Conseil communal et de police

  • Etterbeek - conseil communal : comment les libéraux mangent leur chapeau avec l’aide des socialistes.

    chapeau.JPG

     

    Le débat sur le projet de loi autorisant des visites domiciliaires chez les personnes accueillant des migrants n’occupe plus les feux de la rampe puisqu’il n’a pas été voté…grâce à une mobilisation importante.

    On se souviendra qu’à Etterbeek, les libéraux n’ont pas voulu voter une motion présentée par le PS et cosignée par DéFI, CDH et ECOLO/Goen contre ces visites domiciliaires (cf Urbi et fourbi du 20 février 2018 ) .

    Ce 7 mai à vu un retour de la même motion - redéposée par le PS- en contradiction avec le règlement torturé par le Bourgmestre libéral qui préside l’assemblée, à la fureur de Christophe Gasia, chef de groupe DéFI et du CDH Edoardo Traversa. Résultat : les libéraux se sont cette fois abstenus. Ils ont « mangé leur chapeau » càd reconnu leur faute lors du vote précédent ce qui est aussi difficile que de manger son chapeau ! Et par magie procédurière la motion contre les visites domiciliaires a donc été votée. Le PS Rachid Madrane, très occupé, a pu quitter la séance. Les citoyens n’y verront que du feu.

    Avant cela, deux lauréates du travail ont été honorées : une policière heureuse de son métier depuis 25 ans et une secrétaire chez le même employeur depuis 48 ans ! Félicitations à elles.

    Marché médiéval : c’est parti pour les 18, 19 et 20 mai au parc du Cinquantenaire (côté fontaine). Les heures d’ouverture sont raisonnables : 22h les vendredi et samedi, 20h le dimanche. 

    Place Jourdan : les travaux trainent et l’entrepreneur devra travailler le samedi…. On croise les doigts pour le délai final (avant les élections, en principe).

    L’interpellation de DéFI sur la cohabitation des habitants et du secteur Horeca dans le quartier Jourdan se fait à huis-clos car on parle d’adresses et d’établissements clairement identifiés. D’une manière générale, le Collège est contre toute extension du secteur Horeca sur la place mais : un établissement a reçu son permis après un recours au gouvernement de la Région, un autre est passé entre les mailles du filet : l ’administration communale n’a pas respecté la volonté du collège…

     Bref, le problème est réel et l’équilibre commerçants/habitants risque d’être rompu.

    Pour ce qui concerne les excès de certains (tapages nocturnes…) un seul conseil : appelez la police (02.788 53 43) au service de la population.  Aucun pv n’a été dressé cette année pour tapage nocturne ou débordements de terrasse.  Comme pour le parc du Cinquantenaire, il faut donc des habitants excédés pour que le pouvoir agisse.

     

  • Interpellation de DéFI sur la cohabitation des habitants et du secteur Horeca dans le quartier Jourdan

     Interpellation de DéFI - avenir quartier de la  Jourdan- pour le  Conseil communal d'Etterbeek du 7 mai 2018

     

    Le 1er juin 2015, il y a trois ans, un groupe d’habitants à interpelé publiquement le collège au sujet des problèmes de cohabitation entre différentes fonctions dans le quartier et sur la place Jourdan.

    Il dénonçait le tapage nocturne engendré par les excès de certains restaurateurs et de leur clientèle mais aussi l’emprise du secteur Horeca sur la place et le risque d’extension dans les ilots et aux étages. La fonction Horeca finissant par chasser les autres commerces et les habitants.

    Depuis, un groupe de travail aurait été mis sur pied, sans la participation d’habitants… 

    Ceux-ci se sont émus de différents faits :

    - le comportement (bruit, suroccupation de l’espace, relations conflictuelles…) des clients et du gestionnaire d’un établissement situé au coin de la place et de la chaussée St Pierre ;

    - les transformations en restaurants ou bar à vin ou traiteur du 15 place Jourdan, du 19 et du 34 rue Général Leman, des 412 et 414 chaussée de Wavre.

    Le dossier du 18 place Jourdan est aujourd’hui la goutte qui fait exploser le vase : l’immeuble abritait un restaurant au rez-de-chaussée. Pas de problème pour réouvrir un restaurant au même endroit. Une activité Horeca n’a jamais existé au premier étage. Cet espace est contigu à des logements. Des travaux ont commencé, avant même la délivrance d’un permis. Un permis a été délivré - les habitants se demandent pourquoi - autorisant une salle de restaurant de 80 personnes au premier étage. Par ailleurs, une porte vitrée donne accès à une plate-forme arrière. Les paris sont ouverts sur sa transformation en espace fumeur ou en terrasse…

    Vous pouvez vous dire opposé à l’autorisation d’un Horeca (Hôtel-Restaurant-Café) là où il n’en existait pas auparavant mais certains utilisent alors la subtilité de la fonction traiteur ou bar à vin, et l’expérience démontre à suffisance que ce genre d’établissement installe rapidement quelques tables et chaises à l’intérieur et à l’extérieur.

    L’expérience montre aussi les difficultés, voire l’incapacité des services communaux à faire respecter les règlements, notamment sur les terrasses et empiètements divers sur les trottoirs. Peut-on demander au même service de faire tout pour plaire à un secteur commercial et en même temps de lui donner obligation de faire respecter des règlements qui déplaisent ? Pourtant, ces règlements doivent être respectés !

    Etterbeek est agréable à vivre, nous souhaitons que cela continue mais nous constatons que la situation s’est plutôt dégradée dans ce quartier.

    - Quels sont les moyens pour faire cesser les tapages excessifs dans l’espace public ? Faut-il chaque fois appeler la police ?

    - Quelle est la politique du Collège et quels moyens s’est-il donné pour éviter la monoculture de l’Horeca dans le quartier de la place Jourdan ? un règlement communal d’urbanisme pourrait-il être utile ?

    - Qui a fait partie du groupe de travail ? Pourquoi les habitants n’ont-ils pas été associés ?

                                                                                     Françoise Carton de Wiart (DéFI) 

  • Etterbeek Conseil communal 26 mars : des chantiers difficiles et un corner.

      Encore des démissions et de nouvelles arrivées : Florence Pendeville quitte le Conseil du CPAS et revient à la Commune pour remplacer Christina Karkan partie sous d’autres cieux. Barbara De Campos- Palermo remplace Farda Tatou pour Groen/Ecolo.

     La soirée commence par l’interpellation enthousiaste de «1Bru/1vote» réclamant le droit de votes pour tous les résidents à Bruxelles lors des prochaines élections régionales de 2019. Rappelons qu’en octobre, il y aura des élections communales et que chacun espère une meilleure participation des Européens comme des étrangers qui disposent déjà du droit de vote mais l’utilisent peu.

     Un long débat de procédure s ’engage à l’occasion de l’approbation du PV de la séance précédente d’où il ressort que selon le Bourgmestre il n’y a pas eu de vote –ou du moins le vote espéré ?- sur la motion sur les visites domiciliaires déposée par le P.S et cosignée par DéFI (qui retire ainsi sa propre motion) le CdH et Groen/Ecolo. Dès lors cette motion peut être redéposée par le PS. Rachid Madrane (PS) absent demande le report de ce point à la prochaine séance. Rappelons que tout le monde avait bien compris que la motion en question avait été remplacée par un amendement unique de la liste du Bourgmestre bien voté par une majorité et faisant confiance au gouvernement fédéral. (Voir Urbi et Fourbi du 20 février).

     Plus curieux encore : le Collège -qui fait l’ordre du jour- y a inscrit une motion de Groen/écolo à propos de Belfius. Cette motion est jugée non recevable par… la liste du Bourgmestre ! C’est clair, il y a de l’eau dans le gaz et Groen/Ecolo se retrouve comme assommé ! Sans compter la colère contenue de Christophe Gasia (DéFI) qui a travaillé sur le dossier Belfius pour rien…

     Les cahiers des charges pour la restauration de la maison Hap, de l’orangerie et du jardin sont votés. Le groupe DéFI s’est abstenu en justifiant –avec l’aide de la Commission Royale des Monuments et des Sites-  que le projet révèle beaucoup de lacunes en matière de réflexion quant à la protection du patrimoine. Le travail a été fait à l’envers, sans penser la destination finale. Le geste architectural de l’escalier suspendu et de la nouvelle entrée par la rue Louis Hap coûtera cher et n’est pas accessible aux personnes qui auraient la moindre difficulté de marche ou d’équilibre, sans même parler des personnes handicapées en chaises. Pour l’Orangerie, DéFI a encore dénoncé la présence d’un équipement Horeca surdimensionné par rapport au quartier. Tous les autres groupes ont voté ces cahiers de charges balayant d’un revers de manche le suivi de chantiers qui s’annoncent difficiles…

     Clignotant pour le renouvellement de la pelouse synthétique du stade Guy Thys. Répondant à mes questions  de lanceuse d’alerte, Le Bourgmestre a répondu :  il y a bien des granulés de caoutchouc recyclé dans la pelouse actuelle  et on attend l’ordonnance régionale pour la nouvelle pelouse subventionnée. Les normes sont respectées (quelles normes ?), le dossier est envoyé à la Région ,on ne sait rien du risque pour la santé… On appelle cela un «corner», non ?

    pelouse foot terrain synthétique.jpg

  • Etterbeek: la L.B soutient le gouvernement fédéral– Conseil communal 19 février -

    Point chaud politique : la motion qui invite le Gouvernement fédéral à retirer son projet de loi sur les visites domiciliaires en vue d’arrêter une personne en séjour illégal. Cette motion est co-signée par le PS, DéFI, le CdH et Groen/écolo et brillamment argumentée par chaque chef de ces groupes. La liste du Bourgmestre dépose un amendement qui remplace la motion et « soutient la démarche de consultation du Gouvernement fédéral afin de préciser le cadre légal des visites domiciliaires ».

