Environnement

  • Jardin HAP, nouvelle consultation

    Un projet phare d’Etterbeek :  la rénovation du jardin Hap, connait une opposition que la Commune n’avait pas soupçonnée en signant le Contrat de Quartier Durable avec la Région.

    Devant le massacre annoncé, l’opposition s’est organisée suite à l’enquête publique (voir Urbi et Fourbi du 12 septembre 2017) et à un avis défavorable de la Commission Royale des Monuments et Sites qui demande davantage d’ explications sur le projet communal.

    Le point le plus critique est le perré (talus arboré et empierré, côté rue Louis Hap) et le projet de nouvelle entrée (au débouché de la rue Kips) qui se présente « en lévitation » !!!   C’est essentiellement ce point qui justifie un « démontage et remontage du talus »

    P1090221.JPG

    Il n’y a pas de grande demande pour une nouvelle entrée…  Par contre le mouvement pour le respect du perré risque de s’amplifier. La nature a mis du temps pour conquérir ce talus… Ce n’est pas un jeu de construction qui se monte où se démonte.

    Face à l’oppositions, la Commune introduit des plans légèrement modifiés… Un démontage du perré par tronçons explique le service communal d’urbanisme.  Le talus de la rue Hap conservera l’apparence actuelle. Le perré sera donc restauré (démontage, stabilisation du talus, remontage) tout en stabilisant le talus, à en croire le bureau d’études Skope en charge du projet.  La nouvelle entrée sera maintenue « en lévitation ».

    La Région encourage une nouvelle consultation sur ces modifications assez cosmétiques. Toutes les autorités administratives se sont réunies le 13 novembre, pressant la Commission Royale des Monuments de se contenter de ces modifications dans un avis à remettre rapidement.

    Le dossier peut -être consulté au service de l’urbanisme et une réunion d’information prévue le 12 décembre à 19h à la maison communale. Les remarques et oppositions doivent se faire auprès du Collège des Bourgmestre et échevins pour le 18 décembre.

    Le Jardin Hap devient le double symbole :  1- de la manière dont certains politiques envisagent le traitement de la nature en ville ; 2- de la manière dont les mêmes politiques multiplient les informations, consultations sans vouloir entendre ces remarques qui s’expriment dans les organes du Contrat de Quartier Durable depuis… 2015.

  • PARC HAP ET ORANGERIE:LOURDE RENOVATION DEMANDEE

     La commune d’Etterbeek a déposé la demande de permis d’urbanisme pour rénover le parc Hap et l’Orangerie. L’enquête publique a lieu jusqu’au 18 septembre 2017 . Le dossier est consultable au 5ème étage de la maison communale tous les matins. Si vous le demandez, la commission de concertation vous entendra le 3 octobre 2017.

    Les rénovations proposées sont lourdes ! Il faut abattre 102 arbres, retravailler complètement le talus qui longe la rue Louis Hap pour ouvrir en grand ce qui était la petite porte secrète de l’ancien propriétaire. Construire un escalier en terrasse  « pittoresque »…. Ces propositions relèvent évidemment du choix politique de profiter de l’aubaine du contrat de quartier pour faire brutalement un travail de fond valable pour un siècle…. Sans doute, le contraire de ce qu’on aurait fait si on avait soi-même un jardin, par un entretien régulier et doux, en abattant - le cœur brisé-  uniquement en cas de dernière extrémité…

    D’autres questions se posent, comme celle de l’éclairage. Est-il vraiment nécessaire dans un parc qui  se referme la nuit venue ? En telle quantité ? Tous les 5 mètres ! Au ras du sol (280 mm) éblouissant ?

    L’Orangerie sera restaurée soigneusement dans son enveloppe extérieure et consacrée à l’Horéca et au divertissement à l’intérieur.  Bien dans l’air du temps avec une cuisine semi-industrielle et une cuisine de réchauffe à l’étage, friteuse de 15 litres, gros frigo et surgélateur mais sans ascenseur ou monte-plat vers le rez…non prévu dans le cahier des charges.

    La participation est une clef du contrat de quartier et les activités festives nombreuses. Maintenant, c’est l’heure de vérité.

    Pour les journées du patrimoine, Samedi 16  et dimanche 17 septembre 2017, visite du parc, expo dans l’Orangerie.

    Parc Hap et Orangerie, entrée par l’avenue d’Auderghem entre n° 189 et n°195.

     

     

  • Quartier Tongres - un diagnostic

    Samedi 25 mars, le Bourgmestre d’Etterbeek a convoqué ses services pour réaliser un « diagnostic en marchant » avec les habitants du quartier de la rue des Tongres. De poubelles mal adaptées en crottes de chien, le diagnostic est vite fait et les solutions sorties du chapeau.

    P1080661.JPG

    C’est soulageant de pouvoir exprimer son ras le bol de la crasse et de l’incivilité (des autres). Le maïeur essaie de plaire à tout le monde et les fonctionnaires de services notent et re-notent : un vélobox ici, un casse-vitesse là, de nouveaux trottoirs avant 2020, des poubelles couvertes mieux adaptées …. Etc.

    J’en profite pour relancer une idée, déjà émise dans le programme de DéFi, alors FDF, lors des élections communales de 2012. Le problème n’est pas de dénoncer l’existence des crottes de chien mais bien d’identifier le propriétaire responsable de ces chiens mal élevés. Il faudrait procéder à un recensement des chiens en réalisant un prélèvement d’ADN qui permettrait d’identifier l’auteur des déjections délictueuses et de sanctionner son maitre. La méthode est testée actuellement à Ciney. La notion de sanction ne plait évidemment pas à tout le monde…

    P1080663.JPG

     

    «Diagnostic en marchant » est une bonne idée. Une lettre toutes-boites doit suivre reprenant les solutions promises, si pas déjà réalisées. C’est aussi l’occasion pour le voisinage de faire connaissance, et de découvrir par exemple un des plus beaux magnolias de Bruxelles.

