens se rendent sur le quai SNCB où plus un train ne roule depuis plus d’une heure dit une dame qui doit aller à Namur. Revêtus de l’uniforme qui fait croire au savoir, ils sont harcelés par les clients de la SNCB privés de toute information si ce n’est que le réseau est perturbé en raison d’une fuite de gaz entre Genval et Ottignies. Une donzelle explose et exige un taxi - car la SNCB à de l’argent - pour se rendre à Mont St Guibert…. Une dame décide de rentrer chez sa fille qui habite Bruxelles. Des Polonais ne comprennent pas ce qui leur arrive. Les Stibiens, pleins de bonne volonté, en prennent pour la SNCB réfugiée dans le silence.

      Juste un samedi après-midi de la mi-août. De quoi faire une belle étude de cas pour ceux qui étudient et doivent mettre en pratique l’intermodalité .