     Malgré la liberté de vote accordée par Vincent De Wolf à ses affidés, personne ne l’utilisera … et cet amendement passera par 17 voix (la liste du Bourgmestre) contre 15 (PS, DéFI, CdH et Groen/écolo). Une fois de plus le Collège (L.B., PS, Groen/E-écolo ) est divisé. Cela n’empêche pas d’exercer le pouvoir local.  

    Point technique : DéFi pose une série de questions au sujet de la location pour 6 ans de « bâtiments modulaires » (conteneurs) à installer pour le 1er septembre rue Scampaert afin d’accueillir deux classes de l’école primaire « Colombe de la Paix ». L’échevin a juré qu’aucun arbre ne serait abattu et a retenu ma suggestion d’utiliser des citernes de récupération d’eau de pluie plutôt que de l’envoyer directement dans les plantations pour faire de la boue.

    Réponses plus ou moins rassurantes au sujet de l’avenir du terrain ING au Cours St Michel (voir le post précédent). Le plan particulier d’affectation du sol (PPAS) du bloc 535 n’a pas été abrogé. Partagé entre bureaux (la fonction logement est autorisée) et espace vert public. Les gabarits vont de rez plus un étage  à rez plus huit étages . Il y a trois niveaux de sous-sol. Même si le ppas est abrogé ou modifié, l’espace vert devra être maintenu car il est inscrit dans le plan régional d’affectation du sol (PRAS).

    Dans les cinq ans à venir, il faudra donc suivre les éventuelles modifications de ces plans, via enquêtes publiques.

    Damien Gérard (CdH) s'inquiète de l'avenir du bâtiment acheté en vue de l' extension de la maison de repos par Orpéa, place du Rinsdelle. La Commune a refusé le permis d'urbanisme. Depuis, plus aucune nouvelle.

     

    Une de nos plus jeune conseillère communale Christina Karkan (L.B.) quitte Etterbeek pour raison privée. Elle a donc siégé pour la dernière fois. Son sourire nous manquera !

     

  • ING: Projet immobilier au Cours St Michel.

    Texte de l'interpellation développée au Conseil communal d'Etterbeek ce 19 février par DéFI au sujet de l’annonce d’un projet immobilier au Cours St Michel:

    La presse et les réseaux sociaux ont récemment rapporté l’accord intervenu entre ING et un groupe de promotion immobilière au sujet de l’avenir du site ING au Cours St Michel.

    Il y a déjà bien des années, le Cours St Michel a représenté un modèle urbanistique intéressant dans la mesure où il a créé un espace nouveau via la construction d’une dalle sur la ligne de chemin de fer et l’ancienne gare de marchandise. Depuis le début, cet espace a été considéré comme un nouveau morceau de ville : entre la rue Père De Deken, le Pont Demany,  la rue de la Grande Haie, la rue de la Gare et le square de Merode. Encadré à l’époque, dans les années 1970, par le ppas du bloc 535, qui, si mes souvenirs sont bons, s’est retrouvé non conforme à des plans régionaux à valeur juridique supérieure.

    En cinquante ans, cet espace a connu bien des bouleversements, des changements d’enseignes (GB est devenu Carrefour, les bureaux de Bull sont passés à la Commission européenne, les chantiers abandonnés par les investisseurs suédois sont devenus des logements. Il y a une galerie en principe commerçante. ING a repris la BBL et ne construit que 7 étages au lieu des 9 demandés, car la révolte gronde chez les Etterbeekois.  Le sous-sol est truffé de parkings.  La commune entretient vaillamment une petite pleine de jeux le long de la rue Père de Deken. La liaison piétonne entre la rue de la Gare et la rue Père De Deken continue à poser problème en traversant des espaces peu surs entre dalles branlantes et trous « surprises ».

     

    Le bâtiment d’ING présente - d’après un magazine économique généralement bien informé – « 60.000 m2 de bureaux idéalement localisé, à proximité du quartier Mérode, au coeur d'un parc de 5 hectares. De quoi offrir un potentiel de développement de près de mille logements, sans parler du volet bureau. …On ne connait pas encore précisément les contours du projet de Besix Red et Immobel. On sait seulement qu'il s'agit d'un projet mixte mêlant résidentiel (principalement) et bureau, et que le bâtiment sera démoli. Un nouveau quartier sera aménagé, avec de nouvelles voiries.

    Les deux développeurs ont en tout cas encore le temps pour peaufiner leur dossier et rentrer leur demande de permis, ING ne quittant pas tout de suite le Cours Saint-Michel. » Ce qui reste de personnel devrait en effet rejoindre le siège avenue Marnix.

    Déjà des inquiétudes se sont exprimées quant à l’afflux de circulation … Elles sont sans doute prématurées tant les nécessités sont différentes s’il s’agit de bureaux, d’entreprises ou de logements.

    Le projet d’un nouveau morceau de quartier existe, par un développement privé. On peut s’en réjouir mais il n’est pas trop tôt pour que le pouvoir public, notre commune, pense aux balises qu’il faudra mettre au projet. Comment y insuffler l’intérêt général ?

    Dans le groupe DéFI, nous ne pensons pas qu’Etterbeek ait besoin de beaucoup de bureaux ou de logements luxueux avec multiples parkings. Etterbeek a besoin d’espaces verts, de terrains de jeux pour les enfants, d’espace pour construire de nouvelles écoles au lieu de remplir les cours de récréation avec des conteneurs….

    Bref, le départ d’ING peut être vu comme une opportunité de négocier quelque chose de bien.

    En raison de l’histoire complexe du site et du projet potentiel, je voudrais demander au Collège de dresser un portrait de la situation foncière et urbanistique de droit de la parcelle en question ainsi que des liaisons de cette parcelle avec le reste des bâtiments ou espaces aménagés sur le Cours St Michel y compris en sous-sol, et enfin, de nous dire si vous avez déjà eu des contacts avec les développeurs ou si vous comptez en prendre l’initiative ?

    Suivi de l’interpellation de DéFI au sujet du projet immobilier au Cours St Michel :

    Réponse du Bourgmestre sur base d’une note du service Aménagement du Territoire :

    La propriété d’ING se développe sur 5 parcelles. Le bâtiment principal a été construit sur base d’un permis délivré en 1974 et est affecté en bureaux. Le site comprend 4 entités de gabarits allant de rez +1 à rez + 8 étages. Il comprend également 3 niveaux de sous-sol.

    Au Plan Régional d’Affectation du sol (PRAS) le bien se situe en partie en zone administrative et en partie en zone verte. (…)

    Le bien est également inscrit dans le périmètre du plan particulier d’affectation du sol (PPAS) du bloc 535 délimité par l’avenue de Tervueren, la rue Père De Deken, le pont du 4 aout, la rue de la Grande Haie, la rue de la gare et la rue Abbé Cuypers. Ce PPAS a été approuvé par Arrêté Royal du 4 février 1975.

    Les affectations prévues pour le terrain sont celles de complexe de bureaux, zone de parc public non clôturée, jardins et terrasses accessibles au public sur sol artificiels.

    Les gabarits prévus ont été construits.

    Il est à noter qu’une partie du site est constituée d’une emphytéose au-dessus du chemin de fer (du côté rue Père De Deken).

    A la connaissance de la commune, il n’y a pas de liaison en sous-sol. 

    ING compte encore occuper le site durant 5 ans .

    Pistes éventuelles de développement futur :

    Le redéveloppement de ce site de 4ha implique la refonte (ou l’abrogation) du PPAS. En l’état l’affectation de bureau permet également la construction de logements. Néanmoins, les gabarits imposés par le PPAS sont très contraignants.

    Même en cas d’abrogation de ce PPAS, la zone verte devra être maintenue puisqu’elle figure au PRAS. Le site bénéficiera donc toujours d’un espace vert accessible aux riverains.

    Il est bien entendu souhaitable que le développement futur du site prévoie une ouverture sur le quartier, tant au niveau des circulations douces (piétons, cyclistes) qu’au niveau des activités offertes. Il convient d’éviter la création d’un quartier fermé et centré sur lui-même. Une connexion particulière avec le shopping du Cours St Michel devra être trouvée.

    Commentaire : le groupe DéFI est heureux de savoir que le PPAS bloc 535 est toujours en vigueur et permet de passer de la fonction bureau à la fonction logement. Nous resterons attentifs à toute demande de révision ou d’abrogation du PPAS qui pourrait ouvrir la porte à une augmentation des gabarits - aujourd’hui contraignants – pour satisfaire le promoteur.

     

     

     

     

  • ETTERBEEK CONSEIL COMMUNAL 22 janvier 2018

     Petit conseil de rentrée où nous retrouvons de vieux dossiers. Le projet de semi-piétonnier au Rond-Point Schuman fait l’unanimité contre lui mais aucun acte administratif ne permet encore d’activer le recours qui reste en suspend.

    En revanche, la décision de la majorité   d’aller en recours contre le projet régional d’aménagement du Bd Reyers (suivi du Bd Brand Whitlock et du square Montgomery) est retirée. La Commune a reçu les informations demandées à la Région et s’en trouve apaisée, donnant raison à DéfI qui s’était abstenu sur ce point.  (voir Urbi et Fourbi de décembre)

    Retour aussi sur la friterie de la place Jourdan. Le loyer a été fixé avec une solide augmentation, permettant un retour sur investissement en 7 ans. Quant à la demande de placer des chaufferettes sur l’auvent, il n’est pas certain qu’elle soit acceptée. Il est vrai que cela n’améliorerait pas      l’esthétique de la friture…   

           Jourdan dec 2017.JPG

    Jourdan projet.JPG

     

        (réalité versus dépliant publicitaire)

     

    Un nouveau dossier : toutes les assurances de la commune vont faire l’objet d’une remise à plat avec appel à la concurrence. Un bureau spécialisé va aider la commune dans la rédaction du cahier des charges et l’appel d’offre au niveau européen. Le quasi monopole d’Ethias en service public risque donc de disparaître… Le monde et les temps changent. Le cahier des charges devrait être présenté au Conseil communal du mois de mars.

