ING: Projet immobilier au Cours St Michel.

Texte de l'interpellation développée au Conseil communal d'Etterbeek ce 19 février par DéFI au sujet de l’annonce d’un projet immobilier au Cours St Michel:

La presse et les réseaux sociaux ont récemment rapporté l’accord intervenu entre ING et un groupe de promotion immobilière au sujet de l’avenir du site ING au Cours St Michel.

Il y a déjà bien des années, le Cours St Michel a représenté un modèle urbanistique intéressant dans la mesure où il a créé un espace nouveau via la construction d’une dalle sur la ligne de chemin de fer et l’ancienne gare de marchandise. Depuis le début, cet espace a été considéré comme un nouveau morceau de ville : entre la rue Père De Deken, le Pont Demany,  la rue de la Grande Haie, la rue de la Gare et le square de Merode. Encadré à l’époque, dans les années 1970, par le ppas du bloc 535, qui, si mes souvenirs sont bons, s’est retrouvé non conforme à des plans régionaux à valeur juridique supérieure.

En cinquante ans, cet espace a connu bien des bouleversements, des changements d’enseignes (GB est devenu Carrefour, les bureaux de Bull sont passés à la Commission européenne, les chantiers abandonnés par les investisseurs suédois sont devenus des logements. Il y a une galerie en principe commerçante. ING a repris la BBL et ne construit que 7 étages au lieu des 9 demandés, car la révolte gronde chez les Etterbeekois.  Le sous-sol est truffé de parkings.  La commune entretient vaillamment une petite pleine de jeux le long de la rue Père de Deken. La liaison piétonne entre la rue de la Gare et la rue Père De Deken continue à poser problème en traversant des espaces peu surs entre dalles branlantes et trous « surprises ».

 

Le bâtiment d’ING présente - d’après un magazine économique généralement bien informé – « 60.000 m2 de bureaux idéalement localisé, à proximité du quartier Mérode, au coeur d'un parc de 5 hectares. De quoi offrir un potentiel de développement de près de mille logements, sans parler du volet bureau. …On ne connait pas encore précisément les contours du projet de Besix Red et Immobel. On sait seulement qu'il s'agit d'un projet mixte mêlant résidentiel (principalement) et bureau, et que le bâtiment sera démoli. Un nouveau quartier sera aménagé, avec de nouvelles voiries.

Les deux développeurs ont en tout cas encore le temps pour peaufiner leur dossier et rentrer leur demande de permis, ING ne quittant pas tout de suite le Cours Saint-Michel. » Ce qui reste de personnel devrait en effet rejoindre le siège avenue Marnix.

Déjà des inquiétudes se sont exprimées quant à l’afflux de circulation … Elles sont sans doute prématurées tant les nécessités sont différentes s’il s’agit de bureaux, d’entreprises ou de logements.

Le projet d’un nouveau morceau de quartier existe, par un développement privé. On peut s’en réjouir mais il n’est pas trop tôt pour que le pouvoir public, notre commune, pense aux balises qu’il faudra mettre au projet. Comment y insuffler l’intérêt général ?

Dans le groupe DéFI, nous ne pensons pas qu’Etterbeek ait besoin de beaucoup de bureaux ou de logements luxueux avec multiples parkings. Etterbeek a besoin d’espaces verts, de terrains de jeux pour les enfants, d’espace pour construire de nouvelles écoles au lieu de remplir les cours de récréation avec des conteneurs….

Bref, le départ d’ING peut être vu comme une opportunité de négocier quelque chose de bien.

En raison de l’histoire complexe du site et du projet potentiel, je voudrais demander au Collège de dresser un portrait de la situation foncière et urbanistique de droit de la parcelle en question ainsi que des liaisons de cette parcelle avec le reste des bâtiments ou espaces aménagés sur le Cours St Michel y compris en sous-sol, et enfin, de nous dire si vous avez déjà eu des contacts avec les développeurs ou si vous comptez en prendre l’initiative ?

Suivi de l’interpellation de DéFI au sujet du projet immobilier au Cours St Michel :

Réponse du Bourgmestre sur base d’une note du service Aménagement du Territoire :

La propriété d’ING se développe sur 5 parcelles. Le bâtiment principal a été construit sur base d’un permis délivré en 1974 et est affecté en bureaux. Le site comprend 4 entités de gabarits allant de rez +1 à rez + 8 étages. Il comprend également 3 niveaux de sous-sol.

Au Plan Régional d’Affectation du sol (PRAS) le bien se situe en partie en zone administrative et en partie en zone verte. (…)

Le bien est également inscrit dans le périmètre du plan particulier d’affectation du sol (PPAS) du bloc 535 délimité par l’avenue de Tervueren, la rue Père De Deken, le pont du 4 aout, la rue de la Grande Haie, la rue de la gare et la rue Abbé Cuypers. Ce PPAS a été approuvé par Arrêté Royal du 4 février 1975.

Les affectations prévues pour le terrain sont celles de complexe de bureaux, zone de parc public non clôturée, jardins et terrasses accessibles au public sur sol artificiels.

Les gabarits prévus ont été construits.

Il est à noter qu’une partie du site est constituée d’une emphytéose au-dessus du chemin de fer (du côté rue Père De Deken).

A la connaissance de la commune, il n’y a pas de liaison en sous-sol. 

ING compte encore occuper le site durant 5 ans .

Pistes éventuelles de développement futur :

Le redéveloppement de ce site de 4ha implique la refonte (ou l’abrogation) du PPAS. En l’état l’affectation de bureau permet également la construction de logements. Néanmoins, les gabarits imposés par le PPAS sont très contraignants.

Même en cas d’abrogation de ce PPAS, la zone verte devra être maintenue puisqu’elle figure au PRAS. Le site bénéficiera donc toujours d’un espace vert accessible aux riverains.

Il est bien entendu souhaitable que le développement futur du site prévoie une ouverture sur le quartier, tant au niveau des circulations douces (piétons, cyclistes) qu’au niveau des activités offertes. Il convient d’éviter la création d’un quartier fermé et centré sur lui-même. Une connexion particulière avec le shopping du Cours St Michel devra être trouvée.

Commentaire : le groupe DéFI est heureux de savoir que le PPAS bloc 535 est toujours en vigueur et permet de passer de la fonction bureau à la fonction logement. Nous resterons attentifs à toute demande de révision ou d’abrogation du PPAS qui pourrait ouvrir la porte à une augmentation des gabarits - aujourd’hui contraignants – pour satisfaire le promoteur.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.