MAELBEEK

    Les attentats du 22 mars dernier ont inscrit le Maelbeek dans l’histoire de l’Europe. Chacun sait que c’est le nom d’une station  de métro bruxellois ou une trentaine de personnes ont trouvé la mort. Peut – être quelqu’un que vous connaissez, peut-être un(e)  habitant(e) d’Etterbeek ?  Notre première pensée va vers ces victimes, leurs familles, leurs amis.

   Maelbeek est le nom d’un ruisseau prenant source à l’Abbaye de la Cambre où il forme des bassins piscicoles, alimente des moulins,  creuse les étangs d’Ixelles et passe sous la place Flagey, flâne chaussée d’Etterbeek vers la place Jourdan, empli l’étang du Parc Léopold, puis ceux des squares Ambiorix et Marie-Louise.

  La création du canal de Willebroeck (inauguré en 1561, il relie Bruxelles et Anvers) entraîne une réorganisation du système hydraulique bruxellois. A la fin du 16ème s. le Maelbeek alimente une machine qui monte l’eau vers le palais de Coudenberg et ses jardins.

  Depuis 1897, largement enfermé, le Maelbeek est devenu un système de collecteur qui évite les inondations.

  En effet, le bassin du Maelbeek est caractérisé par de fortes pentes (comme la rue Belliard !) qui provoquent des crues mémorables.

 

  Aujourd’hui, la vallée du Maelbeek est une vallée de larmes.

  Nous pleurons debout.

 

 

NB. Prévu avant les attentats. L’asbl « la Fonderie » organise un parcours piéton commenté « A la recherche du Maelbeek perdu » les dimanche 10 avril et 30 octobre. Info : www.lafonderie.be ou tel 02 410 99 50

Les commentaires sont fermés.