    Est-il centenaire ? Secret caché de l’avenue de Tervueren à Etterbeek !

  • EXKI rue des TONGRES : RETOUR DE LA TERRASSE

    Un nouveau projet est mis à l’enquête publique. Il tient compte des remarques faites lors de l’instruction du premier projet (voir « Urbi et Fourbi » du 19 octobre 2016).

    A l’arrière de l’établissement Exki rue des Tongres, dans le jardin qui jouxte le clos du Cinquantenaire et ses résidents, amateurs de calme, s’ouvrira une petite terrasse de restaurant. (13 m 2 au lieu de 33m2 dans le premier projet)

    P1080613.JPG

    (image de synthèse extraite du dossier)

    Sans opposition radicale du voisinage, on peut donc penser que le jardin (en friche aujourd'hui) sera  agrémenté de quelques bacs à bambous ou à herbes potagères et d’un arbre fruitier.

    L’espace de la terrasse sera non-fumeur, sans musique et sans galettes chauffantes. Elle sera ouverte du 1er avril au 31 octobre, de 9h30 à 18h.

    Ces dernières conditions ne relèvent pas d’un permis d’urbanisme, il restera à se souvenir des promesses…. En grignotant zen.

    L’enquête publique se déroule jusqu’au 20 février. Chacun peut envoyer ses remarques au Collège des Bourgmestre et Échevins d’Etterbeek, 113 av d’Auderghem, 1040 Bruxelles.

    La commission de concertation se réunira le 7 mars 2017.

     

  • Av. de Tervueren 2 : avocats à la mode sur huit étages ?

     

     av de Tervueren 2 (1978)

    2016 av de Terv 2.JPG                                                               av de Tervueren 2  (2018 ?)

    2016 av de Terv projet vue avant 008.JPG

        L’immeuble - datant de 1978 - qui ouvre l’avenue de l’Yser  et l'avenue de Tervueren devant le parc du Cinquantenaire  compte s’offrir un fameux lifting ! A la mode il y a quarante ans, il deviendra à la mode d’aujourd’hui. Plus économe en énergie. De l’extérieur, le format boite à chaussure est maintenu.

    Destination : bureaux (l’affectation commerce du rez de chaussée disparait) sur huit étages. Il me revient qu’un groupe d’avocats pourrait s’installer dans ce lieu prestigieux.

    A l’arrière, une modification qui pourrait gêner les voisins : une terrasse à ciel ouvert au lieu du sous-sol sous verrière actuel.

    L’enquête publique à lieu jusqu’au 6 décembre. La réunion  de concertation est prévue le 20 décembre. Chacun peut voir le dossier et exprimer ses remarques à la commune. Aux citoyens d’agir.

    2016 av de Terv 2 arrière.JPG

    arrière

    2016 av de Terv 2 projet vue arrière.JPG

  • EXKI sans bruits pour le Clos du Cinquantenaire

     

    Suite à l’enquête publique (voir « Urbi et Fourbi » du 28 août  2016). La Commission de concertation a rendu un avis défavorable majoritaire pour le projet de terrasse d’Exki rue des Tongres.

    Un avis favorable minoritaire existe sous réserve d’implanter la terrasse dans la 1ère partie de la zone de cour et jardin en contact direct avec le commerce et maintenir une zone plantée inaccessible au public dans le fond sur la moitié de la longueur totale de la zone de cour et jardin.

    Maintenant, le dossier est confié à la Région qui devrait accorder ou non le permis d’urbanisme en le justifiant par rapport aux remarques émises. Les voisins se sont notamment  inquiétés du bruit, du précédent que constituerait une terrasse publique en intérieur d’îlot… Tout n’est pas terminé.

    L’important est de constater qu’une procédure (affiche rouge, enquête publique, commission de concertation) peut donner des résultats. C’est encourageant pour ceux qui se veulent citoyen et ne savent comment faire.

    J’ai aussi pensé que, Conseillère communale, je devais avertir, expliquer, accompagner.  

    DéFI relevé !

  • EXQUISE RUE DES TONGRES à ETTERBEEK

    009.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La rue des Tongres est bien vivante et certains jours, il n’est pas possible à trois piétons de se croiser sur le trottoir… Personne donc ne songe à y aménager une terrasse.

    L’établissement EXKI  prend bien sa place après avoir changé de côté dans la rue, il occupe depuis moins d’un an le n°26. Il est tentant pour ce traiteur d’avoir une terrasse extérieure… D’où la demande de permis de construire -dans le jardin - une terrasse de 33m2 accessible aux clients.

     

    006.JPG

    Si l’affiche rouge est apparue (bien seulette dans le bas de la rue des Tongres…) c’est qu’il y dérogation à la loi sur l’urbanisme : « atteinte à l’intérieur de l’ilot ».  L’arrière de l’établissement donne sur le clos du Cinquantenaire, construit (dans les pleurs et les grincements de dents) dans le parc de la propriété Bosman. Les habitants du Clos ont probablement choisi d’habiter là en raison du calme et de la verdure….  

    A eux, à vous, de réagir maintenant dans le cadre de l’enquête publique. Propriétaire ou locataire, belge ou étranger…chacun à le droit de manifester son avis en écrivant au Collège des bourgmestre et échevins d’Etterbeek - avenue d’Auderghem 113-115, 1040 Bruxelles- avant le 6 septembre.

     

     

  • Parc du Cinquantenaire: à quoi joue-t-on ?

      

    153.JPG

    (illustration Artwork:Florence Bolsée)

       En 2011, il y a eu 136 évènements au Parc du Cinquantenaire.

       En 2015 : 396 évènements et une levée de boucliers qui a suscité des réactions contrites de la Commune d’Etterbeek et de la Ministre de l’Environnement de la Région, responsable de la gestion du parc. (voir mon interpellation au Conseil communal d’Etterbeek du 21 septembre 2015 et la question du Député Fabian Maingain (DéFI)du 1er décembre 2015)

       OUI, le parc est sur-utilisé. OUI, il y a trop de manifestations au même endroit. OUI, l’entretien, le nettoyage et la sécurité ont un coût.

