• #RDV29avril… Etterbeek pratique la politique circulaire

    Fabriquer un produit en utilisant les déchets d’un autre, valoriser ce qui reste pour un troisième produit ou service et continuer ce cercle vertueux, c’est l’économie circulaire. Le concept est connu.

    A Etterbeek, on pratique la politique circulaire.  Le centre culturel "le Senghor" lance une grande campagne pour la vie associative qui « plonge au cœur des préoccupations de tout un chacun » avec la haute école IHECS. Les affichettes fleurissent « Qu’est-ce qui te fait lever le matin ? » #RDV29avril ou « Connais-tu tes voisins ? » ou « Qu’est-ce qui t’inquiète ? »

    Bonnes questions que ne se posent plus les nettoyeurs communaux qui grattent et décollent les affichettes collées sur les nombreux poteaux de la commune….

    Politique circulaire : avec le bras culturel et quelques finances publiques donner beaucoup de travail aux nettoyeurs payés eux aussi par les finances publiques.

    P1080683.JPG

     

     

  • Verhofstadt-Magnette sur l’Europe

    Intéressante discussion sur l’Europe dans les jardins et salons du Parlement Bruxellois ce lundi.  Guy Verhofstadt et Paul Magnette sont des européens convaincus mais chacun ose le débat sur cette construction bancale.

    Lire la suite

  • Quartier Tongres - un diagnostic

    Samedi 25 mars, le Bourgmestre d’Etterbeek a convoqué ses services pour réaliser un « diagnostic en marchant » avec les habitants du quartier de la rue des Tongres. De poubelles mal adaptées en crottes de chien, le diagnostic est vite fait et les solutions sorties du chapeau.

    P1080661.JPG

    C’est soulageant de pouvoir exprimer son ras le bol de la crasse et de l’incivilité (des autres). Le maïeur essaie de plaire à tout le monde et les fonctionnaires de services notent et re-notent : un vélobox ici, un casse-vitesse là, de nouveaux trottoirs avant 2020, des poubelles couvertes mieux adaptées …. Etc.

    J’en profite pour relancer une idée, déjà émise dans le programme de DéFi, alors FDF, lors des élections communales de 2012. Le problème n’est pas de dénoncer l’existence des crottes de chien mais bien d’identifier le propriétaire responsable de ces chiens mal élevés. Il faudrait procéder à un recensement des chiens en réalisant un prélèvement d’ADN qui permettrait d’identifier l’auteur des déjections délictueuses et de sanctionner son maitre. La méthode est testée actuellement à Ciney. La notion de sanction ne plait évidemment pas à tout le monde…

    P1080663.JPG

     

    «Diagnostic en marchant » est une bonne idée. Une lettre toutes-boites doit suivre reprenant les solutions promises, si pas déjà réalisées. C’est aussi l’occasion pour le voisinage de faire connaissance, et de découvrir par exemple un des plus beaux magnolias de Bruxelles.

    Est-il centenaire ? Secret caché de l’avenue de Tervueren à Etterbeek !