     Aléa de la vie du piéton, à l’aller comme au retour ce soir après le Conseil : pas un lampadaire public ne fonctionne rue des Tongres ! Merci aux commerçants qui laissent leurs vitrines allumées. Vite une visite sur le site de Sibelga pour mentionner la panne.

  • Etterbeek conseil communal 18 décembre : un travail fou pour l’année prochaine

     Devant un public nombreux, c’est l’interpellation du groupe de réflexion et d’action pour le jardin Félix Hap qui ouvre la séance. Huit chapitres critiques sont évoqués par la porte-parole Madeleine Cools. Le Bourgmestre répond en rappelant tout ce que la commune a fait de bien avant de passer la parole aux échevins de sa coalition. Pour écolo/groen, les socialistes et les libéraux le projet est de qualité.  C’est clair, la majorité est convaincue de bien faire et consciente qu’elle ne convainc pas.

    L’opposition n’a pas le doit à la parole sur le sujet. Prochaine étape, la commission de concertation qui donnera un avis sur la demande de permis d’urbanisme. Rendez-vous en janvier.

    La volonté de transparence passe par l’accès public à une série de documents. Avec l’aiguillon de DéFI un grand pas sera franchi dès que la technique le permettra : la mise en ligne d’une série de documents dont les notes préparatoires au Conseil communal, l’organigramme de la commune, les règlements d’octroi de subsides… etc. Pourvu que le délai raisonnable pour la réalisation ne soit pas trop long !

    Le Bourgmestre, toujours en bagarre avec la Région, obtient de sa majorité d’aller en recours contre la décision d’aménager le Bd Reyers en boulevard et non plus en autoroute. DéFi ne le suit pas.

    En revanche, DéFI Etterbeek n’est pas favorable au semi piétonnier remplaçant le rond-point Schuman et accepte le recours contre la décision régionale.

    Le budget de la Régie foncière est voté, avec un très beau programme d’investissement.  Reste à voir si l’intendance suivra. André du Bus (CdH) estime qu’un bien de la Régie (le 66 Chaussée St Pierre) est à l’abandon. A vérifier…

    Le loyer de la « Villa Antoine » place Jourdan n’est pas encore fixé. Si aucun accord n’est trouvé, cela fera du travail pour le juge de Paix.

    Suite à mon interpellation régulière sur le patrimoine artistique , on a déjà retrouvé le portrait du Bourgmestre Louis Schmidt dans la salle du Conseil du CPAS. Pour les autres œuvres : on ne les trouve pas, mais elles ne sont pas considérées comme disparues … Un nouveau tour des bâtiments est prévu. Une nouvelle interpellation aussi…. 

    A tous et toutes bon travail en 2018 !

  • Interpellation sur la conservation du patrimoine artistique au Conseil communal du 18 décembre 2017.

    Le 27 mars dernier, je vous interrogeais au sujet de la conservation du patrimoine artistique de la commune.

    Des réponses fournies, il ressort que pour la collection des œuvres « prix Louis Schmidt », le dernier recensement et localisation date de 1995. 17 œuvres recensées, des lauréats du Prix Louis Schmidt, sont localisées par un point d’interrogation. Depuis lors, une œuvre a été retrouvée – par hasard-dans un couloir du premier étage de l’hôtel communal

    Reste donc 16 œuvres du prix Schmidt non localisées, perdues…

    Parmi elles : le portrait de Sophie, par Jean-Marie Strebelle qui date de 1950 mais aussi   une sculpture nommée Denise d’André Willequet, une gravure Paysage de Louis Collet…etc.

    Par ailleurs, après plusieurs vaines demandes ; j’ai reçu au mois de juillet, du receveur communal, une liste « 250 » sous la dénomination « 340 - patrimoine artistique ». Les objets y numérotés de 1 à 258 avec leur localisation supposée et une valeur en euros pour certains objets. Il s’agit d’un document, précieux mais qui relève de la comptabilité patrimoniale de la commune et pas d’un inventaire tel que le conçoivent les professionnels du patrimoine artistique. La description est plus que succincte et l’auteur n’est pas toujours mentionné.

    Un document précieux, car il indique une localisation (supposée) des œuvres qui se trouvent qui se trouveraient dans différents bâtiments communaux : hôtel communal, mais aussi locaux de police et écoles. Enfin, c’est - à ma connaissance - le seul document qui pourrait servir de base à un véritable inventaire du patrimoine artistique de la commune. Cette liste mentionne une série de portrait d’anciens bourgmestres. J’ai demandé à voir les portraits originaux  de Louis Schmidt, de René Piret, de Léon Defosset . Pas de réponse : où sont ces portraits ?  J’y ajoute ceux des bourgmestres Hap.

    Pour le moment, nous n’avons que les photographies noir et blanc  de ces portraits

    Le projet de déménagement de l’hôtel communal, les différents travaux effectués et prévus dans les écoles rendent urgente la réalisation de cet inventaire.

    En ce qui concerne la collection du Prix Louis Schmidt :

    • Est-ce que la collection est intégrée dans le compte patrimonial de la commune ?
    • Quelles sont les recherches effectuées pour retrouver les 16 œuvres disparues ?
    • Avez-vous porté plainte contre leur disparition, si non, pourquoi ?

    En ce qui concerne l’ensemble du patrimoine artistique, repris dans la liste comptable :

    • Avez-vous utilisé cette liste comme base d’un véritable inventaire du patrimoine artistique ?
    • Avez-vous entamé des recherches, dans les différents bâtiments communaux, pour retrouver les œuvres disparues ?
    • Avez-vous porté plainte contre leur disparition ?

    Merci de votre attention et de vos réponses.

     

     

     

  • Etterbeek Conseil communal: budget et la foire au Cinquantenaire !

    Avant la séance du Conseil, remise de médailles aux lauréats du travail. Depuis 1929, tous les métiers sont concernés. Une cérémonie qui a lieu tous les 7 ans récompense aussi bien la qualité professionnelle que morale. Une douzaine d’Etterbeekois ont été honorés. Chapeau !

    Ensuite, interpellation du public qui se voit confirmer qu’Etterbeek est une commune hospitalière et défend les droits fondamentaux des migrants sans papiers. Le Collège devrait préparer une motion d’engagement.  

    Le Collège est très fier de son budget 2018 avec des recettes pour l’année de 100.029.505,5  € et des dépenses pour 99.846.000 € . Contributions de 9.811.618,97 € pour la zone de police et de 14.433.282,54 € pour le CPAS !

    Le CDH ne voit rien de positif et vote contre le budget.

    Plusieurs demandes de DéFI - pourtant dans l’opposition - ont été rencontrées :

    - La contribution des Etterbeekois avec le soutien de la Région permet de diminuer le taux additionnel à l’impôt des personnes physiques qui passe de 7 à 6,7%.  

    - Les subsides pour les clubs du Troisième âge sont multipliés par 2,5 passant de de 2000 € à 5000€.

    - un calendrier des brocantes à venir sera publié sur le site internet de la Commune.

    - engagement de 2 nettoyeurs et de 2 agents constatateurs d’infractions.

    MAIS le coût de la « Villa Antoine » (expression du Bourgmestre lui-même) est pharamineux : dernière estimation à 443.000 € ! Une propriété de la Régie foncière qui devra évidement en augmenter le loyer. Il faudra des années pour amortir cet investissement … Alors que - rêvons-  la santé publique devrait pouvoir commander la transformation de la friterie en boutique de fleurs ou de légumes.

    La politique de mobilité est trop exclusivement consacrée aux 2 roues et rien n’est fait pour empêcher le stationnement sauvage des 4 roues.

    DéFi s’abstient de voter le budget ainsi que celui du CPAS

    Également sur une suggestion de DéFI, le bal du Bourgmestre traditionnellement prévu le 1er dimanche d’octobre, aura lieu le 21 octobre. Nous aurons voté le 14 octobre.

    Le budget est accompagné d’une déclaration politique. Un programme pour l’année dans lequel DéFi a relevé une très mauvaise idée : puisqu’elle est obligée de quitter la place Jourdan, la commune veut installer la foire au Parc du Cinquantenaire du 11 au 23 avril 2018 ! Cela fera du bruit … si la Région le permet aussi.

  • Etterbeek: Conseil communal 16 octobre 2017

    Heureusement que le premier coup de pelleteuse du chantier de la nouvelle maison communale s’est bien passé le 23 août dernier, car l’assurance n’est pas encore tout à fait au point et sera présentée au Conseil communal de novembre…

    Devant l’ampleur de la tache de coordination et de suivi de ce chantier qui dépasse les forces de l’administration communale, en prétextant des circonstances imprévisibles (lesquelles ?), la majorité vient de décider de lancer un nouveau marché public (estimé à 900.000 €). À la demande (réitérée) de DéFI  d’avoir un suivi du dossier, le Bourgmestre a promis de faire le point quand ce nouveau marché d’assistance au maître d’ouvrage serait passé et que des rapports d’avancement seront disponibles… Avant de faire cette promesse – dont on verra quand elle sera tenue – il a cru devoir m’expliquer que cette matière serait trop compliquée pour les élus … J'espère relever le DéFI !

     

    Le Collège annonce son intention de dissoudre trois asbl devenues inutiles (c’est quand même la commune qui fait le travail) : « La Vie Etterbeekoise » (le journal communal était et sera fait par le service communication), « Commune ferme à la Ville » (les paniers bio étaient et seront distribués par le service Développement durable), « Les activités récréatives  du Bourgmestre » (étaient et seront réalisées par le service animation). À la demande de DéFI encore, le cadastre des mandats (y compris ceux des fonctionnaires) sera complété et reprendra tous les mandats au 1er janvier 2017 afin d’éviter des passer au bleu ceux qui étaient en vigueur dans ces asbl bientôt dissoutes.

     

    C’est l’échevin Jean Laurent qui pilotera le projet Crisco (Carrefour des Régions pour favoriser l’implication de tous les  citoyens à la cohésion sociale) un projet européen de réseau de villes remporté par Etterbeek et 9 partenaires qui se clôturera  par un colloque international !