      En début 2016 : 115 manifestations (plus 13 en option) étaient annoncées. Lisant les chiffres, on peut mesurer l’efficacité de la réaction et se réjouir de la diminution des évènements.

      Une analyse plus poussée montre qu’il y a évènement et évènement : une séance de Taï chi est comptabilisée de la même manière qu’une manifestation bruyante ! La gestion des nuisances demande un peu plus de subtilité.

    Le début de l’été a été maussade et certaines manifestations moins fréquentées.

    A ma connaissance, le plus gros problème de cette année a été causé dans la nuit du 2 juillet par l’animation musicale de Radio Panik dont le bruit voyageait de Schuman à Montgomery au-delà de l’heure autorisée.

    A quoi joue-t-on si les conditions ne sont que mollement respectées ?

      Les riverains ont vraiment l’impression  que les autorités se jouent d’eux. Ils ne sont pas opposés par principe à la fête mais ils souhaitent l’amélioration de la gestion du parc et surtout une meilleure information.

      Un calendrier officiel d’occupation du parc (avec heures d’extinction  des feux) devrait être rendu public au début de chaque année pour permettre aux riverains de prendre leurs dispositions.

      A ma connaissance, prochaines grandes animations :

     - 27/28 août : Bruxelles Games Festival (Bruxelles-ville) avec une NUIT du JEU (non prévue dans le calendrier communiqué au Député Maingain)

    - 28 août : kid’s day (commune d’Etterbeek)

    - 18 septembre : course de garçons de café, promotion du sport

    - 2 octobre : marathon de Bruxelles

     

  • 28 avenue de Tervueren - c'est NON à la démolition

    La commission de concertation vient de rendre son avis, longuement motivé... c'est NON.

    Une preuve que la démocratie fonctionne.  Il vaut la peine de lire les affiches rouges  et de réagir en concertation avec le voisinage pour convaincre quand le projet est mauvais.

    Évidemment, le droit de propriété est une réalité et un nouveau projet peut être présenté... mais, les voisins ont fait connaissance , vécu un moment de solidarité et d'urbanité. Nous fêterons certainement un de ces jours la victoire contre l'appétit d'un gain démesuré !

    Merci à tous.

     

     

  • 28 av de Tervueren - le NON est en vue

    Ce 1er mars 2016, la commission de concertation (photo) en matière d’urbanisme à Etterbeek s’est réunie pour la deuxième fois à propos de la demande de démolition du 28 avenue de Tervueren.

    002.JPG

     

    Comme convenu, elle a donné publiquement connaissance des deux avis complémentaires demandés.

    - Celui de la STIB n’est pas favorable. L’arrêt des transports en commun, impossible à déplacer pour diverses raisons, voit 40 véhicules par heure pendant les heures de pointes.De plus, la piste cyclable est très fréquentée. Le projet de construire un building de 8 étages avec 14 parkings comporte donc des risques d’accidents.

     

    - Celui de la Commission royale des Monuments et des Sites est défavorable : le 28  avenue de Tervueren a un intérêt historique, son aménagement intérieur, son état de conservation en font une œuvre d’art totale. Un témoin de la première urbanisation de l’avenue de Tervueren et de la manière d’habiter de la grande bourgeoise de l’époque.

     

    Ces avis confortent les arguments des nombreux opposants au projet (pétition de1000 signataires). Voir Urbi et Fourbi des 29 décembre 2015 et 19 janvier 2016.

    DéFI Etterbeek attend donc de la commission de concertation un "non" unanime.

    Encore quelques jours de patience afin que l’avis soit rédigé dans les règles de l’art juridique.

     

  • 28 av de Tervueren – concertation :nouveau comité d'habitants - on demande des avis.

     

                     Du beau monde dans la salle du Conseil communal. Un nouveau comité d’habitants : le T.T.B.M est né pour défendre l’ilôt Tervueren- Tongres- Braffort-Ménapiens.

     

               Non, la destruction du 28 av de Tervueren n’est pas garantie, sa sauvegarde non plus…

               Tous les arguments de sauvegarde du patrimoine ont été évoqués mais aussi les problèmes de servitude de passage dans l’îlot. L’histoire remonte au temps de la boulangerie-pâtisserie Robert rue des Tongres (aujourd’hui vêtements Camaïeu) et de la construction d’un bâtiment Amelynckx à front d’avenue de Tervueren n°30. Le lien est une porte de 90 cm dans un garage…

    C’est dans le calme que chacun a pu exprimer de fortes convictions. Je suis évidemment intervenue au nom de DéFI pour réaffirmer notre opposition à la destruction d’un immeuble patrimonial, au creusement de deux étages de parkings ne pouvant qu’entrainer des dégâts aux immeubles voisins.

    Résultat : pas d’avis de la commission de concertation pendant un certain temps car elle va elle même demander l’avis de la Commission Royale des Monuments et des Sites et de la STIB. De son côté la Commune a déjà reçu un avis de l’administration de la mobilité.

    Par ailleurs, une deuxième réunion de la Commission de concertation est prévue sur le dossier quand tous les avis seront disponibles. Cette réunion sera publique.

    A SUIVRE….

  • Etterbeek - Patrimoine menacé - av. de Tervueren 28

     Les affiches rouges qui annoncent une demande de certificat d’urbanisme sont apparues. Il s’agit de démolir l’hôtel de maître sis av . de Tervueren 28 et de construire un immeuble d’appartements de 8 niveaux et de construire une villa en intérieur d’ilot (entre la rue des Ménapiens et la rue des Tongres) avec deux étages de parkings en sous-sol et un solarium sur le toit.

    013.JPG

                                                                   (extrait du dossier de demande de C.U.)

