• Etterbeek – Conseil communal 25 avril - profil bas

       Commençons par le dernier point de l’ordre du jour. La réponse du Collège à mon interpellation sur l’état du bâtiment de l’école des Marronniers (voir plus haut le texte complet en date du 19 avril 2016 )

    Réponse à double voix : celle du Bourgmestre au sujet de ce que le contrat de quartier va apporter au site. Profil bas mais  l’avenir sera meilleur…

    Celle de l’échevin groen/écolo des Travaux : le service des bâtiments (34 bâtiments communaux, plus ceux du CPAS), c’est 4 personnes !  Impossible d’imaginer un responsable par bâtiment. Baissons les bras et tirons l’échelle.

    Sa solution : sensibiliser les concierges !  Jamais, nous n’avons entendu une réponse politique aussi indigente, un fatalisme aussi irresponsable.  

     

       Au nom de DéFi, j’ai répété que le service technique des travaux est condamné à trier les urgences… La chaufferie du Centre culturel  attendra  car on  est obligé de faire quand même quelques travaux dans les écoles. Ce n’est pas le personnel qui est mis en cause. La barque de ce service est chargée, trop chargée et le Collège n’a pas de vision politique crédible sur ce secteur.

     

       Avant cela deux interpellations (écolo et CdH) sur la prévention du radicalisme ont permis de démontrer qu’il y a une vision politique en la matière, notamment via le contrat de prévention  et tout le travail de proximité. Un référant « radicalisme » a été nommé, il est également au service des trois communes de la zone de police. Le personnel communal est sensibilisé et formé.  Par contre, impossible de savoir le pourquoi et le comment de la perquisition qui a eu lieu avenue des Casernes. Le Bourgmestre a été prévenu par la presse…

     

      Dans d’autres dossiers, les questions pertinentes (et gourmandes ?) de Christophe Gasia, chef du groupe DéFI ont permis d’apprendre que le nouveau bâtiment -financé par la commune - de la friture place Jourdan doit être prêt avant les travaux sur la place. Pendant les travaux, les frites seront produites via un « camion nourrissant» (  foodtruck).

     Ouf ! Etterbeek reste Etterbeek.

     

     

     

     

     

  • Etterbeek: école des Marronniers - prochain conseil comunal

    Voici le texte de l'interpellation que je développerai au prochain Conseil communal d'Etterbeek ce  25 avril.

    Interpellation de Françoise Carton de Wiart (DéFI) :  suites du contrôle sécurité/hygiène de l’école des Marronniers.

     

       La communauté scolaire –enseignants-parents-élèves – de notre commune a été durement éprouvée ces derniers temps.

      Il faut lui rendre hommage.

     

    Mon intervention trouve ses racines dans l’interrogation répétée des parents et des enseignants au sujet de l’état de sécurité et de l’avenir du bâtiment de l’école des «  Marronniers ».

    Cette école maternelle est le  reflet parfait d’un quartier à la fois populaire et européen.

    Sa topographie est ingrate : entrée par un petit couloir rue Fétis, cour côté avenue d’Auderghem encombrée par l’ancien  théâtre Yvan Baudouin en ruines ; vers l’arrière, c’est une autre école « Les Carrefours », avec une autre direction. L’ensemble partage des locaux avec l’académie de musique « Jean Absil ». La direction des « Marronniers » est également celle de l’école primaire « La Farandole » située Chaussée Saint-Pierre.

     

    Un contrôle « sécurité/hygiène »  du pouvoir subsidiant- la Fédération Wallonie-Bruxelles- a eu lieu les 22 septembre et 2 octobre 2015. Suivie d’une visite du service interne (communal) de prévention et de protection au travail, le 8 janvier 2016.

     

    Ces rapports ne sont pas favorables à la gestion communale du bâtiment des « Marronniers ».

    Sur  41 points analysés, 34  posent problèmes.

     Cela va de l’encombrement des locaux (j’ai vu  des salles où les enfants doivent apprendre, jouer, faire la sieste, manger… et partager l’espace avec un dépôt d’instruments de musique de l’académie auxquels ils ne peuvent toucher…) à l’état des revêtements de sol dont certains présentent des risques sérieux, en passant par le nombre de sanitaires, l’absence d’exercice de sécurité , de plan d’urgence,  de plan spécifique de prévention au sens de l’arrêté royal du 28/03/98.

     Un point positif à souligner : les locaux sont propres.

    photo:une précieuse batterie encombre une classe  les marronniers classe batterie floutée.jpg

     

    Mon objectif n’est pas d’accabler la direction - déjà surchargée par de multiples instructions et circulaires… et par l’ingratitude du site à gérer, comme je viens de l’expliquer.

    Je veux souligner aussi que depuis l’existence de ces rapports, le service interne de prévention et  le service communal des travaux se sont activés.  Il le fallait.

     

    Pour ajouter à la complexité administrative – mais c’est la réalité de notre Région –

    le site des « Marronniers » est inclus dans le pôle inter-générationnel du Contrat de quartier durable dont bénéficie la commune. Les marronniers (les arbres) devraient disparaître au profit d’une crèche et d’un parking, la ruine du théâtre deviendra une salle polyvalente bienvenue.

    Les procédures administratives et le degré de participation des différents acteurs est tellement différent selon qu’il s’agisse du contrat de quartier ou de la routine communale qu’il est difficile pour le citoyen de s’y retrouver. A la fin du contrat de quartier, il risque d’y avoir un grand déséquilibre dans l’état des différents bâtiments et une difficulté de gestion commune  du site accrue.

     

    L’inquiétude, à la fois sur la gestion et l’entretien du site mais aussi sur la gestion à venir me parait légitime.

     

     L’état actuel du bâtiment des « Marronniers » n’est pas admissible.

     

    Pour le groupe DéFI l’éducation, l’enseignement sont des priorités. C’est l’austère devoir de l’opposition de dire ce qui ne va pas.

    Outre les mesures d’urgence – qui ont été prises suite au rapport de la Fédération Wallonie-Bruxelles – le Collège envisage-il de soulager la direction de l’école d’une série de tâches relatives à la gestion du bâtiment ? 

    Peut-on créer, au sein du service des travaux, une cellule « bâtiments scolaires » en veillant à ce qu’ils soient traités de manière équitable ?

    Vu les circonstances, ne pensez- vous pas qu’il serait sage de réaliser – comme le prévoit la législation – l’analyse de risque  globale ainsi que le plan interne d’urgence sans attendre ?

  • CHANTER A LA BOURSE

      

    003.JPG

     

    A l’initiative de Stefano Poletto , chef de chœur de la chorale « Les Baladins » à Braine l’Alleud, plusieurs membres du mouvement choral « A cœur Joie »  se sont retrouvés le 7 avril sur les escaliers de la Bourse à Bruxelles pour chanter….

    Tout simplement, être en ville, être en vie et avoir envie de le dire.

     

      Nous avons chanté - en italien- « Signore delle Cime » de Bepi de Marzi.

    Émotion d’un rayon de soleil, sur les marches qui se prêtent au théâtre.

     

      La Bourse, haut lieu urbain des temps passés.

    Vous souvenez-vous du mercredi - jour de Bourse - où le centre ville frétillait, les visiteurs s’encanaillant après les bonnes ou mauvaises affaires ?

    La Bourse, bâtiment vide et peut être futur musée de la bière, est aujourd’hui le lieu d’un culte dont la divinité est en construction.

    006.JPG