• Etterbeek - Patrimoine menacé - av. de Tervueren 28

     Les affiches rouges qui annoncent une demande de certificat d’urbanisme sont apparues. Il s’agit de démolir l’hôtel de maître sis av . de Tervueren 28 et de construire un immeuble d’appartements de 8 niveaux et de construire une villa en intérieur d’ilot (entre la rue des Ménapiens et la rue des Tongres) avec deux étages de parkings en sous-sol et un solarium sur le toit.

    013.JPG

                                                                   (extrait du dossier de demande de C.U.)

    Outre la question fondamentale du principe d’autoriser la démolition d’un immeuble patrimonial, même s’il n’est pas classé, je souhaite attirer l’attention sur différents problèmes.

     

    - Comme il s’agit d’une demande de certificat d’urbanisme, les plans ne sont pas très détaillés, en particulier pour la villa. Le parti architectural est résolument… à la mode et sera vite démodé. La façade en verre sera éblouissante au coucher du soleil !

    - On peut noter aussi les risques encourus par les immeubles voisins si on creuse deux étages en sous-sol.

    - La grille et le jardinet à front de l’avenue disparaissent au profit d’une entrée de garage.

    - S’il y a une affiche rouge, c’est qu’il y a demande de dérogations, sur 3 points :

    - atteinte à l’intérieur de l’ilot,

    - hauteur de la façade avant,

    - hauteur de la toiture,

    - Si un certificat d’urbanisme est accordé, la demande de permis qui doit suivre peut se faire sans enquête publique, à moins de l’exiger maintenant.

     

    L’enquête publique a lieu jusqu’au 11janvier. Chacun peut consulter les plans tous les matins de semaine à la maison communale d’Etterbeek (113 av. d’Auderghem), faire ses remarques et demander à être entendu par la commission de concertation - prévue le 19 janvier 2016 - composée des représentants de la commune et de fonctionnaires de différents services de la Région, elle donnera un avis, de même que le Collège des bourgmestre et échevins avant que la Région donne ou non un certificat d’urbanisme.

    C’est maintenant au citoyen d’agir, voisins ou non, propriétaires ou locataires, amis du patrimoine faites-vous entendre.

    004.JPG

  • Etterbeek : dernier conseil communal de 2015

    •       Le chef de groupe de la Liste du Bourgmestre Arnaud Van Praet devient administrateur de la société de logements sociaux « le Foyer Etterbeekois » remplaçant Christian de Beco, démissionnaire.

     

    •       Avancées administratives dans le projet des "Jardins de la Chasse". Le nouveau quartier prend forme :

    - une partie du terrain est clairement affectée au domaine public (pour y établir les nouvelles rues et le parc) ;

    - les nouveaux appartements de la rue Beckers sont en vente. Le promoteur est privé, mais la commune propriétaire du sol est partie prenante de chaque vente.

    C’est ainsi que l’acte de base de la copropriété – rédigé exclusivement en néerlandais par le promoteur privé –est traduit en français, puisque la Commune est bilingue.  Chaque (futur) copropriétaire sera ainsi bien au courant du texte qui est en quelque sorte la constitution de la copropriété.

    Seul le CDH s’est abstenu ou opposé à ces avancées.

     

    •      Encore une asbl communale censée s’occuper des femmes violentées. Son nom n’a aucun sens dans aucune langue : Up to Wo  d’où l’abstention du groupe DéFI, car nous pensons que mal nommer les choses ajoute au désarroi du monde. La violence faite aux femmes est un problème réel. Il existe un plan fédéral en la matière et la police – au moins dans la zone Montgomery - est assez bien formée en la matière. Aucune réponse de l’échevine quand à l’articulation entre ce qui existe déjà et la nouvelle asbl. Il semble qu’elle soit créée pour permettre un accès plus facile au logement. Or, dans les logements sociaux comme dans l’agence immobilière sociale, il existe déjà des possibilités de dérogation pour des cas exceptionnels comme le sont les femmes battues. Un machin de plus ?

     

     

    •  Le rapport 2014 de la régie communale autonome, consacré cette année à la piscine « Espadon »  (rue des Champs) montre combien les travaux (défaut d’étanchéité) ayant entrainé la fermeture en septembre/octobre 2014 causent des soucis aux responsables publics.

    Cette piscine est un outil précieux qui rencontre plein succès : pour les écoles, fréquentation journalière de 720 enfants ! En permanence : un couloir pour le public, moyenne journalière 462 personnes. La bonne demi heure tranquille: 7h30-8h, moyenne journalière : 21 personnes.

     

    •  Excellent rapport aussi de la Bibliothèque Hergé (211 avenue des Chasse) : 7764 lecteurs de 102 nationalités. La tranche d’âge fréquentant le plus la bibliothèque concerne les 11-15 ans.

    C’est au mois de janvier qu’on lit le plus !

     

    Le Conseil s’est clôturé  sur des bons vœux de fin d’année.

    Prochaine séance prévue le lundi 18 janvier.

     

  • La « Grande Guerre » en cartes postales à l'hôtel communal d’Etterbeek jusqu’au 18 décembre.

                  009.JPG  Vernissage ce soir d’une instructive exposition sur la « Grande Guerre » (avec les prémices, le contexte international depuis 1870 jusqu’au traité de Versailles en 1919).

    Collectionneur averti et passionné Freddy Billiet nous dévoile une partie de sa collection. Des cartes postales – seules images de l’époque avant le « tramage » des photos permettant l’impression dans les journaux.

    Sobrement mais intelligemment présentées (impression grand format par Cartouche + av des Celtes, petit clin d’oeil à Fadel), l’expo montre tous les aspects de la guerre et dans tous les camps.

    Comme l’a dit Colette Njomgang-Fonkeu, échevine de la culture francophone, ces images nous permettent de ne pas oublier et donc de tout faire pour qu’il n’y plus jamais « ça".

    006.JPG

    Défi relevé pour une expo dont on se souviendra !

    (sur la photo faite par Frank Van Bockstal: Thierry Mommer, Freddy Billiet et Françoise Carton de Wiart)

    001.JPG

    014.JPG 

    Hôtel communal , 113 av. d'Auderghem  ("Espace Libre") du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30, jusqu'au 18 décembre.