    Outre la question fondamentale du principe d’autoriser la démolition d’un immeuble patrimonial, même s’il n’est pas classé, je souhaite attirer l’attention sur différents problèmes.

     

    - Comme il s’agit d’une demande de certificat d’urbanisme, les plans ne sont pas très détaillés, en particulier pour la villa. Le parti architectural est résolument… à la mode et sera vite démodé. La façade en verre sera éblouissante au coucher du soleil !

    - On peut noter aussi les risques encourus par les immeubles voisins si on creuse deux étages en sous-sol.

    - La grille et le jardinet à front de l’avenue disparaissent au profit d’une entrée de garage.

    - S’il y a une affiche rouge, c’est qu’il y a demande de dérogations, sur 3 points :

    - atteinte à l’intérieur de l’ilot,

    - hauteur de la façade avant,

    - hauteur de la toiture,

    - Si un certificat d’urbanisme est accordé, la demande de permis qui doit suivre peut se faire sans enquête publique, à moins de l’exiger maintenant.

     

    L’enquête publique a lieu jusqu’au 11janvier. Chacun peut consulter les plans tous les matins de semaine à la maison communale d’Etterbeek (113 av. d’Auderghem), faire ses remarques et demander à être entendu par la commission de concertation - prévue le 19 janvier 2016 - composée des représentants de la commune et de fonctionnaires de différents services de la Région, elle donnera un avis, de même que le Collège des bourgmestre et échevins avant que la Région donne ou non un certificat d’urbanisme.

    C’est maintenant au citoyen d’agir, voisins ou non, propriétaires ou locataires, amis du patrimoine faites-vous entendre.

    004.JPG

  • LE PASSAGE PIÉTON SOUS L’AVENUE DE TERVUEREN (MONTGOMERY) ÉLU PAR LES INTERNAUTES LE PLUS MOCHE ENDROIT DE BRUXELLES, UNE LEÇON POUR VERGOTE

     ©fcw

     006.JPG

      Baptisé souterrain Montgomery, le 9 octobre notre passage piéton est élu par les internautes de la RTBF comme « le plus moche endroit de Bruxelles ». Un petit concours pour imiter la presse flamande.

     Et alors ? Les lecteurs d’Urbi et Fourbi se souviendront des notes publiées en 2011 (voir les archives des 7 février, 19 mars, 14 avril, 10 juin) qui retracent l’humble action  d’une conseillère communale opiniâtre. Avec les voisins, les usagers du tunnel… nous avons demandé et obtenu qu’il soit rénové, nettoyé.

      La situation est nettement meilleure en 2015 qu’en 2011. Il demeure que ce genre de liaison ne devrait plus avoir sa place dans une ville du XXIème siècle. Les piétons devraient se sentir en sécurité en surface et traverser l’avenue de Tervueren et non une autoroute urbaine. Mais l’urbs (la  ville) est devenue un vrai fourbi….

      Les journalistes découvrent que le même type de passage existe (entre autres)  sous le square Vergote. A peine plus propre que celui de l’avenue de Tervueren.

    Là aussi, le lien est nécessaire entre les deux rives du boulevard. Plutôt qu’un tunnel (vraiment démodé) certains souhaitent une passerelle. Un beau geste d’architecte qui signerait la rénovation du Boulevard après la démolition du viaduc Reyers. Je pense que c’est une erreur, pas plus qu’en sous-sol, les piétons, n’aimeront le passage aérien.

      Et si – tout simplement- on nous permettait de traverser à hauteur d’êtres humains, les pieds sur terre …

     

  • Londres, les vélos de Boris changent de couleur

    072.JPG

     

        En Grande-Bretagne, la campagne électorale bat son plein. Les rouges et les bleus sont roue dans la roue. Travaillistes et Conservateurs ne se départagent pas. La course est rude.

       Quoiqu’il arrive, les « Boris Bikes », les vélos du Maire conservateur de Londres - Boris Johnson  – changent de couleur : du bleu de la Banque Barclays, ils passent, en avril, au rouge de la banque Santander, pour sept ans.

    A Londres, c’est le vélo lui-même qui est le support publicitaire - assez discret - du système de vélo en libre-service.

        Santander paiera  25% de plus que Barclays. C’est encore insuffisant, pensent pourtant les observateurs, pour couvrir les coûts d’exploitation du système qui est opéré par « Transport for London », la STIB locale. En 2013/14 la facture nette à charge du Trésor public était de £10,8 millions soit, en €, près de 15 millions.

       Le flamboyant maire de Londres annonce qu’il s’agit de l’opération de sponsoring la plus lucrative au monde pour le secteur public.

         Les cyclistes devraient être très heureux de trouver une bécane via presque mille stations, de payer £2 par jour ou £90 par an, de bénéficier d’une réduction de 3% sur le prix du train et du métro à condition d’être client de la banque Santander.

     

    107.JPG

     Le siège de l'assemblée du Grand Londres (arch. Foster) et promenade le long de la Tamise.

     

     

     

  • Bruits d'avions sur Etterbeek

    Depuis quelques semaines, plusieurs quartiers d'Etterbeek sont survolés par des avions bruyants en application du plan Wathelet-Schouppe, dont on sait qu'il favorise toujours la  Flandre voisine même si celle ci a déjà émis des protestations. Mais que fait le gouvernement bruxellois ?

    Sans vouloir la fermeture de l'aéroport ou la division des Bruxellois qui se rejetteraient les nuisances d'un côté à l'autre, il est temps que les citoyens fassent entendre leurs voix !

    Depuis longtemps, l'asbl "AIR LIBRE"  s'est saisie du problème et jongle avec toutes les considérations techniques !

    Une réunion d'information est prévue 

    le jeudi 2O mars à 20h

    dans la salle du conseil de la Maison communale d'Auderghem (rue Idiers 12) près du carrefour Chsée de Wavre/ Bd du Souverain. 

     

    Chacun est le bienvenu !

     

     

  • Faut-il un monument porte de Tervueren ?