    Les voisins des casernes de la police fédérale peuvent être rassurés… La commune les soutient en donnant un avis négatif pour la demande de permis d’urbanisme d’un pylône de radio-communication au coin des avenue Nouvelle et de la Cavalerie, à proximité des logements sociaux ! Sécurité oblige, le pylône doit trouver place ailleurs dans les casernes (besoin de 7 m2 au sol !)

     

    L’interpellation de Gisèle Mandaila (DéFI) sur l’inclusion d’enfants handicapés dans les écoles communales nous apprend qu’il y a une dizaine d’enfants dans ce cas à Etterbeek, mais surtout une école « de type 8 » : les Carrefours, avec l’encadrement adéquat pour remédier certains handicaps. Chacun s’accorde qu’ il faut trouver la meilleure formule pour le bonheur de chaque enfant.

    Dernière découverte, grâce à l’interpellation de Christophe Gasia (DéFI) , c’est Aziz Es qui est l’échevin responsable du bien-être animal. Promis : il développe cette compétence scabinale dès l’année prochaine.

     

     

     

  • Conseil communal - Etterbeek : des places à prendre !

    Une douzaine d’enfants de 6ème primaire, élus au sein de leurs écoles ou associations situées sur le territoire de la commune d’Etterbeek ont prêté le serment qu’ils avaient rédigé avec l’aide des animateurs :

    « Moi XXX, conseiller communal enfant, je m’engage à réaliser des actions pour la commune d’Etterbeek »

    Le Conseil communal des enfants est né sous les applaudissements et regards émus des parents et des conseillers adultes !  Il se réunira tous les mois d’octobre à juin. Les enfants pourront débattre de leurs idées, mettre en place un ou plusieurs projets d’intérêt collectif.

    Ils seront encadrés par 3 animateurs qui, pour se faire, ont réduit d’autres activités.

    Ces enfants sont prêts à changer le monde, comment ne pas les décevoir ?  Premier conseil communal des enfants à Etterbeek. Le Collège des Bourgmestre et échevins n’a qu’à bien se tenir, sa succession pourrait être assurée.

    La suite du « vrai » conseil communal a connu une suite d’autocongratulations : un bel audit sur le plan cyclable, une bonne action d’aide aux sans-papiers installés dans un immeuble vide réquisitionné avenue d’Auderghem, alors que le gouvernement fédéral ne fait pas son boulot, de belles « oreilles » à plusieurs carrefours, un confortable bus scolaire de 50 places…

    À l’initiative du groupe DéFI, un accord pour mandater la représentante d’Etterbeek à VIVAQUA. Elle devra lier son vote positif à l’achèvement de la fusion Vivaqua/Hydrobru, à un engagement de bonne gouvernance et de prix vérité pour l’eau distribuée.

  • Etterbeek - Conseil communal- 26 juin 2017 : Patience !

      - Pour DéFI, Christophe Gasia a rappelé notre volonté de voir sur le site communal un cadastre complet des mandats; non seulement des mandataires locaux (au sens de mandataires élus) mais aussi des fonctionnaires où autres personnes qui ont reçu un mandat de la commune pour la représenter. Pas simple dénonce le président de séance et bourgmestre, cela viendra dans une deuxième phase.  Patience !

    - Prévu au point 4 , la fin du contrat avec Télénet ? Le point est retiré. Comment organiser la vente ?  Qui emportera le marché  ?  Patience !

    - Le CdH avait demandé un point de la situation sur les demandes de places pour cycles dans les boites à vélo. On en reparle en septembre. Patience ! Le système est transféré à l’agence régionale de stationnement qui reprend la convention avec l’asbl Cyclo et le bénéfice de fonds européens (tant qu’il y en a…).

     - Le service fédéral est long à délivrer les documents permettant à une personne handicapée de demander qu’une place de parking ad hoc soit réservée près de son habitation ou de son lieu de travail. Impatient, le Collège des Bourgmestre et échevins accélère la procédure si la personne présente un certificat médical attestant qu’elle souffre d’une pathologie définie par le Collège, qu’elle n’a pas parking privé, qu’elle (ou la personne habitant chez elle) conduit son véhicule, qu’elle a la carte bleue délivrée par la sécurité sociale.

    Une remarque de DéFI a réussi à supprimer un article du projet de règlement qui exigeait de faire payer les frais (signalisation et peinture) d’un nouvel emplacement en cas de déménagement !

     -  Beaucoup de patience est demandée aux riverains du parc du Paradis des enfants où de ce qui en reste. En vue des grands travaux d’extension de la célèbre école maternelle et primaire (classes d’immersion), choisira-t-on la hauteur ou la profondeur ?  Le cahier des charges pour un marché public en vue d’un projet estimé à 4 millions d’euros a été voté ce soir. Le programme – élaboré avec les enseignantes-  est suffisamment souple pour permettre un bon projet dans le respect et même l’amélioration de la situation existante de l’école ET du parc. Le projet qui sera retenu sera soumis à permis d’urbanisme, accompagné d’une étude d’incidence précédé d’une enquête publique où chacun pourra se manifester. Le souhait est d’inaugurer le bâtiment fin 2021.

    DéFI a voté en faveur de ce cahier des charges, ce qui ne préjuge évidemment pas de questions à poser ou de critiques à faire – le moment venu – quand le projet sera plus concrètement sur la table et à l’enquête publique.

    Le CdH s’est abstenu, trouvant que cette école coute trop cher.

    P1090031.JPG

    Photo : Paradis des enfants -  Jusqu’en 2021 ou 2022 , les conteneurs accueillent aujourd’hui la crèche Aimé Dupont pendant les travaux rue des Champs puis les classes du Paradis des enfants pendant les travaux de démolition-reconstruction.

  • ETTERBEEK -Conseil communal 29 mai - MAJORITE AVEUGLE

     Malgré la chaleur, DéFi a défié la majorité communale en proposant une motion -brillamment défendue par son chef de groupe Christophe Gasia – au sujet du secret professionnel des services sociaux. En cause : un projet de loi fédéral dit « Pot-pourri 5 » qui limite le secret professionnel des services sociaux et d’autres professionnels dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. (voir Urbi et fourbi du 9 mai). Pour éviter de faire porter le poids de la responsabilité et du risque de représailles sur les travailleurs sociaux, DéFi propose qu’ils puissent confier -non à la justice- mais à un référent,président de CPAS ou Bourgmestre, des informations sur un risque de terrorisme.

    La liste du Bourgmestre libéral n’a pas voulu suivre. Discipline aveugle ! Pieds et poings liés à la NVA au gouvernement fédéral, alors que Le sujet n’étant pas inscrit dans l’accord de majorité communale, chacun pouvait se sentir libre de voter.

     Le PS, le CdH, Ecolo/Groen ont rallié la motion de DéFI mais quelques absences ont empêché un vote final favorable. La motion a été refusée par 17 voix contre 13.

    Il faut dire que le PS a perdu un élu. Imad Benarafa, siégeant depuis peu comme indépendant, rejoint la liste du Bourgmestre. Rik Baeten, Spa reste au Collège alors qu’il avit annoncé sa démission. Les voix du PS:Spa  sont impénétrables !

    Ces petits jeux politiciens ont comme un parfum d’accord pré-électoral… Un parfum qui ne plait pas à l’opposition !

    DéFI s’est encore fermement exprimé en dénonçant le commentaire fait par le Collège suite à sa tribune « libre » dans le journal communal « La Vie Etterbeekoise »  du mois de mai. La tribune critiquait le montant attribué au gouter de Printemps des seniors en le comparant auxs faible subsides accordés aux clubs du troisième âge.  Cela n’ a pas plu !

    A la question , toujours de DéFI, sur pourquoi le Bourgmestre préside le Conseil communal alors que dans plusieurs autres communes on nomme un président de séance ce qui équilibre les débats ? Réponse claire du mayeur: je ne veux pas. Pouvoir quand tu nous tiens ...

    Ni débat, ni question au sujet d’un dossier – Cahier des charges de près de 4 millions d’euros – du Contrat de quartier durable : le pôle « intergénérations »  qui va remodeler un morceau de quartier avenue d’Auderghem, autour de l’ancien Théâtre Yvan Baudouin tombé en ruines, de l’école des Marronniers, de l’Académie de Musique.

    Les documents n’ont été accessibles aux conseillers qu’en fin de matinée le jour même de la séance du Conseil. DéFI soutient le projet mais s’est abstenu de voter le cahier des charges. Discipliné mais pas aveugle !

  • Silence au Cinquantenaire ?

     

    2017 Kemezzo P1080984.JPG

    Les citoyens qui assisteront lundi 29 mai au Conseil communal d’Etterbeek prendront connaissance d’une information communiquée aux conseillers : Le Bourgmestre- en tant que chef de la police-  a ordonné à l’organisateur du festival Kermezzoo de limiter progressivement le volume sonore de ses activités dans la partie etterbeekoise du parc du Cinquantenaire et d’arrêter toute activité et musique à minuit à partir du 18 mai et jusqu’à la fin du festival  , c-à-d le 21 mai. 

    Kermezzoo avait commencé fort dès le 5 mai. Depuis des années, des riverains et voisins du parc se plaignent de la multiplication des activités et surprises dans ce vieux parc. Après chaque été, les responsables politiques (De Wolf pour Etterbeek, Mayeur pour Bruxelles-ville, Fremault pour la Région) assurent que cela va changer …

    L’arrêté du Bourgmestre d’Etterbeek pourrait faire croire à un changement, mais sa lecture attentive nous fait comprendre qu’en date du 02.05.2017, l’organisateur a obtenu de l’administration communale d’Etterbeek un courrier de dérogation aux limites sonores et d’horaires imposées par la Région.  

    Finalement, ce sont les plaintes enregistrées à la police de la zone Montgomery dès le 5 mai qui ont forcé le Bourgmestre limiter son autorisation tout en permettant la continuité du festival. Cela s’appelle une « solution  raisonnable »  .

