• Etterbeek conseil communal : tout le monde d’accord sur le survol de Bruxelles et sur les changements climatiques.

     Un vent de conciliation planait sur le conseil communal ce soir. Unanimité sur deux motions :

    - Celle - proposée par tous les bourgmestres de Bruxelles - au sujet du survol de la capitale. Cette fois, même le MR refuse les vols de nuit, ce qu’il ne pouvait faire en mars 2014. (voir urbi et fourbi du 1er avril 2014). Reste à convaincre le gouvernement fédéral, mais l’union des Bruxellois est précieuse dans la négociation.  

    - Celle proposée par le Collège en vue de la Conférence de Paris sur les changements climatiques. Comme on aimerait cette même unanimité sur le fonctionnement de la démocratie locale à quelques encablures de notre bonne ville. Une petite pensée pour Linkebeek…

     

    Plus terre à terre, le marché pour la rénovation (en vue d’un usage polyvalent) de l’orangerie du parc Hap est lancé. Une course contre la montre pour bénéficier des subsides du Contrat de Quartier et sauver le patrimoine.

     

    Le règlement sur les funérailles et les sépultures est revu, permettant notamment l’inhumation selon les rites de différentes confessions, ainsi qu’une amélioration des lieux pour la dispersion  des cendres et l’inhumation d’urnes cinéraires car 70% des Etterbeekois choisissent la crémation.

     

    Feu vert policier et communal pour la cam2ra « mobile ». D’usage essentiellement préventif,   elle sera installée là où c’est nécessaire et  quand c’est nécessaire,  aussi bien pour avoir un œil sur les troubles publics que sur les dépôts clandestins de déchets.

     

    Mes questions et suggestions relatives au plan propreté, sanctions et copropriétés (voir urbi et fourbi du 23 octobre 2015 ) rencontrent l’intérêt du Collège. Les agents constatateurs pourraient mettre le nom du syndic de l’immeuble dans leur pv. Si le service contentieux reçoit la preuve qu’il y a un contrat avec une société de nettoyage ou une personne chargée de sortir les poubelles, la procédure contre la personne dont le nom  a été trouvé dans le sac est annulée et recommence avec la société de nettoyage. A bon entendeur… Au préalable,  ces sociétés et  les copropriétés pourraient être informées, sensibilisées. Du travail pour les futurs médiateurs éco-citoyenneté.

    Félicitations à Gabriel Van Houtte qui vient d'être désigné comme administrateur de l'asbl" Etterbeek sport". Il succède à Carlo Mendola pour représenter les FDF.

     

     

     

     

  • Copropriétés et propreté - mon interpellation au Conseil communal du 26 octobre

    Lors du prochain conseil communal, lundi 26 octobre à 2Oh, j'interpellerai le Collège au sujet du plan propreté et d'un problème qui se pose dans les copropriétés. En voici le texte:

    Notre Conseil a approuvé en septembre 2015 - à l’unanimité - un plan « propreté ». C’est dire si le problème de la saleté  est réel, persistant et complexe dans notre commune.

    Avec la majorité, nous avons également soutenu le principe des amendes administratives tout en sachant les difficultés d’application.

    Aujourd’hui, je veux évoquer un problème particulier : celui de la gestion des déchets dans les immeubles en copropriété. Dans la plupart des immeubles, il y a un syndic – et selon les statuts (acte de base et règlement) engagé contractuellement par la copropriété pour la gestion des choses communes, dont bien souvent la sortie des sacs poubelles, aux jours et dans la forme ad hoc (sac blanc, jaune, bleu). Le syndic, dans la plupart des contrats de copropriétés, contracte lui-même avec une société de nettoyage qui effectue le travail. Les concierges deviennent rares parce que trop coûteux pour les charges de la copropriété. De plus, ils ne sont pas toujours chargés de sortir les sacs poubelles. Dans les grandes copropriétés, Bruxelles-propreté offre un contrat particulier avec un système de conteneurs et d’autres jours de ramassage. La loi oblige les syndics à mettre leurs coordonnées de manière visible et inaltérable à l’entrée de l’immeuble, de manière à ce que chacun puisse savoir qui est le gestionnaire de l’immeuble et comment l’atteindre.