     Une enquête publique est en cours au sujet d’une demande de permis d’urbanisme afin d’installer un monument commémorant le  « Seyfo » (génocide des Syriaques en 1915) sur le rond-point de la porte de Tervueren.

    Pour votre information, voici l’esquisse du projet et mes remarques à la Commission de concertation, qui émet  un avis, alors que la Région accorde ou non le permis.

    Toute personne peut consulter le dossier à la maison communale.

    ·       - Mon opposition à l’érection d’un monument sur le Rond-Point fleuri de la porte de Tervueren porte sur son principe même et non sur les faits qu’il commémore. J’aimerais que ceci soit clairement exprimé aux demandeurs, afin que nulle ambiguïté ne puisse naître.

     

    ·       - Ce lieu ne convient pas à un monument qui obstrue le paysage urbain formé par l’axe Loi/Tervueren et le parc du Cinquantenaire classé en 1976. Le projet prévoit 3 m 55 de hauteur, il faut y ajouter la hauteur de la butte fleurie du Rond-Point qui n’est pas dessinée sur le plan.                                               L’avis conforme de la Commission Royale des Monuments et des Sites doit être demandé.

     

    ·          Qu’on le veuille ou non, une intense circulation existe autour de ce Rond-Point, qui a été lui même grappillé sur la surface de la petite esplanade d’entrée du parc pour faciliter la circulation. Le projet peut entrainer des difficultés de vision et donc des accidents.  L’avis de la police (circulation) doit être demandé.

     

    ·       Un monument a du sens dans la ville quand il est lié symboliquement ou historiquement à un lieu. Un tel monument a du sens à Banneux (lieu de pèlerinage) où il a d'ailleurs été inauguré le 4 août 2013. Il n’a pas de sens  sur le Rond-Point de la porte de Tervueren.

     

    001.jpg

     

     

      Réunie le 11 mars, la commission de concertation a émis un   avis défavorable avec l'abstention de l'administration régionale de l'urbanisme . Curieux !

     

     

     

  • Place Jourdan : Etterbeek va-t-elle jouer la montre ?

     Les riverains de la place Jourdan étaient conviés ce lundi 13 janvier à la présentation du projet de réaménagement de la place Jourdan par « Beliris » (organe issu d’un accord de coopération entre l’Etat et la Région).

     Présentation de médiocre qualité, plans illisibles, photos glauques… Cela suffit pour ranimer des débats qui ont déjà été retournés dans tous les sens depuis les coûteux ateliers participatifs réalisés en 2007.

     Les camps en présence : des commerçants hostiles et un rien chahuteurs parce qu’ils craignent une place sans voitures. Des riverains qui veulent plus de convivialité et moins de chichis.  Un Collège que l’on sent divisé et un Bourgmestre qui tente d’obtenir un essai du système de circulation prévu dans le plan. Histoire de gagner du temps et de se concilier les opposants ?

    Chat échaudé craint l’eau froide et le contre modèle de la place Flagey est dans tous les esprits.

    La crise des finances publiques est connue de tous et la question de l’entretien de cet espace et de son mobilier dans le futur est posée. Qui devra payer ? La commune. Certains vont jusqu’à affirmer qu’elle n’est déjà pas capable d’entretenir ce qui existe… Crime de lèse majesté !

    Le dossier de la place Jourdan  à été si souvent enfoui  dans les piles de Beliris que la demande de modifications fondamentales, voire d'un essai de quelques mois,  peut faire craindre un retour du dossier sous la pile.

    Or, il faut faire quelque chose. La place Jourdan est victime du laisser aller et des tergiversations depuis trop longtemps.

    La véritable enquête publique et l’avis officiel du Collège des bourgmestres et échevins aura lieu incessamment sous peu….  Le chantier est pour (beaucoup) plus tard.

  • Nuit de l'obscurité: j'en rêve !

        Rares sont les enfants qui peuvent encore dire :   « je connais la Voie Lactée car je l’ai vue ! »  En cause : la pollution lumineuse. Les éclairages nocturnes, souvent trop puissants, trop nombreux ou mal orientés peuvent avoir des impacts non négligeables sur les écosystèmes mais aussi sur notre santé, ne fût-ce qu’en perturbant la qualité de notre sommeil. C’est ce qui est expliqué par l’asbl La Besace et toutes les associations de protection de la nature….

    005.JPG

         Il faut donc organiser des nuits de l’obscurité…. C’est la 5ème  Nuit de l’obscurité organisée par l’asbl à Auderghem. Rendez-vous au Rouge-Cloître  samedi 12 octobre dès 18h30.

    Rien de tel à Etterbeek…. Dans l’ilôt Braffort/Ménapiens/Trévires/Tervueren : une banque brille ! (photo) Je m’en vais lui signaler qu'elle risque de se faire mal voir avec un  tel éclairage dans la nuit. 

  • Schuman (métro et train) le chantier avance.

       Les usagers du métro et les navetteurs qui débarquent à Schuman ne peuvent imaginer le gigantesque chantier au dessus de leurs têtes, en dessous de leurs pieds. Ceux qui connaissent les escaliers et les palissades de bois reconnaitront ce qui apparait sur la droite de cette photo comme de grandes « boites ».

    026.JPG


    Sur les piliers de béton (+- 3 m de haut) un pont « bac » sera posé pour faire circuler le train qui croisera ainsi, en hauteur, le métro.


    Le tout dans une élégante cage de verre, comme le montre la photo de propagande.

    042.JPG

     







    J’avoue quelqu’inquiétude sur la future atmosphère sonore des lieux… Tout en haut, on devine les puits de lumière provenant de la rue de la Loi.

    La station de métro devrait devenir  une véritable galerie commerçante. Avis aux candidats ! Attention, le contrat de gestion STIB/Région prévoit que cette activité commerciale pour la STIB devra être rentable.

    Tout cela est loin d’être terminé mais une phase importante est prévue tous les dimanches d’avril 2013 : démolition du plafond actuel du métro. Le trafic sera interrompu et des bus mis en service.