    Leçons de cette histoire :

    • Le Bourgmestre n’est pas aussi déterminé à faire cesser les nuisances qu’on pourrait le croire ;
    • Il faut continuer à encourager les citoyens à réclamer. Ceux qui disent que cela ne sert à rien de téléphoner à la police ou qui ont peur de la surcharger avec des peccadilles ont tort.

    Tel pour la partie etterbeekoise du parc (autour de la fontaine) : 02 7885 343

     

    Prochains évènements : 20km de Bruxelles, Marché Médiéval,  Fête de l’environnement, Fête de la Musique…. etc ; etc. On serait heureux d’avoir un agenda.

  • Une majorité toujours divisée sur la levée du secret professionnel des travailleurs sociaux.

    Etterbeek Conseil communal 8 mai

    Le mois dernier, déjà, l’examen d’une motion de DéFi (voir Urbi et Fourbi du 28 mars) sur la levée du secret professionnel des travailleurs sociaux avait été reportée et une motion PS annoncée. Depuis, la proposition de loi de la NVA  a été votée au parlement fédéral le 4 mai et d’aucuns pensaient que notre motion n’avait plus d’actualité.

    Erreur : un article d’un autre projet de loi fédérale  (dit « Pot pourri V ») alourdit les peines à l’encontre de tous les dépositaires du secret professionnel. Le débat est loin d’être clôt. Le texte déposé à Etterbeek par le PS et Défi garde toute son actualité et son urgente nécessité. La Liste du Bourgmestre (MR) et Ecolo/Groen ont souhaité prendre 20 jours de plus … La motion est reportée au  Conseil du 29 mai  prochain.

    Le terrorisme doit être combattu sans angélisme mais l’obligation d’information active des travailleurs sociaux (càd la dénonciation ) ne peut se faire  sans balises. DéFi propose de passer par un référent : Bourgmestre ou Président de CPAS.  On comprend l’attitude du MR otage d’un gouvernement NVA. On ne comprend pas l’attitude d’Ecolo/Groen….

    L’Echevin des finances a remercié la Région pour différentes subventions accordées à Etterbeek.
    C’est ainsi que les abords des logements sociaux de la rue Général Henry seront radicalement repensés : : verdure, bancs, jeux sans oublier la reconstruction d’un local pour les jeunes. Un budget total d’environ 2 millions €. Quand la Commune et  la Région  travaillent la main dans la main, tout va bien.

    Cadeaux encore : une prime pour les propriétaires qui mettent leur bien en location via l’agence immobilière sociale communale. Valable pour les nouveaux contrats à partir du 1er septembre 2017.

    Lors d’une question de Damien Gérard (CdH) on apprend que la muraille qui va entourer le parc du Cinquantenaire lors des fêtes médiévales  coûte 22.877, 24 € , la TVA est comprise , ouf !

     

  • Etterbeek: Conseil communal délocalisé

    P1080630 (2).JPG

    Grosse panne d’électricité à l'hôtel communal ce lundi soir pour le Conseil communal. Les services communaux ont rapidement organisé la réunion dans la salle des seniors au Jardin de Fontenay. Dans le public, des étudiants de l'Athénée Jean Absil et d'autres citoyens

    Une réunion très importante pour Bernard de Marcken qui redevient administrateur au « Foyer etterbeekois ». Ainsi que pour Patrick Lenaers qui remplace le Bourgmestre De Wolf à l’Association de la ville et des communes de la Région de Bruxelles-Capitale et pour Véronique Canters qui remplace le Bourgmestre De Wolf à l’Agence Locale pour l’emploi.

    Unanimité pour les micro-projets du Contrat de Quartier Durable (CQD) dont celui d‘exposition et d’ateliers sur les archives de la maison et du parc Hap. Le gros projet de rénovation du 506 chaussée de Wavre (à côté de la maison Hap) avance d’un pas : le cahier des charges est approuvé pour un marché estimé à 978.972,46 €TVAC (subvention régionale estimée à 300.000€).

    La rosace de l’église Saint Antoine sera rénovée. Montant estimé 225.000€ tvac. Subvention régionale estimée à 180.000 €.

    Le budget communal connait sa première modification de l’année : 2,5 millions de recettes en provenance des intercommunales de gaz et d’électricité. Modifié aussi le budget de la maintenance de l’hôtel communal : le disjoncteur principal de la cabine haute tension peut être remplacé. Est-ce lui qui a sauté, provoquant la délocalisation du Conseil communal ?

    Interpellation attendue de Christophe GASIA (DéFI) sur le bilan des sanctions administratives. La réponse du Bourgmestre sera complétée plus tard car le courant électrique a été coupé pendant la rédaction du rapport…. D’une manière générale, un peu plus de la moitié des amendes sont payées et il y a peu de récidive.

    A propos d’une question précise sur le stationnement sauvage place Dandoy, il semblerait que l’aménagement d’une large bordure autour du rond -point central donne l’illusion d’un droit à stationner alors qu’il n’en est rien. Il est suggéré de supprimer cette bordure…. Quand le service des travaux aura le temps ???

    P1080627.JPGMajorité alternative (L.B,écolo, DéFI) pour l’avis – assez critique -de la commune sur le projet de plan de développement durable (PRDD). Toutes les remarques de DéFI y sont intégrées, le PS et le CdH se sont abstenus faute de temps pour étudier le projet.

    Nous ne voulons pas de tours « iconiques » sur les boulevards Général Jacques, Saint Michel ou Louis Schmidt. Nous voulons des crèches, sans examen linguistique pour les parents. Nous voulons le maintien de l’arrêté Gosuin, seul outil juridique qui nous protège des bruits d’avion…etc.

    Et pendant ce temps-là, les électriciens travaillent fort  dans l’hôtel communal. Vivement un nouveau bâtiment !

     

     

     

     

     

  • Etterbeek - Conseil communal 23janvier : trottoirs en vue et pluie de primes

    Mon interpellation :
     
       La rue Général Capiaumont est une des très belles rues d’Etterbeek, par ailleurs
    dans le périmètre du Contrat de Quartier Durable.
    Dans la partie située entre la rue Philippe Baucq et l’avenue Pirmez (prolongée
    par l’avenue Victor Jacobs), le trottoir de pavés, bien de chez nous, contribue au
    charme de la rue. 
    002.JPG
    Tout irait bien dans le meilleur des mondes si ces pavés n’étaient pas enfoncés, descellés, branlants, disparus… Ce trottoir est un danger majeur pour les
    piétons. Un comble quand on sait que le Général Capiaumont serait à l’origine
    du régiment des chasseurs à pied (cf Jean Francis « La Chanson des rues »).
     
       Dans une ville soumise à un intense trafic et stationnement automobile, aux
    travaux incessants de divers impétrants, il n’est plus de mise de réclamer aux
    propriétaires riverains de re-construire le trottoir. C’est devenu une obligation
    des autorités publiques.
     
       Le programme triennal d’investissements (subventionné par la Région) voté par
    notre Conseil en septembre 2016 prévoit les aménagements de trottoirs rue de
    Haerne, rue Gauthier et rue Beckers. Aujourd’hui même nous avons voté en
    faveur du renouvellement de la voirie rue Général Henry.
     
       Nous ne souhaitons pas priver les riverains de ces rues d’un nouveau trottoir,
    déshabiller Paul pour habiller Pierre… mais il serait intéressant de savoir en
    fonction de quels critères ces rues ont été choisies. Est-ce simplement parce que
    d’autres travaux y sont prévus en voirie et que le trottoir apparait comme un
    complément ? Ou existe-t-il une politique relative exclusivement aux trottoirs ?
     
    Avez-vous besoin d’une pétition pour être alerté ? Peut-on ajouter le trottoir de
    la rue Général Capiaumont au programme triennal ? Quand les riverains et
    piétons de passage pourront-ils être en sécurité sur ce trottoir ?
     
       Réponse du Bourgmestre : « l’état de ce trottoir est connu et il est prévu de le
    refaire dans le cadre du programme espace public du Contrat de Quartier
    durable en suite des travaux rue de Theux. Ces travaux ont du retard…mais
    promesse est faite : les trottoirs de la rue Capiaumont seront faits en 2017. »
     
       Encore 11 mois maximum de patience pour cette rue ? Quant aux critères de
    choix pour les travaux ? La hauteur des cris de  réclamations des habitants semble
    jouer un rôle très important.
     
       Une bonne nouvelle pour les propriétaires dans le périmètre du Contrat de
    Quartier puisque le Conseil a voté une prime pour les aider à remplir le dossier
    de demande de primes régionales (rénovation, embellissement, petit patrimoine)
    à condition que leur revenu imposable ne dépasse pas 67.050,72 €.
    Pluie de primes, pas de déprime !

    Lire la suite

  • Etterbeek - Conseil communal : des bulles grasses pour 2017 ?

     De plus en plus souvent certains dossiers présentés souffrent d’un manque de préparation… Que se passe-il donc ? L’administration ne suit pas ! La majorité est divisée.

    Le Conseil du mois de novembre avait, de l’aveu même du mayeur, « mis la charrue avant les bœufs » à propos du marché public pour la construction de la nouvelle crèche rue des Champs. (voir Urbi et Fourbi du 29 novembre) Les explications sont venues après : c’est un partenariat privé-public (P.P.P.) , dossier complexe qu’il a fallu monter avec l’aide d’un avocat spécialisé. On verra dans 23 ans si la commune aura payé trop cher ou non… C’est le risque du P.P.P… Une méthode pourtant généralement abhorrée  par le partenaire P.S. de la majorité.

    Cette fois, le Conseil n’a pu approuver le procès-verbal – inexistant- de la séance précédente.

     

    Un autre point a été remis : un projet de règlementation des brocantes et des braderies. A la fois très bureaucratique, demandant 1000 papiers aux organisateurs tout en laissant au Bourgmestre et Echevins le choix final, le choix du Prince. Dans la majorité même, cela a grincé en silence. Un peu de concertation avec les organisateurs de brocantes ne ferait pas de mal.  

