• Etterbeek budget 2017 L’art de présenter les choses

     La présentation du budget 2017 est évidemment l’occasion pour la majorité (MR, Groen-écolo, ps-SP) de s’auto-congratuler et de présenter des projets les plus merveilleux.

    Du côté de l’opposition (DéFI, cdH) il y aurait  de quoi se réjouir. Par exemple de la réduction du taux additionnel à l’impôt des personnes physiques de 7,5% à 7%.

    Vu la bonne situation financière de la commune, cette décision aurait déjà pu être prise d’année dernière affirme Christophe Gasia (DéFI) qui a par ailleurs épluché le budget dans toutes ses dimensions politiques.

    Il dénonce  par exemple le choix de dépenser plus d’argent pour l’achat et la gestion du projet poules et poulaillers que pour la subvention aux clubs du Troisième âge…

    Les chiffres du budget sont là : la différence entre les recettes et les dépenses incontournables est de 23.097,77€, auquel s’ajoutera - peut-être - un cadeau régional de presque 2 millions (1.855.239€ pour 2016).  La commune va bien mais la Région lui permet d’aller très bien… « Pourvu que ça doure » !

    Notons aussi une contribution communale de 9.705.680 € (+3%)  à la zone de police. Ainsi que la contribution de 14.335.000 € au CPAS (+1,9%).

     Une nouveauté dans la présentation du budget cette année : l’annonce d’une  méthode pour réaliser le budget 2018 en tenant compte du « genre » : le « genderbudgeting ». L’année prochaine, il y aura des articles budgétaires à « genrer ». Une mode venue du monde anglo-saxon qui habille de patagon une (future) politique visant à assurer l’égalité entre les  hommes et les femmes. DéFI soutient cette recherche de l’égalité des droits mais pas le patagon.

     

    Le marché public pour l’achat des vêtements de travail-voté en octobre- est revenu sur la table du Conseil communal. DéFi avait dénoncé le non respect de la clause en faveur du commerce équitable (voir Urbi et Fourbi du19 septembre 2016) mais la majorité était passée en force. Aujourd’hui, le même dossier revient - corrigé -  avec la justification qu’une « erreur de manipulation informatique a malencontreusement généré la suppression de la clause éthique et sociale normalement prévue pour ce type de marché ».

    L’informatique à vraiment bon dos… De l’art de présenter les choses.

     

    La crèche communale (rue des Champs) proche de l’ancien bâtiment du ministère des Finances exproprié par la Commune,  va être étendue selon une formule originale et un marché public voté à la hussarde, sans explications préalables suffisantes et manifestement sans relecture approfondie de la part du Collège. Pour DéFI, c’est oui à l’extension de la crèche mais non à la précipitation.

    De l’art de présenter les choses dans le brouillard.

     

  • Av. de Tervueren 2 : avocats à la mode sur huit étages ?

     

     av de Tervueren 2 (1978)

    2016 av de Terv 2.JPG                                                               av de Tervueren 2  (2018 ?)

    2016 av de Terv projet vue avant 008.JPG

        L’immeuble - datant de 1978 - qui ouvre l’avenue de l’Yser  et l'avenue de Tervueren devant le parc du Cinquantenaire  compte s’offrir un fameux lifting ! A la mode il y a quarante ans, il deviendra à la mode d’aujourd’hui. Plus économe en énergie. De l’extérieur, le format boite à chaussure est maintenu.

    Destination : bureaux (l’affectation commerce du rez de chaussée disparait) sur huit étages. Il me revient qu’un groupe d’avocats pourrait s’installer dans ce lieu prestigieux.

    A l’arrière, une modification qui pourrait gêner les voisins : une terrasse à ciel ouvert au lieu du sous-sol sous verrière actuel.

    L’enquête publique à lieu jusqu’au 6 décembre. La réunion  de concertation est prévue le 20 décembre. Chacun peut voir le dossier et exprimer ses remarques à la commune. Aux citoyens d’agir.

    2016 av de Terv 2 arrière.JPG

    arrière

    2016 av de Terv 2 projet vue arrière.JPG