    Le coût de ce chef d’œuvre ? Au moins 75 millions d’euros. Son objectif : relier vite et bien le quartier européen à l’aéroport. Statut de capitale oblige !

    Si l’idée de mettre en piétonnier tout le rond Point Schuman est retenue, il faudra trouver quelques euros de plus, car ce n’est pas prévu dans le projet actuel. Nous voilà prévenus.

    019.JPG


     

  • Projet rue Braffort, commission de concertation

    001.JPG                                                  002.JPG Le 4 mai, le voisinage de la rue Braffort s’est retrouvé devant la commission de concertation en matière d’urbanisme.

    Des plans modificatifs ont été introduits au projet qui nous avait réunis une première fois en septembre 2011 autour de l'immeuble à construire entre les 35 et 39 rue Bâtonnier Braffort. (voir Urbi et Fourbi du 23 septembre 2011)

    Encore une fois, nous avons demandé qu’il n’y ait pas de dérogation et une amélioration du projet sur les points suivants :

    - terrasses à  arrière : pas de vue directe sur les voisins

    - toiture : pas de regards possibles sur les chambres à coucher du 39

    - améliorer l’esthétique du pignon aveugle

    - retravailler la façade avant en tenant compte de l’architecture du voisinage de chaque côté de la rue.

    Nous avons été entendus en partie…

    La Commission a donné son avis « favorable sous réserve ». Après passage au Collège des bourgmestre et échevins, le dossier partira pour l’administration régionale.  

     Texte officiel:

    AVIS FAVORABLE, sous réserve :

    1. d'adapter le nouveau mur mitoyen afin d'en améliorer l'esthétique et d'éviter le caractère monolithique,

    2. de supprimer totalement le retour des balcons et de limiter la largeur à celles des séjours y attenants,

    3. de revoir la hauteur du bow-window, côté rue, afin d'en réduire la perception depuis l'espace public et simplifier l'esthétique de celui-ci (division des menuiseries),

    4. de prévoir la grille de fermeture du site à front de rue,

    5. de replanter plus amplement le parking existant et/ou mettre en place des pergolas avec végétation,

    6. de préciser dans sa demande les modifications qu'il compte apporter au mur mitoyen ainsi qu'expliciter plus amplement les techniques qui seront mises en oeuvre pour préserver (ou reconstruire) la situation existante actuellement du côté voisin,

    7. de se conformer aux directives du Service d'Incendie et d'Aide Médicale Urgente de la Région de Bruxelles-Capitale

     

  • Etterbeek : une asbl pour empêcher l’anse du panier bio de valser?

       Les rigidités de l’administration encouragent la Commune à créer  des associations sans but lucratif (asbl). Quelques conseillers se retrouvent alors dans l’assemblée générale d’une association politique bien éloignée du monde associatif.

       C’est ainsi que le 14 décembre 2009, le Conseil communal a approuvé la création d’une asbl «Commune ferme à la ville» dont le but est de sensibiliser les Etterbeekois  à l’alimentation durable. Décision annulée par la tutelle mais reprise, en urgence, par le Conseil du 1er mars 2010

       Le 18 janvier 2010, le Conseil m’a désignée comme membre de l’assemblée générale.

       Je me suis souciée de la réunion légale de cette assemblée générale.

      On m’a alors répondu que l’asbl n’avait pas été créée…  Et pourtant, moult activités ont eu lieu sous le label «Commune ferme à la ville» : commande de paniers bio pour le personnel communal, dont le Collège, gadgets divers, cours de cuisine, séances de cinéma ou conférences de toutes les saisons. Dépenses pour 2010 et 2011 : 41.463,27 € sur le budget du développement durable et de la participation, selon les chiffres en ma possession.

     

       Il a fallu 6 mois pour obtenir cette information et une invitation à la première assemblée générale de l’asbl enfin créée  par acte paru au Moniteur le 23 mai 2012….Le panier bio a été secoué !

      Le Président de l’asbl - le Bourgmestre - proposera au prochain Conseil communal d’adopter une convention  qui lie étroitement la Commune et l’asbl « Commune ferme à la ville », lui garantissant une subvention annuelle.

    Une manière d’empêcher l’anse du panier bio de valser ?

     

  • Fermeture des tunnels : il est où le chaos ?

     

     005.JPG

       Les « experts » relayés par les médias avaient annoncé le chaos dans la ville à l’occasion de la fermeture des tunnels de l’avenue de Tervueren dès ce 11 juin et jusqu’au 15 septembre. L’avenue-autoroute est ramenée à une voie sur une partie de son tracé. Des feux ont reçus de nouveaux réglages, des policiers assurent la circulation.

       Il m’arrive de prendre mon petit-déjeuner en écoutant les communiqués de radio-guidage qui me font savourer le bonheur d’habiter Bruxelles et d’être non motorisée.

    Ce matin, le ton était différent : surprise et stupéfaction. Il n’y a pas d’embouteillages ! Tout au plus, une heure de pointe un peu plus étendue : les prisonniers de l’automobile ont étalé leurs voyages.

       Il faudra tirer les leçons de cette aventure.

     Oui, on peut réduite la place de l’automobile en ville sans provoquer le chaos.

     Oui, la circulation peut être mieux régulée.

     Oui, la gestion du temps et  le télétravail diminuent la pression automobile.

     

       Une question : la STIB peut elle absorber un surplus de voyageurs ?

    Il nous reste quinze jours pour le savoir. Pendant les vacances scolaires, la circulation diminue automatiquement de 20%. Les Bruxellois apprécient cette différence !

     

  • Etterbeek : Récolte du miel dans les jardins participatifs.

     013.JPG   30 kg de miel ont été récoltés aujourd’hui dans les trois ruches des jardins qui longent la ligne de chemin de fer 161 (bien connue des Wallons) aux pieds des logements du « Foyer Etterbeekois ».