     On sait la majorité amateure de bulles… cette fois il s’agit de bulles grasses, de bulles à huile. Il a fallu que le Collège se réunisse en urgence autour du piano pour comprendre qu’il y aura 14 conteneurs de récupération d’huile de friture à côté de 11 bulles à verre (enterrées ou non) . Par exemple au coin av de Tervueren/rue Abbé Cuypers , au coin av de Tervueren/av. de l’Armée, sur le Ranch chaussée de Wavre, place du Rinsdelle… etc.

    Contrat d’un an, avec évaluation tous les 3 mois. Le dossier présenté parlait de 5 conteneurs sur 11 sites pour un test de 6 mois. Visiblement un enmêlage de pinceaux…

    DéFi s’est abstenu car nous ne voulons pas transformer tous les coins de rue en déchetteries mal tenues.

    Je ne veux pas finir l’année sur tant de crasses, sans compter les risques de chute ou d'incendie.

     De jolies bulles (en bouteille) ont été offertes à André du Bus qui quitte la présidence du groupe CdH au Conseil communal. Il sera remplacé par Damien Gérard. Meilleurs souhaits !

     Enfin, un beau geste a été récompensé : Monsieur Damien Cocard a intercepté – et maintenu sans excès, jusqu’à l’arrivée de la police - un des auteurs d’un vol à l’arraché d’un  téléphone  très distingué. Acte de bravoure, médaille communale.

    Et toutes nos félicitations !

     

     

  • Etterbeek budget 2017 L’art de présenter les choses

     La présentation du budget 2017 est évidemment l’occasion pour la majorité (MR, Groen-écolo, ps-SP) de s’auto-congratuler et de présenter des projets les plus merveilleux.

    Du côté de l’opposition (DéFI, cdH) il y aurait  de quoi se réjouir. Par exemple de la réduction du taux additionnel à l’impôt des personnes physiques de 7,5% à 7%.

    Vu la bonne situation financière de la commune, cette décision aurait déjà pu être prise d’année dernière affirme Christophe Gasia (DéFI) qui a par ailleurs épluché le budget dans toutes ses dimensions politiques.

    Il dénonce  par exemple le choix de dépenser plus d’argent pour l’achat et la gestion du projet poules et poulaillers que pour la subvention aux clubs du Troisième âge…

    Les chiffres du budget sont là : la différence entre les recettes et les dépenses incontournables est de 23.097,77€, auquel s’ajoutera - peut-être - un cadeau régional de presque 2 millions (1.855.239€ pour 2016).  La commune va bien mais la Région lui permet d’aller très bien… « Pourvu que ça doure » !

    Notons aussi une contribution communale de 9.705.680 € (+3%)  à la zone de police. Ainsi que la contribution de 14.335.000 € au CPAS (+1,9%).

     Une nouveauté dans la présentation du budget cette année : l’annonce d’une  méthode pour réaliser le budget 2018 en tenant compte du « genre » : le « genderbudgeting ». L’année prochaine, il y aura des articles budgétaires à « genrer ». Une mode venue du monde anglo-saxon qui habille de patagon une (future) politique visant à assurer l’égalité entre les  hommes et les femmes. DéFI soutient cette recherche de l’égalité des droits mais pas le patagon.

     

    Le marché public pour l’achat des vêtements de travail-voté en octobre- est revenu sur la table du Conseil communal. DéFi avait dénoncé le non respect de la clause en faveur du commerce équitable (voir Urbi et Fourbi du19 septembre 2016) mais la majorité était passée en force. Aujourd’hui, le même dossier revient - corrigé -  avec la justification qu’une « erreur de manipulation informatique a malencontreusement généré la suppression de la clause éthique et sociale normalement prévue pour ce type de marché ».

    L’informatique à vraiment bon dos… De l’art de présenter les choses.

     

    La crèche communale (rue des Champs) proche de l’ancien bâtiment du ministère des Finances exproprié par la Commune,  va être étendue selon une formule originale et un marché public voté à la hussarde, sans explications préalables suffisantes et manifestement sans relecture approfondie de la part du Collège. Pour DéFI, c’est oui à l’extension de la crèche mais non à la précipitation.

    De l’art de présenter les choses dans le brouillard.

     

  • Zone Montgomery – nouveau chef, nouveau budget.

     Michaël Jonniaux, le nouveau chef de corps de la zone de police Montgomery, a réussi son examen budgétaire devant le Conseil de police ce vendredi 21 octobre.

    Le Conseil de police, composé de conseillers communaux issus des communes de Woluwé -Saint-Lambert, de Woluwé-Saint-Pierre et d’Etterbeek, est présidé tour à tour par chacun des bourgmestres de ces communes.

    Sa principale compétence est le vote du budget de la zone.

    Pour 2017, le budget ordinaire est de 47.522.856,07 €. L’essentiel de la dépense (88%) est relatif aux frais de personnel : 599 personnes. Il y a moins de 10% de dépenses administratives.

    Le budget extraordinaire est de 1.859.500 €. Il est essentiellement consacré à la sécurisation des sites (commissariats) et à l’informatique.

    Les recettes proviennent de différentes dotations fédérales et de la contribution des trois communes. Etterbeek contribuera pour 9.619.234,28 € - en hausse de 2,40% - auxquels s’ajoute 148.000 € pour la brigade cycliste spécifique à notre commune.

     

    Le rapport d’activités 2015 de la zone a été présenté. Une année où le niveau de menace (décrété par l’OCAM) a varié de 2 à 4… ce qui fait évidemment varier le travail de la police.

     

    La zone s’est parfaitement adaptée à la situation mais cela entraine un arriéré dans certaines tâches de proximité.

    Malgré tout, 1668 heures de travail policier ont été consacrées à des évènements comme les 2Okm de Bruxelles, le marathon, la journée sans voiture, la fête de l’avenue de Tervueren…

    En 2017, les mesures de sécurité risquent d’être plus sévères encore et sans doute plus coûteuses. Cela donne devrait faire réfléchir ceux qui autorisent ces (trop) nombreux évènements.

     

  • ETTERBEEK Conseil communal 17 octobre

    On aurait pu croire que cette soirée clôturait une journée etterbeekoise de la flatterie tant les compliments ont été bon train, en particulier au sein de la majorité.

    Commençons par écolo/groen (où Caroline Schickel remplace Sandra Jen) félicitant le collège des bourgmestre et échevins pour le futur aménagement de la place Jourdan . Le calendrier prévu prévoit la construction de la friterie entre janvier et mars 2017 et ceux de la place d’avril à décembre. S’il y a un surcoût, la commune paiera pour ne pas bloquer le chantier.

     

    Le P.S à suivi en se félicitant de la modification des statuts de l’asbl « Activités socio-récréatives de la Commune d’Etterbeek », auparavant « Activités socio-récréatives du Bourgmestre ». Ecolo appuie et le CdH renchérit espérant du socio-récréatif pour tout le monde. DéFI attend sagement d’être représenté au Conseil d’Administration de cette asbl.

     

    De la liste du Bourgmestre  vient l’interpellation de Jean-Luc Robert sur l’engagement de personnes handicapées au sein du personnel communal. Il parvient à féliciter le Collège de ne pas respecter la loi. Etterbeek devrait offrir 12 emplois à des personnes handicapées. On est très loin du compte.

     

    Les catastrophes  sont loin ce soir :  le budget d’aide d’urgence 2016 est attribué à Haïti.

    Un orage gronde : le budget de l’Église Notre Dame du Sacré-Cœur ne sera pas voté ce soir. Le point est retiré de l’ordre du jour. Le mois dernier, la même aventure est arrivée au projet de bail d’un logement pour le desservant de cette paroisse. Guerre de religion ? Mystère….

     

     

  • ETTERBEEK, Conseil communal: oubli et contradictions

       Une personne qu’on n’oublie pas, c’est Jean-Claude Laurent, ancien de la Poste, inventeur des fêtes médiévales à Etterbeek où il fut échevin. Décédé cet été. Une minute de silence est respectée en son honneur au début de ce Conseil.

       Un point oublié est ajouté en urgence : en raison des travaux (enfin !) dans les logements sociaux de la « plaine de Boncelles », l’asbl  « L’Aile » doit déménager son école des devoirs. Elle ira provisoirement dans l’école « Colombe de la Paix » rue Général Tombeur… où l’on devra donc se serrer un peu plus.

      Il fut encore question d’école suite aux questions d’André du Bus reprenant un article de presse affirmant qu’il manque 9000 places à Bruxelles dont quelques centaines à Etterbeek.

      Difficile d’y voir clair car on peut faire dire beaucoup de choses aux chiffres…L’adéquation territoire/réseaux/nombre d’élèves est difficile à faire. La commune n’a pas d’école secondaire de type général mais compte sur son territoire un grand nombre d’établissements de qualité. Par ailleurs les écoles sont fréquentées par des élèves qui n’habitent pas la commune et ceux qui y habitent peuvent aller étudier ailleurs. Le Bourgmestre constate une augmentation du nombre d’élèves dans l’enseignement communal fondamental, une légère diminution dans les autres niveaux. Renvoi du gouvernement de  la Fédération Wallonie-Bruxelles- où siège le CDH - à ses études …

     

    En 2012, tous les partis- en campagne électorale-  réunis dans un petit train des associations, organisé par la Ligue des familles avec Oxfam ont signé l’engagement de favoriser le commerce équitable, notamment dans l’achat des vêtements de travail.

    Le marché public proposé aujourd’hui- par un échevin Groen/écolo - n’en tient pas compte. Pour respecter son engagement DéFI ne l’a pas voté.

     

    Dernière contradiction de la soirée : une convention – par ailleurs intéressante pour la visibilité de l’agenda culturel etterbeekois  est signée avec l’asbl « Visit Brussels ». En cas de conflit, les parties feront appel à l’arbitrage : la justice privée, pourfendue à la Chambre par Laurette Onkelinx, présidente de cette asbl ….Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

     

    On en reparlera certainement : une partie des logements à construire dans « les Jardins de la Chasse » le seront par la Société Régionale de Développement (Citydev) et accessibles aux revenus « moyens ».