    Voyons maintenant le problème « au ras du trottoir ». Les sacs poubelles sont sortis. Malheureusement, ce n’est pas le bon  jour, la bonne heure… Un sanctionnateur passe et sanctionne… la personne qui aura laissé son nom dans le sac poubelle. C’est un copropriétaire (ou un locataire dans un immeuble en copropriété). Celui-ci est-il le responsable de l’infraction ? Il n’a pas d’autorité sur le nettoyeur qui a contracté avec le syndic. N’est-ce pas au syndic de contrôler le nettoyeur et de veiller à ce que les jours et heures de ramassage soient respectés ?

    Certains me diront : il ne faut jamais laisser son nom dans une poubelle. Facile à dire, la promotion de l’anonymat est une manière d’échapper à toute responsabilité, ce qui ne correspond pas à nos valeurs.

    D’autres diront : on peut sanctionner le syndic afin qu’il se retourne sur le nettoyeur et de toute manière le montant de l’amende se retrouvera dans les charges communes de la copropriété. Une manière de noyer le poisson…

     

    • Est-ce que les responsables de notre  plan propreté, dont on sait qu’il est transversal, ont déjà rencontré ce problème ? A-t-il été résolu autrement qu’en faisant « sauter » la sanction si un des copropriétaires s’est plaint ?

     

    • Dans le cadre des contacts et concertations avec Bruxelles-Propreté, êtes –vous informés d’actions particulières avec les copropriétés, tout comme il existe des actions vis-à-vis des commerçants ?

     

    • Ne faut-il pas ajouter un point à notre plan propreté pour sensibiliser les copropriétés (syndic, copropriétaires ou personnes vivant en copropriété) à leurs responsabilités en la matière ?
  • LE PASSAGE PIÉTON SOUS L’AVENUE DE TERVUEREN (MONTGOMERY) ÉLU PAR LES INTERNAUTES LE PLUS MOCHE ENDROIT DE BRUXELLES, UNE LEÇON POUR VERGOTE

     ©fcw

     006.JPG

      Baptisé souterrain Montgomery, le 9 octobre notre passage piéton est élu par les internautes de la RTBF comme « le plus moche endroit de Bruxelles ». Un petit concours pour imiter la presse flamande.

     Et alors ? Les lecteurs d’Urbi et Fourbi se souviendront des notes publiées en 2011 (voir les archives des 7 février, 19 mars, 14 avril, 10 juin) qui retracent l’humble action  d’une conseillère communale opiniâtre. Avec les voisins, les usagers du tunnel… nous avons demandé et obtenu qu’il soit rénové, nettoyé.

      La situation est nettement meilleure en 2015 qu’en 2011. Il demeure que ce genre de liaison ne devrait plus avoir sa place dans une ville du XXIème siècle. Les piétons devraient se sentir en sécurité en surface et traverser l’avenue de Tervueren et non une autoroute urbaine. Mais l’urbs (la  ville) est devenue un vrai fourbi….

      Les journalistes découvrent que le même type de passage existe (entre autres)  sous le square Vergote. A peine plus propre que celui de l’avenue de Tervueren.

    Là aussi, le lien est nécessaire entre les deux rives du boulevard. Plutôt qu’un tunnel (vraiment démodé) certains souhaitent une passerelle. Un beau geste d’architecte qui signerait la rénovation du Boulevard après la démolition du viaduc Reyers. Je pense que c’est une erreur, pas plus qu’en sous-sol, les piétons, n’aimeront le passage aérien.

      Et si – tout simplement- on nous permettait de traverser à hauteur d’êtres humains, les pieds sur terre …