       Une petite récolte cette année, car le printemps a été trop pluvieux et les plantes mélifères peu prospères.

       Ne boudons pas notre plaisir gourmand et profitons de la sérénité de l’endroit. Quant à la participation qui donne son nom au jardin... Nous en reparlerons !

     

    010.JPG        Bzzzzzzzzzzzzzzzzzz !

  • "Beliris" 2012-2014: de l'argent pour le Parc du Cinquantenaire.

        Cette fois, ça y est l’avenant n° 11 de Beliris est arrivé avec sa pluie de millions pour Bruxelles. Des averses pour Schaerbeek… (Beliris est présidé par Laurette Onkelinx)

    Une fine pluie pour Etterbeek :

    - aménagement de la place Jourdan : 3,3 millions (voir Urbi et Fourbi du 27 mars 2012) .

    - aménagement du parc du Cinquantenaire : arbres, plantations, chemins, éclairage, égouttage, mobilier, monuments, grilles… pour 2,8 millions dans le paquet Beliris 2012-2014. Le budget total étant de 16 millions, il ne reprend toujours pas la demande essentielle de couverture verte du tunnel routier qui coupe le parc en deux.  

       Une curiosité : Beliris refait les grilles autour du parc, sauf celles « spéciales » côté Porte de Tervueren. Pourquoi ?

      Cette décision du gouvernement fédéral (en accord avec le Gouvernement bruxellois mais sans contrôle parlementaire) est une étape importante dans un processus administratif long et compliqué, rien de plus. La restauration du Pavillon des Passions humaines était prévu dans l’avenant précédent n°10 (2008-2010) et rien n’est terminé … à peine commencé…

       Le problème de Beliris n’est pas un problème d’argent, puisqu’il s’agit de l’argent fédéral qui compense les charges que Bruxelles supporte du fait d’être la Capitale.

    Le problème de Beliris est que cet argent est distribué et utilisé comme une manne émanant du seigneur fédéral vers les manants bruxellois éblouis par tant de bonté. Politiquement, Beliris, c’est le moyen-âge !

    Le problème est que Beliris est devenu un acteur, une administration nouvelle et supplémentaire (112 personnes en 2012) chargée de grands travaux à Bruxelles. La Région dispose, de son côté, de son administration, priée de collaborer car celui qui paie décide.

    Travaux qu’il conviendra de surveiller de près. Quand quelque chose bougera du côté du Cinquantenaire (abattage d’arbres, chantier d’égouttage….) . Les Amis du Parc espèrent les enquêtes publiques préalables afin d’exiger les travaux indispensables, leur exécution parfaite  et non pas la destruction du parc pour un temps indéfini.

     

  • Banque Delen: avis défavorable au parking dans les jardins.

        Le secrétariat de la Commission de concertation m'a confirmé - oralement - ce matin que l'avis  au sujet du projet de parking de la banque Delen, était unanimement défavorable.

        Il est clair que l'opposition unanime - elle aussi - des habitants du quartier, a fait basculer ceux qui s'apprêtaient à succomber à la tentation de l'écologie de pacotille. (voir Urbi et fourbi du 8 mai 2012)
    Garder et entretenir cette parcelle en véritable jardin naturel valoriserait l'image de la banque.

       Le dossier va maintenant passer dans les mains du Collège (Bourgmestre et échevins) puis de la Région. On imagine difficilement que l'avis défavorable soit contourné. Affaire à suivre...

       Je remercie chacun d'avoir utilisé sa liberté et pris ses responsabilités dans cette affaire.

  • Banque DELEN: Parking souterrain dans l’îlot Tervueren/Braffort ?

     

    015.JPG

     

    La Banque Delen  qui s’installe au 72 av de Tervueren demande à construire un parking souterrain sous le jardin qu’elle vient d’acheter.

    Objectif : caser 10 voitures (en plus des 19 déjà casées)

    Pour ce faire, il faudra abattre  immédiatement 6 arbres. Le grand érable y passera peut être plus tard.

    Le dossier est emballé de belles promesses de toiture verte, avec mare, récupération d’eau de pluie, nichoirs… et peut - être visites guidées écologiques par Natagora.  (voir « Urbi et Fourbi » du 11 mars  2012– la parcelle de la tentation)

     

    Si ce projet est accepté, PLUS JAMAIS aucun arbre ne poussera dans les 70 cm de terre sur la toiture du parking….

     

    L’enquête publique se clôture le 21 mai

    Les plans sont visibles au service de l’urbanisme, 113 av d’Auderghem ,au 5ème étage, tous les matins. 

    La commission de concertation  - composée de fonctionnaires de la Commune et de la Région - est prévue le 29 mai à la maison communale d’Etterbeek. Elle doit donner un avis sur le dossier et entendre celui des habitants.

    Chacun peut participer à cette réunion à condition de demander à être entendu.

  • La parcelle de la tentation


       Les habitants de l’ilot formé par l’avenue de Tervueren, la rue Bâtonnier  Braffort, la rue des Trévires et  la rue des Ménapiens sont en alerte.

    La banque Delen, en plein chantier au 72 av de Tervueren (voir Urbi 28.01.2010), « se trouve un peu court en matière de parking » et souhaite s’étendre dans l’ilot.

    Pour ce faire, la banque a acheté une parcelle centrale (voir le trait « vert pomme » sur la photo).

    2012 ilot braffort- 2 - Copie.JPG

       Un représentant de la banque contacte les riverains pour les rassurer. Le parking se ferait en souterrain, avec toiture verte et accès par le parking existant via l’avenue de Tervueren. Il y a un souci avec un arbre de belle taille  (acer pseudoplatanus) voisin qu’il faudra abattre, mais sans doute est-il déjà malade… Sinon, aucun inconvénient. Tentation…. Pauvre banque en manque de parking.