  • Etterbeek - Conseil communal de juin : MODESTIE

       C’est un jeune père de famille : Edoardo Traversa qui remplacera Viviane Scholliers dans le groupe CDH du Conseil communal. Bienvenue à lui !

       Après avoir relancé en son temps le dossier des caméras, le groupe DéFI se joint à la majorité pour approuver une nouvelle convention liant la commune et sa zone de police à propos des caméras de surveillance. Quatre nouvelles caméras seront installées portant à onze le nombre de caméras opérationnelles en juillet 2016 sur le territoire d’Etterbeek.

       Dans le cadre du Contrat de Quartier, soulignons un « micro-projet » - grand par son objet mais petit par son budget (2500 €) -  qui assure la mise en valeur pour tous des archives de la maison et du parc Hap.  Un commencement pour un travail qui mérite une plus juste rémunération.

       Par contre la majorité ainsi que le CDH soutiennent une dépense de 34.000 € pour une fresque artistique sur un immeuble de la rue Gray ainsi qu’une toile  trompe-l’œil sur la façade du magasin « Carrefour » de la place Jourdan. Le choix de l’artiste s’est fait sans concours ni appel d’offres ce qui cause un vote d’abstention de DéFI.

     

       Un Conseil consultatif de la santé sera mis en place. A la demande du CDH, sa présidence ne sera pas assurée par le Bourgmestre. Celui-ci - avec une rare modestie- acceptant de céder la place à la société civile.

       Echange épique de propos fermes mais courtois au sujet d’une motion déposée par le groupe DéFI demandant que la Commune se joigne aux actions de la Région sur le survol de Bruxelles. Motion déposée avant que le Collège ne décide d’agir en ce sens et alors que la presse rapporte que les Bourgmestres MR ne veulent pas se joindre  à la Région.

       Le Bourgmestre ne peut supporter une motion qui ne vient pas de son camp…et donne la parole au chef de son groupe condamné à faire son éloge.

    Finalement la concorde intervient et même le CDH ne regrette pas le plan Wathelet :

    Etterbeek unanime se joint aux actions en cessation environnementale  afin que cesse le bruit excessif  des avions.

     

       Ce qui n’a fait aucun bruit, c’est la relance du marché pour la construction de la nouvelle maison communale, du CPAS, du Commissariat de police et de 37 logements : les Jardins de la Chasse.  Lancé il y a un an, le marché n’a pu être attribué sans risques juridiques sérieux. Dés lors, il était sage de tout reprendre à zéro.  Conséquence : sans doute un  an de retard sur les prévisions. Il est certain que la nouvelle maison ne sera pas prête pour les élections communales du 14 octobre 2018. La majorité se fait vraiment modeste. 

  • Etterbeek -Conseil communal 23 mai - une nouvelle banque

     

    La majorité du Conseil a adopté une note d’accord de participation à la « Erfgoedbank Brussel ». Une initiative de la Communauté Flamande via son relai bruxellois la Vlaamse Gemeenschap Commissie (V.G.C.)

    Il s’agit d’une banque de données du patrimoine, accessible au grand public. Difficile de dire ce qu’il y aura dans cette banque… alimentée par les associations culturelles flamandes, la bibliothèque flamande  mais aussi par le cercle d’histoire  (francophone) et d’autres volontaires sous la houlette du service « information » de la commune. Toutefois, les données pourront être corrigées par la « Erfgoedcel Brussel »… Pour le moment, les informations seront données en néerlandais et en français. Toutefois le terme « Erfgoedbank » est la dénomination générale.

    Pour bénéficier de cette banque de données, la commune paiera 500€ par an à la V.G.C.

    Pour sortir du système, il y aura des frais –non précisés- et un préavis de deux mois.

    DéFI s’est montré sceptique et s’est abstenu de voter.

    Ajoutons que la Région de Bruxelles-Capitale dispose d’une administration (bilingue) du patrimoine, d’un inventaire (bilingue) en ligne, des journées (bilingues) du patrimoine en bonne intelligence avec les autres Régions. En Flandre, le « Erfgoeddag » (24 avril 2016) est célébré), en plus de la journée du patrimoine dénommée « Monumentendag » (11 septembre  2016). Une fête relève des compétences de  la Communauté, l’autre de la Région. En  Flandres, ces deux institutions n’en font qu’une…

    Voila qui augmente peut-être  votre connaissance du patrimoine institutionnel belge à défaut d’améliorer celui des francophones.

     

    Quelque chose de plus réjouissant : la deuxième modification du Contrat de Quartier Durable révise le projet « petite enfance »  et réserve le montant de 24.000 € pour contribuer en 2018…à l’équipement d’infrastructures…destinées à l’enfance ou à la petite enfance : principalement au 221 et au 233  avenue d’Auderghem, à l’avenue du Préau… (voir plus bas "Urbi et Fourbi"  du mois d’avril sur l’école des Marronniers)

    DéFI a voté pour !

     

    Par contre, DéFI s’est abstenu d’approuver le montant estimé pour la construction (aux frais de la Commune) de la nouvelle friterie de la place Jourdan : 326.799,95€. Trop cher !

  • Etterbeek – Conseil communal 25 avril - profil bas

       Commençons par le dernier point de l’ordre du jour. La réponse du Collège à mon interpellation sur l’état du bâtiment de l’école des Marronniers (voir plus haut le texte complet en date du 19 avril 2016 )

    Réponse à double voix : celle du Bourgmestre au sujet de ce que le contrat de quartier va apporter au site. Profil bas mais  l’avenir sera meilleur…

    Celle de l’échevin groen/écolo des Travaux : le service des bâtiments (34 bâtiments communaux, plus ceux du CPAS), c’est 4 personnes !  Impossible d’imaginer un responsable par bâtiment. Baissons les bras et tirons l’échelle.

    Sa solution : sensibiliser les concierges !  Jamais, nous n’avons entendu une réponse politique aussi indigente, un fatalisme aussi irresponsable.  

     

       Au nom de DéFi, j’ai répété que le service technique des travaux est condamné à trier les urgences… La chaufferie du Centre culturel  attendra  car on  est obligé de faire quand même quelques travaux dans les écoles. Ce n’est pas le personnel qui est mis en cause. La barque de ce service est chargée, trop chargée et le Collège n’a pas de vision politique crédible sur ce secteur.

     

       Avant cela deux interpellations (écolo et CdH) sur la prévention du radicalisme ont permis de démontrer qu’il y a une vision politique en la matière, notamment via le contrat de prévention  et tout le travail de proximité. Un référant « radicalisme » a été nommé, il est également au service des trois communes de la zone de police. Le personnel communal est sensibilisé et formé.  Par contre, impossible de savoir le pourquoi et le comment de la perquisition qui a eu lieu avenue des Casernes. Le Bourgmestre a été prévenu par la presse…

     

      Dans d’autres dossiers, les questions pertinentes (et gourmandes ?) de Christophe Gasia, chef du groupe DéFI ont permis d’apprendre que le nouveau bâtiment -financé par la commune - de la friture place Jourdan doit être prêt avant les travaux sur la place. Pendant les travaux, les frites seront produites via un « camion nourrissant» (  foodtruck).

     Ouf ! Etterbeek reste Etterbeek.

     

     

     

     

     

  • Etterbeek: école des Marronniers - prochain conseil comunal

    Voici le texte de l'interpellation que je développerai au prochain Conseil communal d'Etterbeek ce  25 avril.

    Interpellation de Françoise Carton de Wiart (DéFI) :  suites du contrôle sécurité/hygiène de l’école des Marronniers.

     

       La communauté scolaire –enseignants-parents-élèves – de notre commune a été durement éprouvée ces derniers temps.

      Il faut lui rendre hommage.

     

    Mon intervention trouve ses racines dans l’interrogation répétée des parents et des enseignants au sujet de l’état de sécurité et de l’avenir du bâtiment de l’école des «  Marronniers ».

    Cette école maternelle est le  reflet parfait d’un quartier à la fois populaire et européen.

    Sa topographie est ingrate : entrée par un petit couloir rue Fétis, cour côté avenue d’Auderghem encombrée par l’ancien  théâtre Yvan Baudouin en ruines ; vers l’arrière, c’est une autre école « Les Carrefours », avec une autre direction. L’ensemble partage des locaux avec l’académie de musique « Jean Absil ». La direction des « Marronniers » est également celle de l’école primaire « La Farandole » située Chaussée Saint-Pierre.

     

    Un contrôle « sécurité/hygiène »  du pouvoir subsidiant- la Fédération Wallonie-Bruxelles- a eu lieu les 22 septembre et 2 octobre 2015. Suivie d’une visite du service interne (communal) de prévention et de protection au travail, le 8 janvier 2016.

     

    Ces rapports ne sont pas favorables à la gestion communale du bâtiment des « Marronniers ».

    Sur  41 points analysés, 34  posent problèmes.

     Cela va de l’encombrement des locaux (j’ai vu  des salles où les enfants doivent apprendre, jouer, faire la sieste, manger… et partager l’espace avec un dépôt d’instruments de musique de l’académie auxquels ils ne peuvent toucher…) à l’état des revêtements de sol dont certains présentent des risques sérieux, en passant par le nombre de sanitaires, l’absence d’exercice de sécurité , de plan d’urgence,  de plan spécifique de prévention au sens de l’arrêté royal du 28/03/98.

     Un point positif à souligner : les locaux sont propres.

    photo:une précieuse batterie encombre une classe  les marronniers classe batterie floutée.jpg

     

    Mon objectif n’est pas d’accabler la direction - déjà surchargée par de multiples instructions et circulaires… et par l’ingratitude du site à gérer, comme je viens de l’expliquer.

    Je veux souligner aussi que depuis l’existence de ces rapports, le service interne de prévention et  le service communal des travaux se sont activés.  Il le fallait.

     

    Pour ajouter à la complexité administrative – mais c’est la réalité de notre Région –

    le site des « Marronniers » est inclus dans le pôle inter-générationnel du Contrat de quartier durable dont bénéficie la commune. Les marronniers (les arbres) devraient disparaître au profit d’une crèche et d’un parking, la ruine du théâtre deviendra une salle polyvalente bienvenue.

    Les procédures administratives et le degré de participation des différents acteurs est tellement différent selon qu’il s’agisse du contrat de quartier ou de la routine communale qu’il est difficile pour le citoyen de s’y retrouver. A la fin du contrat de quartier, il risque d’y avoir un grand déséquilibre dans l’état des différents bâtiments et une difficulté de gestion commune  du site accrue.

     

    L’inquiétude, à la fois sur la gestion et l’entretien du site mais aussi sur la gestion à venir me parait légitime.

     

     L’état actuel du bâtiment des « Marronniers » n’est pas admissible.

     

    Pour le groupe DéFI l’éducation, l’enseignement sont des priorités. C’est l’austère devoir de l’opposition de dire ce qui ne va pas.

    Outre les mesures d’urgence – qui ont été prises suite au rapport de la Fédération Wallonie-Bruxelles – le Collège envisage-il de soulager la direction de l’école d’une série de tâches relatives à la gestion du bâtiment ? 

    Peut-on créer, au sein du service des travaux, une cellule « bâtiments scolaires » en veillant à ce qu’ils soient traités de manière équitable ?

    Vu les circonstances, ne pensez- vous pas qu’il serait sage de réaliser – comme le prévoit la législation – l’analyse de risque  globale ainsi que le plan interne d’urgence sans attendre ?

  • Etterbeek – conseil communal - frites, abeilles et parking en tout genre.

      - L’ordre du jour du Conseil du 14 mars montre l’avancement rapide du projet de construction d’une nouvelle friterie place Jourdan.

      Le célèbre kiosque, encore fréquenté récemment  par Madame Angela Merkel, est en effet une propriété de la Régie Foncière de la commune d’Etterbeek. De belle architecture mais la « cuisine » date un peu… et le locataire (au loyer de 27.000€/an) souhaite faire  moderniser voire agrandir, se mettre aux multiples normes…. Puisque la place Jourdan va faire peau neuve (grâce au programme fédéral Beliris) autant refaire le kiosque…au frais de la commune. Ainsi en a décidé le Collège des bourgmestre et échevins. 

    Premier pas : une mission d’étude de performance énergétique (PEB, obligatoire) estimée à 1.725 € tvac. Deuxième pas : mission de coordination du chantier estimée à 1.939€ tvac, Troisième pas : mission complète pour l’étude des techniques spéciales estimée à 25.410€ tvac. D’autres pas, plus coûteux, devraient suivre : démolition (environ 20.000€), construction, achat et installations culinaires (estimation ?)

    Le budget de la Régie prévoit une possibilité d’emprunter 377.000€. Cela fait quelques frites, mais on espère des subsides…

     -  Les trois ruchers sur le toit de la maison communale nécessitent une gestion complexe. La convention (5 pages et 14 articles) de mise à disposition du toit pour les apiculteurs est à nouveau modifiée. Passons les détails, mais remarquons le fait que des cartes individuelles de parking sont nécessaires… Pas pour les abeilles, nous voila rassurés.

     

      - En vue des grands travaux de la démolition-reconstruction de la crèche Aimé Dupont, du centre de santé  et d’un pavillon passif pour les maternelles du Paradis, la commune va louer 74 conteneurs de  minimum 28 m2 pour abriter ce petit monde le temps des travaux(durée indéfinie…). Les conteneurs doivent être installés dans le parc jouxtant l’école « Paradis des enfants » avant le 16 août 2016.  Montant estimé : 2,500.000 € tvac

    Le marché pour la conception du  pavillon passif pour les maternelles  du Paradis des Enfants a été attribué. Il faut penser à construire maintenant. Montant estimé : 862.000 € tvac (dont 532.000 de subsides). Plus que prévu au budget qui a pourtant déjà été revu à la hausse en février.  Une nouvelle hausse du budget devra donc intervenir en avril… Rien n’est trop cher pour le Paradis.

     - En prévision du budget de 2017, Gisèle Mandaila (DéFI) interpelle le Collège au sujet de l’intégration du « gender budgeting » dans les politiques communales. Autrement dit, comment la commune va-t-elle tenir compte de la situation respective des hommes et des femmes et comment cela va-il se traduire dans le budget ? Vaste programme auquel l’échevine Marie Rose Geuten doit s’atteler comme il est promis dans la déclaration de la majorité.

     

     

     

     

  • Etterbeek : Conseil communal 15 février – tout baigne

    Etterbeek : Conseil communal 15 février – tout baigne

     

    On sait la commune très attachée à se détacher d’un permis d’antenne (Mobistar) accordé par la Région sur le toit d’un bâtiment de l’avenue Jules Malou appartenant au CPAS de Bruxelles qui en perçoit le loyer.

    Est-ce le dernier recours ? Cette fois au Conseil d’Etat. Maitre Sambon est mandaté.

     

    Comme dans n’importe quels immeubles, ceux de la régie foncière connaissent des problèmes de gestion des poubelles. Un marché est passé pour vider les différents locaux poubelles. Dépense : 5.280 €. Hors TVA . Comme dans n’importe quels immeubles, une dépense qui pourrait être évitée si le sens civique était plus développé.

     

    L’asbl communale et subsidiée « Comme une Ferme à la Ville » a rentré ses comptes 2012, 2013, 2014 et son budget 2015. Mieux vaut tard que jamais. Quant à savoir si les paniers bios (59 abonnés en 2013) respectent la loi sur les marchés publics… j’attends une réponse écrite.

     

    Un joli projet est lancé pour les activités de solidarité internationale : «  la prime d’encouragement pour des histoires de sacs à dos. » Deux primes de 250€ sont disponibles pour des individus qui souhaitent soutenir un prochain de terrain dans un pays en voie de développement qu’ils visiteront dans le cadre d’un voyage d’immersion, d’un stage ou d’un travail de bénévolat et.ou qui veulent organiser une action de sensibilisation suiterà ce voyage sur Etterbeek. Bref, prenez votre sac à dos, relevez les manches et racontez nous.

    Bureaucratie minimale et règlement à demander au service : solidariteinternationale@irisnet.etterbeek.be ou tel 02/627 27 61

     

    Interpellation de DéFI: Christophe Gasia relaie les questions du quartier rues Pierre Hap-Lemaître, Berheim, Haerne où 16 places de parking sont indisponibles depuis des mois en raison de travaux qu’on ne voit pas avancer. Réponse : c’est que les travaux avancent… rue Beckers. La berme centrale Bernheim-Haerne a été choisie comme zone de stockage pour les gros travaux d’égouttage entrepris par Vivaqua-assainissement. En anticipant déjà l’augmentation du nombre d’habitants des futurs jardins de la chasse. Du travail pour la bonne cause donc !

    Cette zone a été choisie parce qu’elle connait relativement moins de problèmes de parking qu’ailleurs. Tout est relatif. On y trouve 1,26 place de parking pour 1 carte riverain. Les travaux devraient se terminer - et le stationnement se libérer- en mai 2016. Patience !

     

    On se consolera avec de très bonnes nouvelles pour les finances communales : à Etterbeek la taxe additionnelle à l’impôt des personnes physiques rapporte 1.225.806,96 € de plus que prévu au budget 2015. Il faut dire que le budget a été voté très tôt, bien avant que le Fédéral puisse faire les bons calculs. De plus, la Région, dans sa magnificence, ajoute 268.090,00 € à la dotation communale et 927.619,50€ pour amélioration budgétaire. Bref, 2 millions  attendus (voir Urbi et Fourbi du 23 novembre 2015 ) . On attend la diminution des impôts communaux. Patience !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Etterbeek : bref Conseil communal, contrat de quartier Chasse-Gray an II

     La brièveté de la réunion du Conseil communal n’enlève rien à l’intérêt des dossiers :

    - Côté people : Odette Vandystaat revient au CPAS. Après avoir travaillé au Centre Public d’Action Sociale, elle revient comme conseillère , mandatée par le Conseil communal, suite à la démission de Monsieur Zanaglio.

    -  An II du Contrat de quartier. C’est l’année pendant laquelle  des modifications sont possibles. Ajustements utiles car tout coûte plus cher que prévu. Un subtil jeu de domino entre les sources de financement permettrait de réaliser tout le programme mais en demandant plus au bras immobilier de la Commune : la Régie Foncière.

    C’est ainsi que 271.000 € sont inscrits au budget de la Régie pour les projets logements-crèche-parking-salle polyvalente et locaux annexes sur le site complexe et accidenté des 219-221 av d’Auderghem (ex théâtre Yvan Baudouin en ruines et… environs). Un aménagement délicat.  A  suivre dans les détails tant les inter-relations sont complexes sur le site. Ce n’est pas pour rien qu’on est dans le pôle « inter-générationnel » du contrat de quartier !

     

    Le budget prévu pour l’aménagement du centre de guidance au  35-39 rue Fétis viendra aussi de la Régie mais le projet sort de l’enveloppe du Contrat de Quartier. Facile, c’est un bâtiment isolé.

    Les bâtiments 7-9 Rue de l’Orient, pourtant restaurés par la Régie en 1974, seront - hélas- démolis mais huit nouveaux logements verront le jour au profit de l’Agence Immobilière Sociale (A.I.S). Le financement étant en partie assuré par les charges d’urbanisme imposées au projet Colruyt rue Gray.

    2-6 rue Louis Hap (ancienne teinturerie « Toby », actuel atelier et dépôt communal). Sol pollué… Financement prioritaire par Beliris (Fédéral) et complémentaire par la commune. Maintien du caractère patrimonial de l’atelier, la construction de 8 ou 10 logements  et l’installation du vestiaire et de l’épicerie sociale du CPAS.  

     

    Voilà pour les changements fondamentaux…. Compliqué ? Complexe. Il n’est pas encore question des permis d’urbanisme qui devront être étudiés dans les détails – avec enquête publique - tant  le tissu urbain est parfois de la fragile dentelle….

    La modification n°1 a été adoptée en bloc par le Conseil, on ne vote pas dans la dentelle.