     

    Si un parking souterrain devait être autorisé, cela signifie :

    - une imperméabilisation complète de la parcelle ;

    - qu’aucun arbre n’y poussera plus jamais ;

    - qu’un privilège accordé à l’un pourra difficilement être refusé à un autre ;

    - qu’il n’y a aucune certitude qu’une construction plus haute  ne se fasse un jour à partir du trou de parking déjà creusé.

      Rappelons enfin :

    - que le dossier d’extension de la Mutuelle voisine est toujours  en  suspens (voir Urbi 7.7.2011 et 23.09.2011) ;

    - que le quartier est parfaitement desservi en transports en commun ;

    - qu’il existe 2 parkings publics avec emplacements disponibles à moins de 200m. (rue des Ménapiens et rue Braffort).

     

      Comme ce projet déroge à toutes les réglementations, il doit être soumis à une enquête publique annoncée par affiche rouge.

    A surveiller….

     

     

     

     

     

  • Développement durable – de sages propos.

       Le Conseil fédéral du développement durable a décerné ses prix pour la presse audiovisuelle : grand vainqueur la RTBF avec Sophie BREMS (sur la Première radio tous les matins à 8h, notamment) et Corinne BOULANGIER (avec Ombeline OVERSACQ, dans Nuwa l'après-midi) mais aussi les auteurs du film « loveMEATender » ainsi que les auteurs néerlandophone d’une vidéo  sur le lithium en Bolivie et d’un reportage  de la VRT sur la stévia, ce nouveau sucre.

       C’est clair, cette année, le développement durable se porte sur l’estomac. Du rable de lièvre ?

       Le thème est devenu tellement vaste et complexe que – devant le Prince Philippe, Président d’honneur - Theo ROMBOUTS, président du CFDD s’est demandé « Où le chemin du développement durable mène-t-il ? »

       Vingt ans qu’on en parle, la situation ne s’est pas améliorée. « Pour beaucoup, le développement durable est devenu un concept pratiquement vide, qui peut être utilisé par tout un chacun pour légitimer une politique très classique et non durable. Si c’est effectivement le cas, alors nous devons nous faire du souci. »

      Et pourtant « le chemin du développement durable est le seul possible pour atteindre une société plus harmonieuse et pacifique. Comme la coopération économique a été promue après la Seconde guerre mondiale afin de parvenir à une paix durable, nous avons maintenant besoin du concept de durabilité afin de corriger les errements causés par l’accent trop prononcé qui a été mis sur les résultats économiques. » 

    Le grand sommet mondial de Rio +20 prévu en juin  se prépare. L’Union européenne devrait donner ses positions au sommet du 2 mars. De sommet en sommet, de sessions en sessions,  le développement durable, c’est le chemin…

     

    Le document « brouillon zero » (zero draft) dont quelque chose doit sortir à Rio +20 est disponible sur le site  www.frdo-cfdd.be

  • Etterbeek rue Braffort: le projet de construction est recalé.

        Le projet de construction (voir Urbi et Fourbi du 7 juillet 2011) au dessus de la sortie  - côté rue Braffort- de la Mutuelle qui a pignon sur l'avenue de Tervueren est recalé.

        Les membres de la Commission de concertation réunie le 6 septembre, qui ont entendu et écouté les voisins n'ont pu se prononcer sur le dossier.  "Ils souhaitent en effet que les alternatives suivantes soient analysées:

    - réduire les vues donnant directement sur la propriété voisine et réduire la largeur des terrasses prévues en cet endroit,

    - replanter plus amplement le parking existant et/ou mettre en place des pergolas avec végétation,

    - retravailler l'expression architecturale de la façade à rue,

    - retravailler le rez-de-chaussée en ce qui concerne l'accès aux escaliers et de limiter l'entrée/sortie des véhicules à une seule bande de circulation,

    - prévoir une grille de fermeture à front de rue permettant de sécuriser le site,

    - proposer une alternative au traitement du mitoyen aveugle."

        Dès réception des modifications demandées, le dossier pourra être examiné par la commission de concertation lors d'une des prochaines séances. Les habitants qui l'ont demandé seront à nouveau conviés.

     

     

     

  • rue Braffort projet d'immeuble entre les n°s 35 et 39

    475.JPG

    Voici l'esentiel de la lettre que j'adresse au collège des Bourmestre et Echevins d'Etterbeek au sujet du projet de construction d'un immeuble entre les n°s 35 (Green parc) et 39 de la rue Braffort. Je ne m'oppose pas à la construction de logements mais bien à la forme du bâtiment.

    Cette opposition se fonde sur les raisons suivantes :

    En  façade arrière :

    - Les occupants de l’immeuble 39 rue Braffort se trouvent enfermés  et largement privés de lumière par la construction d’un demi-fer-à-cheval avec vue directe sur leurs appartements.

    - Les terrasses à l’arrière dépassent l’alignement avec le n°39 d’1,65 m ! La construction du n°39 ayant elle même entrainé moultes concertations.

    En façade avant :

    - Le bâtiment est « encadré » sans que cela ne corresponde en rien à l’esthétique générale de la rue (voir les maisons d’en face côté Woluwé St Lambert et les maisons voisines n°51-49-47 qui sont reprises à l’inventaire du patrimoine).

    - Les balcons à rue ne doivent pas pouvoir se transformer en terrasses généralement utilisées pour ranger poubelles, bouteilles et y pendre du linge.

    Dans l’ilot :

    - Rien n’est fait pour améliorer la perméabilité du sol. Le parking en intérieur d’ilot se confirme. Rappelons que 3 places avaient été autorisées pour permettre l’accès de personnes handicapées aux services de la mutuelle. Faut-il prévoir une nouvelle demande d’accès pour handicapés quand les places auront été accordées aux bénéficiaires des logements ? 

    -Enfin, je regrette la nécessité d’abattre l’arbre dont le maintien avait été une condition de la construction du 39. Sur le plan écologique, on ne progresse pas : on recule. 

    C’est pourquoi, je demande a être entendue par la commission de concertation prévue le 6 septembre 2011.